Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Trouble obsessionnel-compulsif (TOC) et troubles liés chez l'enfant et l'adolescent

Par Josephine Elia, MD, Pediatrics, Division of Behavioral Health

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les troubles obsessionnels compulsifs sont caractérisés par des obsessions et/ou des compulsions. Les obsessions sont des idées irrésistibles, persistantes, des images ou des impulsions à faire quelque chose. Les compulsions sont des impulsions pathologiques, qui, si elles rencontrent une résistance, entraînent une anxiété et de la détresse excessives. Les obsessions et compulsions entraînent un grand désarroi et perturbent la vie scolaire ou sociale. Le diagnostic repose sur l'anamnèse. Le traitement repose sur une thérapie comportementale et la prise d'inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine.

L'âge moyen d'apparition du trouble obsessionnel-compulsif est de 19 à 20 ans; environ 25% des cas commence avant 14 ans.

Le trouble obsessionnel-compulsif comprend des plusieurs troubles connexes, dont

Certains enfants, en particulier les garçons, présentent également des tics ( Tics et syndrome de Gilles de la Tourette chez l'enfant et l'adolescent).

Étiologie

Des études suggèrent qu'il existe une composante familiale. Cependant, aucun gène spécifique n'a été identifié, bien que des études animales soient en faveur d'une anomalie des gènes qui affectent la fonction de la microglie.

Certains cas ont été associés à une infection. Ceux qui sont associés aux streptocoques β-hémolytiques du groupe A sont appelés PANDAS (pediatric autoimmune neuropsychiatric disorders associated with streptococcal infections, pour troubles neuropsychatriques pédiatriques auto-immuns associés à des infections streptococciques). Ceux qui sont associés aux autres infections sont appelés PANS (pediatric acute-onset neuropsychiatric syndrome, syndromes neuropsychiatriques pédiatriques d'apparition aiguë).

La recherche dans ce domaine est active et si un PANDAS ou PANS (pediatric acute-onset neuropsychiatric syndrome, syndrome neuropsychiatrique pédiatrique d'apparition aiguë) sont suspectés, une consultation spécialisée est vivement recommandée.

Symptomatologie

Habituellement, les troubles obsessionnels compulsifs sont d'apparition progressive et insidieuse. La plupart des enfants cachent initialement leurs symptômes et avouent lutter contre ceux-ci des années avant qu'un diagnostic définitif ne puisse être établi.

Les obsessions sont généralement ressenties comme des inquiétudes ou des peurs de se blesser (p. ex., de contracter une affection mortelle, de pêcher et d'aller en enfer, de se faire mal ou de blesser les autres). Les compulsions sont des actes volontaires et délibérés accomplis habituellement afin de neutraliser ou soulager les peurs obsessionnelles; elles comprennent les comportements de vérification, le lavage excessif, le comptage, ou l’organisation, et bien d'autres. Obsessions et compulsions peuvent avoir une raison logique (p. ex., se laver les mains pour éviter les maladies) ou être illogiques et idiosyncratiques (p. ex., compter jusqu'à 50 de manière répétitive pour éviter que grand-père ait une crise cardiaque). Si les enfants sont empêchés de s'acquitter de leurs compulsions, ils deviennent excessivement anxieux et préoccupés.

La plupart des enfants ont conscience que leurs obsessions et compulsions sont anormales. Beaucoup d'enfants atteints sont gênés et réservés. Les symptômes fréquents comprennent

  • Des mains rêches et gercées (signe possible d'un enfant qui se lave de façon compulsive)

  • Le temps excessif passé dans la salle de bains

  • Le travail scolaire peut être effectué très lentement (du fait d'une obsession des fautes)

  • Faire de nombreuses corrections des devoirs

  • Des comportements répétitifs ou étranges tels que vérifier que les portes soient bien fermées, mâcher longtemps les aliments ou éviter de toucher certains objets

  • Poser des questions fréquentes et ennuyeuses pour se rassurer, parfois des dizaines voire des centaines de fois par jour, en demandant p. ex., "pensez-vous que j'ai de la fièvre?" Pourrait-il y avoir une tornade ? Penses-tu que la voiture démarrera ? Et si nous sommes en retard ? Et si le lait était tourné ? Que se passerait-il si un cambrioleur venait? "

Diagnostic

  • Bilan clinique

Le diagnostic repose sur l'anamnèse. Une fois une relation de confiance établie avec un thérapeute qui ne porte pas de jugement, l'enfant souffrant de troubles obsessionnels compulsifs confie habituellement de nombreuses obsessions et des compulsions qui lui sont liées. Cependant, généralement plusieurs consultations sont nécessaires pour d'abord établir la confiance. Les enfants atteints de troubles obsessionnels compulsifs ont souvent des symptômes d'autres troubles anxieux, dont des attaques de panique, des problèmes de séparation et des phobies spécifiques. Ce chevauchement des symptômes rend parfois le diagnostic difficile.

Pronostic

Chez près de 5% des enfants, la maladie est en rémission après quelques années, et chez près de 40% elle est en rémission au début de l'âge adulte. Le traitement peut ensuite être arrêté. Chez d'autres enfants, la maladie tend à être chronique, mais une vie normale peut généralement être maintenue avec un traitement en cours. Environ 5% des enfants sont résistants au traitement et restent gravement atteints.

Traitement

  • Thérapie cognitive et comportementale

  • Habituellement inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine

La thérapie cognitivocomportementale est utile si les enfants sont motivés et s'ils peuvent effectuer les tâches.

Les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine sont les médicaments les plus efficaces et sont généralement bien tolérés ( Médicaments pour le traitement à long terme de l'anxiété et des troubles similaires); tous ont la même efficacité. Cependant, environ 50% des patients ne répondent que partiellement aux inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et un inhibiteur de la recapture de la sérotonine plus d'autres médicaments qui ont une activité sérotoninergique (p. ex., le lithium) ou une activité glutamatergique (p. ex., le riluzole) peuvent être nécessaires. Une autre alternative est la clomipramine, un antidépresseur tricyclique, qui peut être plus efficace et avoir un meilleur taux de réponse que les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine, même si elle a un risque plus élevé d'effets cardiaques et de convulsions.

Il n'y a pas de lignes directrices pour le traitement des PANDAS et des PANS (pediatric acute-onset neuropsychiatric syndrome, syndrome neuropsychiatrique pédiatrique d'apparition aiguë). Les antibiotiques qui freinent l'activité glutamatergique (p. ex., les β-lactamines) peuvent être utiles dans certains cas.