Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Observance du schéma posologique

Par Daniel A. Hussar, PhD

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

L'observance (compliance) est la capacité du patient à respecter un schéma thérapeutique. Pour les médicaments, une bonne observance nécessite que la prescription soit délivrée rapidement et que le médicament soit pris conformément à la prescription en termes de posologie, fréquence des prises et durée du traitement. Les patients doivent être informés qu'en cas d'arrêt ou de modification de leur prise médicamenteuse, il faut qu'ils en avertissent leur médecin, mais ils le font rarement.

Seule environ la moitié des patients qui quittent le cabinet médical avec une ordonnance prennent leur médicament tel que prescrit. Les causes les plus fréquentes de non-observance sont les suivantes

  • Prise médicamenteuse fréquente

  • Déni de la maladie

  • Mauvaise compréhension des bénéfices du traitement

  • Coût

De nombreuses autres raisons contribuent à la non-observance (v. Causes de non observance).

Causes de non observance

Source

Cause

Patient

Apathie

Perception négative du médicament (p. ex., effets indésirables, toxicomanie)

Déni de la maladie ou de sa signification

Soucis financiers

Oubli

Mauvaise compréhension des instructions de prise

Aucune confiance en l'efficacité du médicament

Difficultés physiques (p. ex., à avaler des comprimés ou gélules, ouvrir des flacons ou se procurer une prescription médicale)

Diminution, fluctuation ou disparition des symptômes

Médicament

Effets indésirables (réels ou imaginaires)

Schéma thérapeutique complexe (p. ex., prise médicamenteuse fréquente, multiples médicaments)

Inconvénient ou précautions d'emploi restrictives (p. ex., pas d'alcool ou de fromage)

Aspect identique des médicaments

Goût ou odeur désagréable

Les enfants sont moins susceptibles d'adhérer à un schéma thérapeutique que les adultes. L'observance est moins bonne en cas de pathologies chroniques qui nécessitent des traitements complexes au long cours (p. ex., diabète juvénile, asthme). Les parents peuvent ne pas bien comprendre les instructions de la prescription médicale et oublier, en moins de 15 min, la moitié de l'information délivrée par le médecin.

Les personnes âgées respectent les schémas thérapeutiques aussi bien que les autres adultes. Cependant, les facteurs qui diminuent l'observance (p. ex., problèmes financiers, prise de plusieurs médicaments ou médicaments à prise multiquotidienne) sont plus fréquents chez la personne âgée (v. Problèmes liés aux médicaments chez les personnes âgées : Défaut d'observance du patient). Des troubles cognitifs peuvent de surcroît diminuer l'observance. Parfois, un prescripteur doit être imaginatif et choisir un médicament dont l'utilisation est plus aisée même si ce dernier peut ne pas être la première option thérapeutique. Par exemple, un patch de clonidine appliqué toutes les semaines par une infirmière à domicile ou un membre de la famille peut être essayé pour traiter une HTA chez les patients qui ne peuvent respecter une prise quotidienne de médicaments po bien qu'elle soit préférable.

La conséquence la plus évidente de la non-observance est que la maladie peut ne pas être soulagée ou guérie. On estime que la non-observance est la cause, chaque année aux USA, de 125 000 décès consécutifs à des pathologies cardiovasculaires. Si les patients prenaient leurs médicaments comme indiqué, jusqu’à 23% des admissions en centre de long séjour, 10% des hospitalisations, de nombreuses consultations médicales, de nombreux tests diagnostiques et un grand nombre de traitements non indispensables seraient évités. Dans certains cas, la non-observance peut effectivement conduire à une aggravation de la maladie. Par exemple, l'omission de doses ou la cessation précoce d'un traitement antibiotique ou antiviral peut conduire à des micro-organismes résistants.

Les pharmaciens et les infirmières peuvent détecter et contribuer à la résolution des problèmes d'observance. Un pharmacien, p. ex., peut s'apercevoir qu'un patient n'est pas venu chercher son renouvellement ou qu'à l'inverse le renouvellement de l'ordonnance est anticipé. En relisant les recommandations mentionnées sur l'ordonnance avec le patient, le pharmacien ou l'infirmière peut déceler une mauvaise compréhension, voire une inquiétude du patient et ainsi y remédier et le rassurer. Le médecin peut modifier les prises compliquées ou fréquentes ou substituer par un médicament aussi sûr et efficace, mais moins coûteux. La communication entre tous les professionnels de santé impliqués dans la prise en charge du patient est déterminante.

Ressources dans cet article