Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Troubles destructeurs du comportement

Par Josephine Elia, MD, Pediatrics, Division of Behavioral Health

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les troubles destructeurs du comportement sont ainsi nommés car les enfants atteints tendent à perturber/impliquer leur entourage, dont les membres de leur famille, le personnel de l'école et leurs camarades.

Le plus fréquent des troubles destructeurs du comportement est le trouble d'hyperactivité/déficit attentionnel ( Trouble d'hyperactivité/déficit attentionnel).

Trouble oppositionnel avec provocation

Le trouble oppositionnel avec provocation est un modèle récurrent ou persistant de comportements négatifs, provocants ou même hostiles envers les figures de l'autorité. Le diagnostic repose sur l'anamnèse. Le traitement repose sur la psychothérapie individuelle associée à une thérapie familiale (incluant la personne ayant la charge de l'enfant). Parfois, des médicaments peuvent être utilisés pour réduire l'irritabilité.

Les estimations de la prévalence varient beaucoup du fait de l’importante subjectivité des critères diagnostiques; la prévalence chez l’enfant et l’adolescent pouvant aller jusqu’à 15%. Avant la puberté, le garçon est bien plus souvent atteint que la fille; après la puberté, l’écart diminue.

Bien que le trouble oppositionnel avec provocation soit parfois considéré comme une version atténuée du trouble des conduites, il n'existe que des similitudes superficielles entre ces 2 pathologies. Les caractéristiques principales du trouble oppositionnel avec provocation sont l'irritabilité et la provocation. Cependant, les enfants atteints d'un trouble des conduites semblent n'avoir aucun remords et violent à plusieurs reprises les droits d'autrui (p. ex., en intimidant, menaçant ou en causant des lésions, ou en usant de cruauté envers les animaux), parfois sans aucun signe d'irritabilité.

L'étiologie du trouble oppositionnel avec provocation est inconnue, mais il est probablement plus fréquent chez l'enfant issu de familles dans lesquelles les adultes produisent un modèle de relation interpersonnel conflictuel et polémique. Ce diagnostic ne doit pas être vu comme un trouble bien circonscrit mais plutôt comme une indication de problèmes sous-jacents qui pourraient nécessiter d'autres examens et traitements.

Symptomatologie

Généralement, les enfants qui présentent un trouble oppositionnel avec provocation ont tendance à faire ce qui suit:

  • Perdre leur sang-froid facilement et de manière répétée

  • Se disputer avec les adultes

  • Défier les adultes

  • Refuser d'obéir à des règles

  • Délibérément " embêter " d'autres personnes

  • Blâmer les autres pour leurs propres erreurs ou débordements

  • Être facilement agacé et irrité

  • Être méchant ou vindicatif

De nombreux enfants touchés ont des déficits des compétences sociales.

Diagnostic

Le trouble oppositionnel avec provocation est diagnostiqué si un enfant a eu 4 de ces symptômes pendant au moins 6 mois. Les symptômes doivent également être graves et perturbateurs.

Le trouble oppositionnel avec provocation doit être distingué de ce qui suit, qui peut provoquer des symptômes similaires:

  • Comportements oppositionnels de légers à modérés: de tels comportements se produisent périodiquement chez presque tous les enfants et adolescents.

  • Trouble trouble d'hyperactivité/déficit attentionnel: les symptômes semblables à ceux du trouble oppositionnel avec provocation disparaissent souvent lorsque le trouble d'hyperactivité/déficit attentionnel est convenablement traité.

  • Troubles de l'humeur: l'irritabilité provoquée par une dépression se distingue du trouble oppositionnel avec provocation par la présence d'une anhédonie et de symptômes neurovégétatifs (p. ex., troubles du sommeil et de l’appétit); ces symptômes passent facilement inaperçus chez l'enfant.

  • Les troubles anxieux et obsessionnel-compulsifs: dans ces troubles, les comportements d'opposition se produisent lorsque les enfants ont une anxiété insurmontable ou quand ils sont empêchés de mener leurs rituels.

Traitement

  • Thérapie de modification comportementale

  • Parfois, des médicaments

Les problèmes sous-jacents (p. ex., dysfonctionnements familiaux) et troubles coexistants (p. ex., trouble d’hyperactivité/déficit attentionnel) doivent être identifiés et corrigés. Cependant, même sans traitement, la plupart des cas de trouble oppositionnel avec provocation s'améliorent progressivement avec le temps.

Initialement, le traitement de choix est un programme de modification du comportement basé sur la récompense et destiné à orienter les comportements de l'enfant dans une direction plus socialement appropriée. Nombre de ces enfants peuvent tirer profit de la participation à des groupes de traitement qui construisent des compétences sociales.

