Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Tics et syndrome de Gilles de la Tourette chez l'enfant et l'adolescent

(Syndrome de Tourette)

Par Margaret C. McBride, MD, Professor of Pediatrics; Pediatric Neurologist, NeuroDevelopmental Science Center, Northeast Ohio Medical University; Akron Children’s Hospital

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Les tics sont définis comme des mouvements musculaires répétés, soudains, rapides et non rythmiques comprenant des sons et des vocalisations. Le syndrome Gilles de la Tourette est diagnostiqué en cas de tics à la fois moteurs et vocaux pendant > 1 an. Le diagnostic est clinique. Les tics ne sont traités que s'ils perturbent les activités d'un enfant ou l'image qu'il a de lui-même; le traitement peut comprendre un traitement cognitivo-comportemental et la clonidine ou un antipsychotique.

La gravité des tics est très variable; ils se produisent chez environ 20% des enfants, bon nombre d'entre eux ne sont ni évalués ni diagnostiqués. Le syndrome de Gilles de la Tourette, le type le plus sévère, survient chez 3 à 8/1000 enfants. Le rapport homme:femme est de 3:1.

Les tics commencent avant l'âge de 18 ans (généralement entre 4 et 6 ans); ils augmentent en gravité avec un pic vers l'âge de 10 à 12 ans et diminuent à l'adolescence. Finalement, la plupart des tics disparaissent spontanément. Cependant, chez environ 1% des enfants, les tics persistent à l'âge adulte.

L'étiologie est inconnue, mais les tics ont tendance à être familiaux. Dans certaines familles, ils surviennent selon un modèle dominant avec une pénétrance incomplète.

Comorbidités

Les comorbidités sont fréquentes.

Les enfants ayant des tics peuvent présenter un ou plusieurs des troubles suivants:

Ces troubles perturbent souvent davantage le développement et le bien-être des enfants que les tics. Le déficit de l'attention/hyperactivité est la comorbidité la plus fréquente, et parfois des tics apparaissent en premier lorsque les enfants atteints de déficit de l'attention/hyperactivité sont traités par un stimulant; ces enfants ont probablement une tendance sous-jacente aux tics.

Les adolescents (et les adultes) peuvent présenter

Classification

Les tics sont divisés en 3 catégories par le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fifth Edition (DSM-5):

  • Syndrome Gilles de la Tourette: présence de tics à la fois moteurs et vocaux pendant > 1 an.

  • Tics persistants (chroniques): des tics moteur(s) uniques ou multiples ou vocaux (mais pas les deux) sont présents pendant > 1 an.

  • Tics provisoires: tics moteur et/ou vocaux uniques ou multiples depuis < 1 an.

Dans toutes les catégories, l'âge de début doit être < 18 ans, et la perturbation ne peut être due aux effets physiologiques d'une substance (p. ex., la cocaïne) ou à un autre trouble (p. ex., la maladie de Huntington, l'encéphalite postvirale).

Symptomatologie

Les patients tendent à manifester le même ensemble de tics à un moment donné, même si les tics ont tendance à changer de type, d'intensité et de fréquence au cours du temps. Ils peuvent se produire plusieurs fois par heure, puis disparaître ou être à peine présents pendant ≥ 3 mois. Typiquement, les tics ne se produisent pas pendant le sommeil.

Les tics peuvent être.

  • Moteur ou vocal

  • Simple ou complexe

Les tics simples consistent en un mouvement ou une vocalisation très brefs généralement sans signification sociale.

Les tics complexes durent plus longtemps et peuvent comprendre une association de tics simples. Les tics complexes peuvent sembler avoir une signification sociale (c'est-à-dire, des gestes ou des mots reconnaissables) et semblent donc intentionnels. Cependant, bien que certains patients puissent volontairement supprimer leurs tics pendant une courte période (de quelques secondes à quelques minutes) et que certains ressentent une envie prémonitoire d'effectuer le tic, les tics ne sont pas volontaires et ne représentent pas des comportements condamnables.

Le stress et la fatigue peuvent aggraver les tics, mais les tics sont souvent à leur maximum lorsque le corps est détendu, comme lorsqu'on regarde la télévision. Les tics peuvent diminuer lorsque les patients sont engagés dans des tâches (p. ex., des activités scolaires ou de travail). Les tics perturbent rarement la coordination motrice. Les tics légers causent souvent peu de problèmes, mais les tics sévères, en particulier la coprolalie (qui est rare), sont physiquement et/ou socialement invalidants.

Parfois, les tics ont un début explosif, ils apparaissent et deviennent constants au fil de la journée. Parfois, une apparition explosive de tics et/ou de compulsions obsessionnelles peut être en relation avec une infection streptococcique, un phénomène parfois appelé troubles neuropsychiatriques auto-immuns pédiatriques associés à des infections à des infections par les streptocoques (PANDAS, pediatric autoimmune neuropsychiatric disorders associated with streptococcal infections). De nombreux chercheurs ne croient pas que les PANDAS soient un syndrome qui sorte du spectre du trouble des tics.

