Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Stéroïdes anabolisants

Par Gerald F. O’Malley, DO, Professor of Emergency Medicine, Sidney Kimmel School of Medicine, Thomas Jefferson University and Hospital ; Rika O’Malley, MD, Attending Physician, Department of Emergency Medicine, Einstein Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les stéroïdes anabolisants sont souvent utilisés pour améliorer les performances physiques et favoriser la croissance des muscles. Lorsqu'ils sont utilisés chroniquement de façon inadéquate à des doses élevées et sans surveillance médicale, ils peuvent favoriser un comportement lunatique et irrationnel et une grande variété d'effets indésirables sur le plan physique.

Les stéroïdes anabolisants comprennent la testostérone et tous les médicaments chimiquement et pharmacologiquement apparentés à la testostérone, qui favorisent la croissance des muscles; de nombreuses drogues sont disponibles. Les stéroïdes anabolisants sont utilisés en clinique pour traiter des taux de testostérone bas en cas d'hypogonadisme masculin. En outre, comme les stéroïdes anabolisants sont anticataboliques et qu'ils améliorent l'utilisation des protéines, ils sont parfois administrés aux grands brûlés contraints de rester alités ou à d'autres patients fragilisés pour éviter l'amaigrissement musculaire.

Certains prescrivent des stéroïdes anabolisants en cas d'amaigrissement lié au SIDA et au cancer. Il y a peu de données, cependant, pour recommander un tel traitement et peu de conseils sur la manière dont la supplémentation des androgènes peut affecter les troubles sous-jacents. La testostérone a été réputée faciliter la guérison des plaies et des lésions musculaires, bien qu'il existe peu d'information pour étayer ces assertions.

Les stéroïdes anabolisants sont pris illégalement pour augmenter la masse musculaire maigre et la force musculaire; un exercice de musculation et certains régimes alimentaires peuvent augmenter ces effets. Il n'existe pas de preuves directes que les stéroïdes anabolisants augmentent l'endurance ou la vitesse, mais des éléments substantiels anecdotiques évoquent que les sportifs en prenant peuvent accomplir plus fréquemment des entraînements de haute intensité. L'hypertrophie musculaire est sans équivoque.

Les estimations de l'incidence sur la vie des abus de stéroïdes anabolisants vont de 0,5 à 5% de la population, mais les sous-populations présentent des taux significativement (p. ex., plus hauts chez les culturistes et les sportifs de compétition). Aux États-Unis, la fréquence d'utilisation varie de 6 à 11% chez les lycéens de sexe masculin, ce pourcentage comprend également un nombre inattendu de non sportifs, et environ 2,5% chez les lycéennes de sexe féminin.

Physiopathologie

Les stéroïdes anabolisants ont des effets androgéniques (p. ex., modifications de la pilosité ou de la libido, agressivité) et des effets anabolisants (p. ex., augmentation de l'utilisation des protéines, modifications de la masse musculaire). Les effets androgéniques ne peuvent pas être séparés de l'effet anabolisant, mais certains stéroïdes anabolisants ont été synthétisés pour réduire au minimum les effets androgéniques.

La testostérone est rapidement dégradée par le foie; la testostérone orale est inactivée trop rapidement pour être efficace et la testostérone injectable doit être modifiée (p. ex., par estérification) pour retarder l'absorption ou retarder la dégradation. Les analogues modifiés par 17α-alkylation sont souvent efficaces po, mais peuvent présenter une augmentation des effets indésirables. Des préparations transdermiques sont également disponibles.

Effets chroniques

Les effets indésirables varient de manière considérable selon la posologie et le produit. Il existe peu d'effets indésirables lors du remplacement physiologique des doses (p. ex., de méthyltestostérone 10 à 50 mg/jour ou de son équivalent). Les sportifs peuvent prendre des doses de 10 à 50 fois plus importantes. À des doses élevées, certains effets sont évidents; tandis que d'autres sont équivoques (voir Effets indésirables des stéroïdes anabolisants). Des incertitudes existent car la plupart des études impliquent des patients qui peuvent ne pas signaler leurs doses avec précision et qui prennent aussi des médicaments provenant du marché noir, parmi lesquels beaucoup sont contrefaits et contiennent (malgré l'étiquetage) des doses et des substances variables.

Effets indésirables des stéroïdes anabolisants

Clairement démontrée

Polyglobulie

Profil lipidique anormal HDL (diminuées, LDL augmentées)

Anomalies hépatiques: péliose hépatique, adénome

Troubles de l'humeur (à haute dose)

Effets androgéniques: acné, calvitie, virilisation et hirsutisme chez la femme

Insuffisance gonadique (diminution du nombre de spermatozoïdes, atrophie testiculaire)

Gynécomastie

Ossification prématurée des cartilages épiphysaires

Incertain

HTA et hypertrophie ventriculaire gauche

Aggravation de l'hypertrophie prostatique ou d'un carcinome préexistant

Carcinome hépatique

Mal démontré*

Risque accru de mort subite chez les sportifs

Trouble significatif de l'humeur à faible dose

*Principalement avec des analogues 17α-alkylés.

