Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Voyages à l'étranger

Par Christopher Sanford, MD, MPH, DTM&H, University of Washington;University of Washington

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Près d'1 sujet sur 30 voyageant à l'étranger nécessite des soins en urgence. À l'étranger, toute maladie peut entraîner des difficultés importantes. De nombreuses assurances, parmi lesquelles Medicare, ne sont pas valables à l’étranger; les hôpitaux d’outre-mer exigent souvent un dépôt en espèces important pour les non-résidents, indépendamment de l'assurance. Les agences de voyages et les principales compagnies de cartes de crédit proposent des contrats d'assistance pour voyageurs qui prennent éventuellement en charge le rapatriement sanitaire. Il existe des annuaires listant les médecins anglophones dans les pays étrangers, les consulats des USA qui peuvent aider dans l’obtention en urgence de soins médicaux et d’informations sur les risques des voyages à l'étranger (v. Contacts utiles en cas de voyage à l'étranger). Les patients qui présentent des troubles graves doivent organiser préalablement à leur voyage un contact ou un contrat avec un organisme qui offre des services d'évacuation médicalisée depuis les pays étrangers. Certaines infections sont fréquentes lors des voyages dans certaines régions.

Contacts utiles en cas de voyage à l'étranger

Organisation

Numéros de téléphone

Site web

International Association for Medical Assistance to Travellers (IAMAT)

USA: (716)754-4883 (Niagara Falls, NY)

Canada: (519) 836-0102 (Guelph, Ontario); (416) 652-0137 (Toronto, Ontario)

Centers for Disease Control and Prevention (CDC)

US: gratuitement (800) CDC-INFO (800-232-4636)

TTY: (888) 232-6348 (Atlanta, GA)

CDC Malaria Hotline

US: (770) 488-7788 ou (855) 856-4713; heures non ouvrables, (770) 488-7100 (Atlanta, GA)

US Department of State, Overseas Citizens Services

USA: (888) 407-4747

(Washington, DC)

World Health Organization (WHO [OMS])

International: (+4122)-791-2111

(Genève, Suisse)

Vaccinations

Certains pays exigent des vaccinations spécifiques (v. Vaccins pour un voyage international*,†,‡). Des informations générales sur les vaccinations et les rappels nécessaires avant un voyage et sur les indications de la chimioprophylaxie du paludisme sont disponibles auprès de la hotline du paludisme et sur le site web du Centers for Disease Control and Prevention (CDC) (v. aussi les recommandations du CDC, Travelers’ Health: Vaccinations and Malaria and Travelers).

Vaccins pour un voyage international*,†,‡

Infection

Régions où le vaccin est recommandé

Commentaires

Hépatite A

Tous les pays à faible revenu

2 doses sont nécessaires à 6 mois de distance; une protection complète est assurée pendant 6 à 12 mois après la 1ère dose et à vie après la 2e dose

Hépatite B

Tous les pays à bas revenu, en particulier la Chine

Recommandée pour tous les voyageurs restants sur une longue période ou pour les professionnels de santé

Grippe

Toute l'année sous les tropiques

D'avril à septembre dans l'hémisphère Sud; d'octobre à avril dans l'hémisphère Nord

Recommandée pour tous les voyageurs âgés de > de 6 mois

Encéphalite japonaise

Les régions rurales de la majeure partie de l'Asie, en particulier dans les régions de production de riz et d'élevage porcin

2 doses séparées d'au moins 28 j

Non recommandé chez la femme enceinte

Infections méningococciques

Afrique du Nord sub-saharienne du Mali à l'Éthiopie (la ceinture méningitique)

Nécessaire pour l'entrée en Arabie saoudite pendant le Hajj ou l'Omra

Partout dans le monde, en particulier dans les situations de surpeuplement (p. ex., dortoirs)

Le risque est plus élevé pendant la saison sèche (de décembre à juin)

Rage

Tous les pays, y compris les USA

Recommandée pour les voyageurs à risque de morsures d'animaux (p. ex., campeurs en zones rurales, vétérinaires, travailleurs sur le terrain, personnes vivant dans les régions reculées)

N'élimine pas le besoin de vaccination supplémentaire après morsure d'animal pour une protection accrue

Recommandé pendant la grossesse uniquement si le risque d'infection est élevé

Fièvre typhoïde

Tous les pays à bas revenu, en particulier en Asie du Sud (y compris l'Inde)

Sous forme de comprimé: 1 prise 1 j/2 pour un total de 4 comprimés; protège pendant 5 ans

  • Non sûr chez la femme enceinte

Sous forme d'injection unique: protège pendant 2 ans et est supposé être plus sûr chez les femmes enceintes que la forme pilule du vaccin.

Fièvre jaune

Amérique du Sud tropicale

Afrique tropicale

Bien que cette infection soit rare, la vaccination est obligatoire pour l'entrée dans de nombreux pays

Non sûr chez la femme enceinte

Risque augmenté d'effets indésirables chez les personnes âgées§

*En plus des vaccinations obligatoires, les vaccinations contre la rougeole, les oreillons, la rubéole, le tétanos, la diphtérie, la polio, les infections à pneumocoques et la varicelle doivent être à jour.