Types de tics

Classification

Moteur

Vocal

Simple

Clignement

Grimaçant

Mouvements brusques de la tête

Haussements d'épaule

Grognements ou aboiements

Reniflements

Raclements de gorge

Complexe

Associations de tics simples (p. ex., tourner la tête plus haussement d'épaule)

Copropraxie: faire des gestes sexuels ou obscènes

Échopraxie: imiter les mouvements de quelqu'un

Coprolalie: proférer des paroles socialement inacceptables (p. ex., obscénités, insultes ethniques)

Écholalie: répéter ses propres sons ou ses propres mots ou ceux d'une autre personne

Diagnostic

  • Bilan clinique

Le diagnostic est clinique. Afin de différencier le syndrome de Gilles de la Tourette des tics transitoires, les médecins doivent suivre le patient sur une longue période. Le syndrome Gilles de la Tourette est diagnostiqué en cas de tics à la fois moteurs et vocaux pendant ≥ 1 an.

Traitement

  • Thérapie cognitive et comportementale

  • Parfois, clonidine et antipsychotiques

  • Traitement des comorbidités

Un traitement pour supprimer les tics n’est recommandé que s’ils perturbent nettement les activités des enfants ou leur image de soi; le traitement ne modifie pas l'histoire naturelle de la maladie. Souvent, le traitement peut être évité si les médecins aident les enfants et leurs familles à comprendre l'anamnèse naturelle des tics et si le personnel de l'école peut aider ses camarades de classe à comprendre le trouble.

Parfois, la fluctuation des tics indique qu'ils ont réponduà un traitement particulier.

Un type de traitement comportemental appelé intervention comportementale complète pour les tics (CIBT) peut permettre à certains enfants plus âgés de se contrôler ou de réduire le nombre ou la gravité de leurs tics. Il comprend la thérapie cognitivo-comportementale comme l'inversion des habitudes (l'apprentissage d'un nouveau comportement pour remplacer le tic), l'éducation sur les tics et les techniques de relaxation.

Médicaments

La clonidine 0,05 à 0,1 mg po 1 fois/jour à qid est efficace chez certains patients. Les effets indésirables de la fatigue peuvent limiter la posologie de jour; l’hypotension est rare.

Des antipsychotiques peuvent être nécessaires, p. ex.,

  • Rispéridone 0,25 à 1,5 mg po bid

  • Halopéridol 0,5 à 2 mg po bid ou tid

  • Pimozide 1 à 2 mg po bid

  • Olanzapine 2,5 à 5 mg po 1 fois/jour

La fluphénazine est également efficace dans la suppression de tics.

Dans le cas de tout médicament, on utilise la plus petite dose nécessaire pour rendre les tics tolérables; les doses sont diminuées au fil de la régression des tics. Les effets indésirables de la dysphorie, du parkinsonisme, de l'akathisie, et de la dyskinésie tardive sont rares mais peuvent limiter l'utilisation des antipsychotiques; utiliser des doses plus basses pendant la journée et des doses plus élevées au coucher peut diminuer les effets indésirables.

Traitement des comorbidités

Traiter les comorbidités est important.

Le déficit de l'attention/hyperactivité peut parfois être traité avec succès par de faibles doses de stimulants sans aggraver les tics, mais une alternative thérapeutiques (p. ex., l'atomoxétine) pourrait être préférable.

Si les traits obsessionnels ou compulsifs sont désagréables, un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine peut être utile.

Les enfants qui ont des tics et qui ont des difficultés à l'école doivent être évalués à la recherche de troubles de l'apprentissage et doivent recevoir un soutien si besoin.

Points clés

  • Les tics sont des mouvements musculaires non rythmiques ou des vocalisations non rythmiques, rapides, brusques qui se développent chez l'enfant âgé de < 18 ans.

  • Les tics sont fréquents, mais la manifestation la plus grave des tics, la coprolalie, est rare.

  • Les tics simples consistent en un mouvement ou une vocalisation très brefs (p. ex., secousse de la tête, grognement), généralement sans signification sociale.

  • Les tics complexes peuvent sembler avoir une signification sociale (c'est-à-dire, consister en des gestes ou des mots reconnaissables) et donc sembler intentionnels, mais ce n'est pas le cas.

  • L'utilisation de la thérapie cognitivo-comportementale, de la clonidine ou d'un antipsychotique peut diminuer les tics graves ou gênants, qui ont également tendance à diminuer avec le temps, bien que quelques-uns persistent à l'âge adulte.

  • Les comorbidités (p. ex., déficit de l'attention/hyperactivité, trouble obsessionnel-compulsif) sont fréquentes et doivent également être diagnostiquées et traitées.

Ressources dans cet article