Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Intolérance environnementale idiopathique

(Syndrome d'hypersensibilité chimique multiple; maladie environnementale)

Par Donald W. Black, MD, Vice Chair for Education, Department of Psychiatry, University of Iowa, Roy J. and Lucille A. Carver College of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

L'intolérance environnementale idiopathique est caractérisée par des symptômes récidivants non spécifiques attribués à une faible exposition à différentes substances fréquentes dans l'environnement sans appartenance à une même famille chimique. Les symptômes sont nombreux, concernant des organes multiples, mais les signes cliniques ne sont pas spécifiques. Le diagnostic est un diagnostic d'exclusion. Le traitement consiste à apporter une aide psychologique et à éviter les facteurs déclenchants supposés, bien que ceux-ci puissent rarement être déterminés avec précision.

Il n'existe aucune définition universellement reconnue, mais l'intolérance environnementale idiopathique est en général définie comme le développement de symptômes multiples attribués à l'exposition à un certain nombre de substances chimiques identifiables ou non (inhalées, touchées ou ingérées) en l'absence de dysfonctionnement d'organe ou de signes cliniques en rapport cliniquement décelables.

Étiologie

Déclencheurs

Les facteurs déclencheurs de l'intolérance environnementale idiopathique comprennent

  • Alcool et drogues

  • Caféine et additifs alimentaires

  • Odeurs des tapis et des meubles

  • Odeurs de carburant et gaz d'échappement du moteur

  • Matériaux de peinture

  • Parfum et d'autres produits parfumés

  • Pesticides et herbicides

Mécanisme

Des théories immunologiques et non immunologiques ont été proposées. Ces théories souffrent de l'absence d'effet dose des substances incriminées: les symptômes peuvent ne pas réapparaître après une forte exposition à une substance qui semblait antérieurement provoquer une réaction pour des taux beaucoup plus faibles; c.-à-d., les symptômes peuvent ne pas se reproduire après l'exposition à des niveaux élevés d'une substance qui, auparavant, à des niveaux beaucoup plus bas, semblait provoquer une réaction. De même, il n'existe aucun élément objectif et cohérent en faveur d'une inflammation systémique, d'un excès de cytokines ou d'une activation du système immunitaire en relation avec les symptômes constatés. De nombreux médecins considèrent que l'étiologie est psychologique, probablement une forme de trouble somatoforme ( Trouble somatoforme). D'autres suggèrent que le syndrome est un type d'attaque de panique ( Attaque de panique et trouble panique) ou d'agoraphobie ( Trouble somatoforme).

Une intolérance environnementale idiopathique se développe chez 40% des sujets qui présentent un syndrome de fatigue chronique ( Syndrome de fatigue chronique) et chez 16% des sujets qui présentent une fibromyalgie ( Fibromyalgie). L'intolérance environnementale idiopathique est plus fréquente chez la femme.

Des perturbations biologiques quantifiables (p. ex., diminution des taux de lymphocytes B, augmentation des taux d'IgE), bien que rares, sont parfois observées chez certains patients. Cependant, ces anomalies apparaissent sans un modèle cohérent, leur signification est incertaine, et la recherche de ces anomalies pour établir une base immunologique au trouble doit être découragée.

Symptomatologie

Les symptômes (p. ex., palpitations, douleur thoracique, sudation, dyspnée, asthénie, bouffées de chaleur, vertiges, nausées, accès de suffocation, tremblement, torpeur, toux, enrouement, difficultés de concentration) sont nombreux et touchent habituellement plus d'un organe. La plupart des patients se présentent avec une longue liste d'agents suspects, qu'ils ont eux-mêmes identifiés ou qu'un médecin a identifiés lors d'évaluations précédentes. Ces patients prennent souvent des mesures drastiques pour éviter ces agents comme déménager ou changer d’emploi, éviter les aliments contenant " les substances chimiques suspectes ", porter parfois des masques en public ou éviter tout simplement les situations publiques. L'examen clinique est typiquement toujours normal.

Diagnostic

  • Exclusion des autres causes

Le diagnostic implique d'abord l'exclusion des troubles connus qui ont des manifestations similaires:

  • Allergies (p. ex., rhinite allergique, allergies alimentaires)

  • Troubles atopiques (p. ex., asthme, œdème de Quincke)

  • Maladies liées aux bâtiments

  • Troubles du tissu conjonctif (p. ex., lupus érythémateux disséminé)

  • Troubles endocriniens (p. ex., syndrome carcinoïde, phéochromocytome, mastocytose)

Les troubles atopiques sont exclus par une anamnèse clinique typique, des prick-tests cutanés spécifiques, le dosage sérique des IgE spécifiques ou ces 3 éléments ensemble. Il peut être utile de consulter un allergologue. Les maladies liées au bâtiment, y compris le syndrome des bâtiments malsains, dans lequel beaucoup de sujets qui passent du temps dans le même bâtiment développent des symptômes ( Maladies liées aux bâtiments : Maladies liées aux bâtiments spécifiques), doivent être envisagées.

Si la symptomatologie n'est pas fortement évocatrice d'un trouble du tissu conjonctif ou de troubles rhumatologiques auto-immuns (p. ex., manifestations articulaires, cutanées et/ou muqueuses), les tests d'une large gamme d'auto-anticorps (p. ex., anticorps antinucléaires [ANA], facteur rhumatoïde, antigènes nucléaires extractibles [extractable nuclear antigens, ENA]) doivent être évités. Dans de tels cas, la probabilité prétest est faible et les résultats faux-positifs sont beaucoup plus probables que les résultats vrais positifs; des ANA faiblement positifs sont présents chez environ 20% de la population.

Traitement

  • Thérapies psychologiques

  • Parfois, en évitant les déclencheurs suspects

Malgré un rapport de cause à effet encore incertain, l'objectif du traitement est parfois d'éviter les agents suspectés d'être déclenchants, ce qui est parfois difficile, car beaucoup sont omniprésents. Cependant, l'isolement social et les comportements onéreux et très handicapants destinés à éviter la survenue des symptômes doivent être déconseillés. Une relation de soutien avec un médecin généraliste qui rassure et protège les patients contre les tests et les procédures inutiles est importante.

Un bilan et un traitement psychologique permettent d'apporter une amélioration, mais de nombreux patients refusent cette approche. Cependant, le but de cette approche n'est pas de convaincre le patient que la cause est psychologique, mais plutôt d'aider le patient à gérer ses symptômes et améliorer sa qualité de vie. Les techniques utiles comprennent la désensibilisation psychologique (souvent dans le cadre d'une thérapie cognitivo-comportementale) et l'exposition progressive, Troubles phobiques spécifiques : Traitement). Des psychotropes peuvent être utiles si ciblés vers des troubles psychiatriques concomitants (p. ex., dépression majeure; trouble panique).

Points clés

  • Selon les données actuelles, l'intolérance environnementale idiopathique ne peut pas être expliquée par des facteurs non psychologiques.

  • Pour le diagnostic, exclure les troubles qui peuvent avoir des manifestations similaires (p. ex., des troubles allergiques) et évoquer le syndrome des bâtiments malsains.

  • Rechercher des anomalies immunologiques n'est indiqué que par les résultats cliniques.

  • Encourager les thérapies psychologiques telles qu'une exposition graduelle et un traitement médicamenteux des troubles psychiatriques coexistants.