L'ensemble de ces recommandations est susceptible de modifications. Pour les recommandations les plus récentes, v. the Centers for Disease Control and Prevention (www.cdc.gov ou 800-CDC-INFO [800-232-4636]).

§Les médecins doivent envisager de fournir un certificat permettant que les voyageurs âgés ne soient pas vaccinés sauf en cas de risque d'exposition élevé.

Blessures et mort

Les accidents de la voie publique sont la première cause de mortalité chez les voyageurs internationaux non âgés. Les voyageurs doivent attacher leur ceinture de sécurité dans un véhicule, et porter un casque quand ils font du vélo. Il est déconseillé de rouler à moto et à mobylette et de voyager sur les toits des bus ou à l'arrière de camions ouverts. Pour éviter la noyade (autre cause fréquente de mortalité à l'étranger), les voyageurs doivent éviter les plages avec de forts courants ou rouleaux et ne doivent pas nager après avoir bu de l'alcool.

Diarrhée des voyageurs

La diarrhée du voyageur ( Diarrhée du voyageur) est le problème de santé le plus fréquent chez les voyageurs internationaux. La diarrhée du voyageur est habituellement autolimitée, guérissant typiquement dans les 5 j; cependant, 3 à 10% des voyageurs ayant une diarrhée du voyageur ont des symptômes durant > 2 semaines, et jusqu'à 3% des voyageurs ont une diarrhée du voyageur > 30 j. Une diarrhée du voyageur qui dure < 1 semaine ne nécessite aucun bilan. En cas de diarrhée du voyageur persistante, un bilan biologique est nécessaire ( Diarrhée : Examens complémentaires).

Le traitement auto initié est indiqué en cas de symptômes modérés à sévères ( 3 selles molles sur 8 h), en particulier en cas de vomissement, de fièvre, de crampes abdominales ou de présence de sang dans les selles. Le traitement repose sur des antibiotiques appropriés (p. ex., une fluoroquinolone pour la plupart des destinations, un macrolide comme l'azithromycine pour l'Asie du Sud-Est). Les mesures supplémentaires comprennent le lopéramide (sauf en cas de fièvre, de selles sanglantes ou de douleurs abdominales ainsi que chez l'enfant de < 2 ans); la compensation des pertes liquidiennes; et, chez les personnes âgées et les petits enfants, des électrolytes (p. ex., solution de réhydratation orale).

Les mesures qui peuvent diminuer le risque de diarrhée du voyageur comprennent

  • Boire et se brosser les dents avec de l'eau en bouteille, ou filtrée, ou bouillie ou chlorée

  • Éviter la glace

  • Manger des aliments fraîchement préparés uniquement s'ils ont été chauffés à des températures d'ébullition

  • Manger uniquement des fruits et légumes que le voyageur a personnellement pelés ou décoquillés

  • Éviter la nourriture vendue dans la rue

  • Se laver les mains fréquemment

  • Éviter tous les aliments susceptibles d'avoir été exposés aux mouches

Les antibiotiques à visée préventive (p. ex., fluoroquinolones) sont efficaces pour empêcher une diarrhée, mais, du fait des inquiétudes sur leurs effets indésirables et le développement de résistance, ils doivent probablement être réservés aux patients immunodéprimés.

Schistosomiase (bilharziose)

La schistosomiase (bilharziose) est fréquente et est causée par l'exposition à l'eau dormante en Afrique, Asie du Sud-Est, Chine et partie Est de l'Amérique du Sud. Le risque de schistosomiase (bilharziose) peut être réduit par le port de chaussures et de chaussettes lors de la marche dans l'eau et en évitant les activités en eau douce dans les zones où la bilharziose est fréquente ( Schistosomiase (bilharziose)).

Problèmes au retour d'un voyage

Le problème de santé le plus fréquent chez les voyageurs est

  • Diarrhée du voyageur persistante

La plupart des maladies fréquentes potentiellement graves sont

Les personnes peuvent également attraper des poux ( Poux) et la gale ( Gale) après avoir fréquenté des logements surpeuplés ou des endroits où les mesures d'hygiène sont sommaires.

Certaines maladies n’apparaissent que plusieurs mois après que le voyageur soit rentré chez lui; un historique du voyage avec la mention des risques auxquels le patient a pu être exposé est un indice utile au diagnostic lorsque des patients présentent un tableau clinique déroutant. L'International Society of Travel Medicine (www.istm.org) et l'American Society of Tropical Medicine and Hygiene (www.astmh.org) ont des listes d'établissements spécialisés dans les voyages sur leurs sites web. Nombre de ces établissements sont spécialisés dans l'assistance aux voyageurs qui tombent malades après leur retour à domicile.

Ressources dans cet article