Parfois, les médicaments utilisés pour traiter les troubles dépressifs ou anxieux ( Traitement) peuvent être utiles.

Trouble des conduites

Le trouble des conduites est un modèle de comportement récurrent ou persistant dans lequel l'enfant bafoue les droits d'autrui ou les principales règles ou normes sociales liées à son âge. Le diagnostic repose sur l'anamnèse. Le traitement des troubles concomitants et la psychothérapie peuvent obtenir des résultats; cependant, de nombreux enfants demandent une supervision intensive.

La prévalence d’un certain niveau de trouble des conduites est d’environ 10%. Le début du trouble se situe habituellement à la fin de l'enfance ou au début de l'adolescence et est plus fréquent chez les garçons que chez les filles.

Il est probable que l'étiologie en soit une interaction complexe de facteurs génétiques et environnementaux. Les parents d'adolescents présentant un trouble des conduites ont souvent été toxicomanes ou ont eu des comportements antisociaux et un diagnostic de trouble d'hyperactivité/déficit attentionnel, de troubles thymiques, de schizophrénie ou de personnalité antisociale leur a souvent été diagnostiqué. Cependant, le trouble des conduites peut être observé chez des enfants issus de familles de bonne fonctionnalité et sans problème particulier.

Symptomatologie

Les enfants ou adolescents souffrant de trouble des conduites manquent de sensibilité par rapport aux sentiments et au bien-être des autres; et parfois, ils perçoivent de façon erronée l'attitude des autres comme menaçante. Ils peuvent manifester leur agressivité par des brimades et des menaces, en brandissant ou en utilisant une arme, en commettant des violences physiques cruelles, en contraignant quelqu'un à une activité sexuelle, avec peu voire aucun sentiment de remords. Parfois, leur agressivité et leur cruauté sont dirigées contre les animaux. Ces enfants ou adolescents peuvent s'adonner à la destruction de la propriété d'autrui, au mensonge et au vol. Ils tolèrent mal la frustration et sont souvent imprudents, violant les règles et interdictions parentales (p. ex., en fuguant du foyer ou en manquant fréquemment l'école).

Les comportements aberrants diffèrent entre les 2 sexes: les garçons tendent à se battre, à voler et à vandaliser; les filles sont plus susceptibles de mentir, de fuguer et de se prostituer. Les 2 sexes sont susceptibles d'utiliser et d'abuser de drogues illicites et d'avoir des difficultés scolaires. Les idées suicidaires sont fréquentes et les tentatives de suicide doivent être prises au sérieux.

Diagnostic

Le trouble des conduites est diagnostiqué si l'enfant ou l'adolescent a présenté 3 des symptômes suivants au cours des 12 mois précédents et au moins 1 symptôme au cours des 6 mois précédents:

  • Agression envers les personnes et les animaux

  • Destruction de biens

  • Fausseté, mensonges ou vol

  • Violations graves des règles parentales

Les symptômes ou comportements doivent être suffisamment importants pour affecter le fonctionnement des relations humaines, à l'école ou au travail.

Pronostic

Habituellement, les comportements perturbateurs s'arrêtent au cours de l'âge adulte, mais persistent dans environ 1/3 des cas. Beaucoup de ces cas correspondent aux critères de la personnalité antisociale ( Troubles de la personnalité : Trouble de personnalité antisociale). Un début précoce est associé à un moins bon pronostic. Certains enfants et adolescents développent par la suite des troubles de l'humeur ou anxieux, un symptôme de somatisation ou des troubles liés, une toxicomanie ou des troubles psychotiques au début de l'âge adulte. Les enfants et adolescents souffrant de trouble des conduites tendent à avoir des taux de maladies somatiques et d'autres pathologies psychiatriques plus élevés.

Traitement

  • Médicaments utilisés pour traiter l'endométriose

  • Psychothérapie

  • Parfois, placement dans un centre résidentiel

Le traitement médicamenteux et psychothérapique des comorbidités peut améliorer l'estime de soi et l'autocontrôle du patient pour finalement améliorer le contrôle du trouble des conduites. Ces médicaments peuvent comprendre les stimulants, les stabilisateurs de l'humeur et les antipsychotiques atypiques, en particulier l'utilisation à court terme de la rispéridone.

L'attitude moralisatrice et les admonestations sont inefficaces et doivent être évitées. La psychothérapie individuelle, comprenant une thérapie cognitive et des modifications du comportement, peut être efficace. Souvent, les enfants et adolescents gravement perturbés doivent être placés dans des centres où leur comportement peut être géré de manière appropriée, en les séparant de l'environnement qui peut contribuer à leur comportement aberrant.