Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Homéopathie

Par Steven Rosenzweig, MD, Clinical Associate Professor, Drexel University College of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Développée en Saxe, Allemagne, à la fin du XVIIIe siècle 1700, l'homéopathie est un système médical basé sur la loi des similitudes. Une substance qui, administrée à forte dose, provoque un ensemble de symptômes, entraînerait la guérison de ces mêmes symptômes quand elle est administrée à doses petites à infinitésimales. L'utilisation de dilutions infinitésimales est supposée stimuler les mécanismes de guérison du corps.

Les traitements sont fondés sur les caractéristiques spécifiques du patient, incluant sa personnalité et son mode de vie, ainsi que ses symptômes et son état général. L'homéopathie vise à rétablir le flux de force vitale corporelle innée (vitalisme); elle ne repose pas sur les principes de la chimie ou de la physiologie.

Les remèdes homéopathiques utilisés sont issus de substances naturelles telles que des extraits de plantes et de minéraux. Les concentrations infinitésimales sont obtenues par des méthodes spécifiques. Plus le remède homéopathique est dilué, plus il est considéré comme efficace. De nombreuses solutions sont tellement diluées qu'elles ne contiennent plus de molécule du principe actif. Par exemple, la dilution 30C est diluée 1 à 100 dans les 30 dilutions en série, conduisant à une dilution finale de 1 x 1060.

Les produits homéopathiques sont disponibles en vente libre ou sur ordonnance.

Réglementation de l'homéopathie

Contrairement aux compléments alimentaires et à bases de plantes, les remèdes homéopathiques sont réglementés par la FDA. Seuls les remèdes homéopathiques approuvés par la FDA peuvent être fabriqués. En raison de la présence infinitésimale des principes actifs après dilution, ceux-ci sont testés avant dilution.

La FDA exempte les remèdes homéopathiques de plusieurs exigences qui existent pour d'autres médicaments:

  • L'identité et la force de chaque ingrédient actif ne doivent pas être confirmées par un laboratoire avant la distribution du remède.

  • Les fabricants de produits homéopathiques ne sont pas tenus de fournir des preuves d'efficacité.

  • Aux États-Unis, les remèdes homéopathiques ont été temporairement exemptés des limitations de quantité d'alcool (leur diluant habituel) qu'ils peuvent contenir.

Cependant, l'étiquetage doit comporter:

  • Le fabricant

  • La mention " homéopathique "

  • Au moins une indication

  • Les instructions de sécurité d'utilisation

  • Sauf dérogation spéciale, le principe actif et le degré de dilution

Éléments en faveur de l'homéopathie

Les principes de l'homéopathie, selon lesquels les semblables guérissent les semblables et la dilution rend les préparations plus puissantes, n'ont aucun fondement scientifique. La supposition selon laquelle une préparation diluée, tant qu'elle ne contient pas d'ingrédient actif, aurait des effets physiologiques différents de ceux d'un placebo, est biologiquement et chimiquement peu plausible. Cependant, certaines préparations homéopathiques contiennent des ingrédients actifs en concentration suffisante pour produire des effets physiologiques (p. ex., Zicam, qui contient une quantité mesurable de zinc).

L'efficacité de l'homéopathie a été étudiée intensivement dans divers troubles. En 2010, une analyse1 des revues systématiques a révélé que l'homéopathie n'était pas plus efficace que le placebo, quelle que soit l'indication, comme l'a fait le House of Commons Science and Technology Committee au Royaume-Uni2 après une analyse exhaustive des examens systématiques et des méta-analyses de l'homéopathie (2010). L'analyse exhaustive menée par le gouvernement australien des preuves cliniques en faveur de l'homéopathie3 (2013) a conclu que, pour 61 indications, des preuves existaient quant au manque d'efficacité de l'homéopathie et que, pour 7 autres indications, aucune preuve n'était fiable.

Les partisans citent souvent les données préliminaires de 3 études4 publiées en 2003 en faveur de l'efficacité de l'homéopathie dans la diarrhée chez l'enfant. Cependant, une analyse indépendante de ces données a conclu qu'elles n'étaient pas convaincantes et, en 2006, une étude5 de suivi à plus grande échelle et plus rigoureuse a conclu que l'homéopathie ne traitait pas efficacement la diarrhée chez l'enfant. Les critiques soulignent également que comme les 3 études ont été effectuées par le même chercheur, il n'y a pas eu de réplication indépendante.

Utilisations de l'homéopathie

L'homéopathie est couramment utilisée en Europe et en Inde, en grande partie parce qu'elle l'est depuis longtemps, sa pratique étant devenue culturelle.

L'homéopathie a été utilisée pour traiter divers troubles tels qu'allergies, rhinites, troubles digestifs, douleurs musculosquelettiques et vertiges.

Effets indésirables possibles

L’homéopathie est bien tolérée et présente peu de risques; une réaction allergique ou toxique est rare.

Une revue de 20121 des cas d'effets indésirables signalés a identifié 38 rapports portant sur 1159 patients. Les effets indésirables comprenaient

  • Réactions directes aux traitements homéopathiques, sans doute en raison de principes actifs

  • Lésions indirectes dues à la substitution de l'homéopathie à un traitement conventionnel efficace

Les médecins conventionnels ne doivent pas présumer qu'un remède homéopathique pris par un patient est biologiquement inactif et donc ne peut avoir d'effet néfaste. En outre, certains remèdes homéopathiques contiennent d'autres ingrédients actifs qui peuvent avoir des effets physiologiques. La prise de remèdes homéopathiques par les patients est difficile à déterminer car les patients utilisent souvent le terme homéopathique à tort, en référence à un complément alimentaire qu'ils prennent. En outre, la FDA permet à de nombreuses plantes médicinales d'être enregistrées et étiquetées comme homéopathiques si elles subissent un processus pharmaceutique particulier.

Pièges à éviter

  • Ne pas partir du principe que les remèdes homéopathiques sont biologiquement inactifs; bien que les ingrédients présents dans les remèdes homéopathiques soient habituellement si dilués qu'ils ne présentent aucun risque potentiel, certains remèdes contiennent effectivement des ingrédients en quantités susceptibles de présenter des effets physiologiques.

  • 1Posadzki P, Alotaibi A, Ernst E: Adverse effects of homeopathy: a systematic review of published case reports and case series. Int J Clin Pract 66(12):1178–88, 2012.

Ressources dans cet article