Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Tolérance et résistance

Par Daniel A. Hussar, PhD

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La tolérance est une diminution de la réponse à un médicament utilisé de façon répétée. La résistance est le développement de la capacité de résister à l'effet d'un médicament antérieurement destructeur par des micro-organismes ou des cellules tumorales.

Des exemples de drogues/médicaments qui induisent une tolérance comprennent l'alcool et les opiacés. Un mécanisme responsable de la tolérance est un métabolisme accéléré, p. ex., par induction des enzymes hépatiques telles que les enzymes du système du cytochrome P-450 ( Cytochrome P-450). D'autres mécanismes possibles sont une diminution de l'affinité de liaison entre un médicament et un récepteur et une diminution du nombre de récepteurs. Les mécanismes responsables l'accoutumance ne sont pas toujours connus.

La tolérance est différente de la dépendance. La dépendance est caractérisée par un désir d'utiliser un médicament (dépendence psychologique Définitions) et/ou par des symptômes physiques désagréables, appelés syndrome de sevrage, lorsque l'utilisation du médicament est arrêtée (ou dependence physique, Définitions).

Les souches de micro-organismes sont résistantes quand elles ne sont plus tuées ou inhibées par des médicaments antimicrobiens qui étaient auparavant efficaces. Le mécanisme commence par une modification génétique résultant de l'acquisition d'une mutation ou d'un gène. L'agent antimicrobien précédemment efficace éliminant préférentiellement les micro-organismes non résistants, les micro-organismes résistants deviennent les espèces prédominantes ( Revue générale des médicaments antibactériens : Résistance aux antibiotiques). De même, les tumeurs peuvent devenir résistantes si une mutation qui confère une résistance à un médicament anticancéreux se développe et ce médicament anticancéreux utilisé à plusieurs reprises élimine de manière préférentielle les cellules tumorales non résistantes. Par exemple, de nombreux patients qui ont une leucémie myéloïde chronique sont devenus résistants à l'inhibiteur de tyrosine kinase imatinib en raison de la présence de la mutation T315I.