HDL = lipoprotéines de haute densité; LDL = lipoprotéines de basse densité; HVG = hypertrophie ventriculaire gauche.

Les sportifs peuvent prendre des stéroïdes pendant une période de temps donnée, les arrêter, puis les reprendre (cyclique) plusieurs fois/an. On considère que l'arrêt intermittent du médicament permet à la testostérone endogène, au nombre de spermatozoïdes et à l'axe hypothalamo-hypophyso-gonadique de revenir à la normale. Des éléments anecdotiques évoquent que l'absorption cyclique pourrait réduire les effets délétères et la nécessité d'augmenter les doses de médicaments pour obtenir l'effet désiré.

Les sportifs utilisent souvent plusieurs médicaments simultanément (une pratique dénommée " stacking ") et alternent les voies d'administration (po, IM ou transdermique). L'augmentation de la dose au cours d'un cycle (pyramidalisation) peut aboutir à des posologies de 5 à 100 fois supérieures aux doses physiologiques. Le stacking et la pyramidalisation ont pour objectif d'augmenter l'affinité pour les récepteurs et de réduire au minimum les effets indésirables, mais leur intérêt n'a pas été démontré.

Symptomatologie

Le signe le plus caractéristique est une augmentation rapide de la masse musculaire. Le taux et l'importance de l'augmentation sont directement liés aux doses prises. Les patients qui prennent des doses physiologiques ont une croissance lente et souvent imperceptible; la prise de mégadoses peut augmenter le poids maigre de plusieurs kg par mois. On observe également une augmentation de l'énergie et de la libido (chez l'homme), mais elle est plus difficile à mettre en évidence.

Les effets psychologiques (habituellement présents uniquement à des doses très élevées) sont souvent signalés par la famille:

  • Sautes d'humeur importantes et irrégulières

  • Comportement irrationnel

  • Augmentation de l'agressivité (" fureur froide ")

  • Irritabilité

  • Augmentation de la libido

  • Dépression

Une augmentation de l'acné est fréquente dans les deux sexes; la libido peut augmenter ou, plus rarement, diminuer; l'agressivité et l'appétit peuvent augmenter. Une gynécomastie, une atrophie testiculaire et une fertilité diminuée peuvent être observées chez l'homme. Certains effets de virilité (p. ex., alopécie, hypertrophie du clitoris, hirsutisme, voix plus grave) sont fréquents chez la femme. De plus, la taille des seins peut diminuer; la muqueuse vaginale peut s'atrophier; et les menstruations peuvent changer ou s'arrêter. La virilisation et la gynécomastie peuvent être irréversibles.

Diagnostic

  • Analyse d'urine

Une analyse d'urine permet habituellement d'identifier les utilisateurs de stéroïdes anabolisants. Les métabolites des stéroïdes anabolisants peuvent être identifiés dans l'urine jusqu'à 6 mois (voire plus longtemps pour certains types de stéroïdes) après l'arrêt des médicaments.

La testostérone exogène est indiscernable de la testostérone endogène. Cependant, si les taux élevés de testostérone sont détectés, le rapport entre la testostérone et l'épitestostérone (un stéroïde endogène qui est chimiquement presque identique à la testostérone) est mesuré. Normalement, le ratio est < 6:1; si la testostérone est prise de façon exogène, le ratio est plus élevé.

Traitement

  • Arrêt de l'utilisation

Le principal traitement est l'arrêt de la substance. Bien qu'aucune dépendance physique ne s'installe, une dépendance psychologique, en particulier chez les culturistes de compétition, peut être observée. La gynécomastie peut exiger une réduction chirurgicale.

Prévention

Les médecins s'occupant d'adolescents et de jeunes adultes doivent être réceptifs aux signes d'un abus de stéroïdes et informer les patients sur les risques. L'information sur les stéroïdes anabolisants doit commencer dès l'entrée au collège. L'utilisation des programmes qui enseignent des alternatives, des manières saines d'augmenter la taille musculaire et d'optimiser les performances grâce à une bonne nutrition et à la musculation, permet une amélioration. Présenter à la fois les risques et les avantages de l'utilisation de stéroïdes anabolisants semble être un moyen plus efficace d'éduquer les adolescents sur les effets négatifs de l'utilisation de stéroïdes illicites.

Ressources dans cet article