Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Ginkgo

Par Ara DerMarderosian, PhD, Professor Emeritus of Biology and Pharmacognosy, University of the Sciences

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le ginkgo (Ginkgo biloba) est préparé à partir des feuilles de l'arbre ginkgo (souvent cultivé aux États-Unis dans un but ornemental et pour son caractère unique d'un point de vue botanique car c'est le seul membre de sa famille qui a survécu). On pense que les composants actifs sont les terpènes ginkgolides et les flavonoïdes.

Le fruit de l'arbre gingko, qui est assez malodorant, n'est pas utilisé dans les produits de ginkgo. Un contact avec la pulpe du fruit, que l'on peut trouver sous les arbres femmes de ginkgo, peut provoquer une inflammation sévère du derme (dermatite). Les graines crues du fruit sont toxiques et peuvent provoquer des convulsions et, en grandes quantités, la mort. En Asie, on mange les graines cuites de ginkgo qui sont disponibles dans les boutiques de produits asiatiques aux États-Unis; les graines ne contiennent pas de ginkgolides et n’ont donc pas d'effet thérapeutique connu.

Indications

Les dérivés des feuilles de Ginkgo sont utilisés pour soulager les symptômes mineurs de la claudication, bien que des exercices physiques et le cilostazol puissent être plus efficaces. Le gingko augmente la distance que des patients peuvent parcourir sans douleur.

Le ginkgo a été utilisé depuis longtemps dans les démences. Le gingko a également été utilisé pour atténuer la perte de mémoire, les acouphènes, la dégénérescence maculaire liée à l'âge et le mal d'altitude. Le gingko peut empêcher les lésions rénales provoquées par la cyclosporine administrée comme agent immunosuppresseur.

Preuves

On pense que le ginkgo est un agent vasoactif. Même si les patients présentant une claudication intermittente sont susceptibles de pouvoir marcher plus longtemps que les patients traités par placebo, cet avantage est tout à fait mineur selon une analyse Cochrane de 2013. Cette analyse a porté sur 14 essais et a concerné un total de 739 participants, 11 de ces essais (477 participants) ont comparé le Ginkgo biloba au placebo (1).

Des études précoces ont indiqué que le ginkgo stabilise temporairement la fonction mentale et sociale chez les sujets qui présentent une démence légère à modérée. Cependant, les essais cliniques à grande échelle récents ont montré que la supplémentation en ginkgo (EGb 761) ne retardait pas le développement et la progression de la démence ni de la maladie d'Alzheimer chez la personne âgée (2-4). Il est évident que d'autres études sont nécessaires quant à l'utilisation clinique de ce supplément en cas de démence.

Une analyse Cochrane de 2013 (5) de 2 études a suggéré le rôle potentiel du ginkgo pour ralentir la progression de la dégénérescence maculaire liée à l'âge. Un extrait de ginkgo standard a été utilisé contre placebo dans les deux études, dans lesquelles 119 personnes ont pris le supplément pendant 6 mois. De futurs essais à grande échelle sur des périodes plus longues sont justifiés avant que les affirmations ne soient appuyées.

Quelques essais cliniques de petite envergure suggèrent que le ginkgo peut soulager les acouphènes (6) et prévenir le mal de l'altitude chez certains patients (7-8); cependant, les effets sont quelque peu contradictoires et la source et la composition de l'extrait de ginkgo peuvent en déterminer l'efficacité.

Effets indésirables

Des nausées, dyspepsie, céphalées, vertiges et palpitations cardiaques peuvent survenir.

Interactions pharmacologiques

Le ginkgo peut interagir avec l'aspirine, d'autres AINS et la warfarine; il peut aussi réduire l'efficacité des anti-convulsivants.

Références Ginkgo