Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Thérapies à fondement biologique

Par Steven Rosenzweig, MD, Drexel University College of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Les thérapies à fondement biologique utilisent des substances naturelles et comprennent les thérapies biologiques (p. ex., cartilage de requin pour traiter le cancer, glucosamine pour traiter l'arthrose), la diétothérapie, l'herboristerie ( Compléments alimentaires), la médecine orthomoléculaire et les traitements chélateurs.

Diétothérapie

La diétothérapie utilise des régimes alimentaires spécialisés (p. ex., thérapie de Gerson, régimes macrobiotiques, régime Pritikin) pour traiter ou prévenir un trouble spécifique (p. ex., cancer, troubles cardiovasculaires) ou généralement pour promouvoir le mieux-être. Quelques régimes (p. ex., régime méditerranéen) sont largement acceptés et encouragés dans la médecine occidentale traditionnelle. Le régime Ornish, un régime végétarien très pauvre en graisses, permet de diminuer les obstructions artérielles qui sont à l'origine de coronaropathies et de prévenir ou de ralentir la progression des cancers de la prostate ainsi que celle d'autres cancers. Certaines personnes suivant un régime macrobiotique ont signalé une rémission de leur cancer, mais aucune étude clinique bien contrôlée n'a été conduite. Puisqu'il faut habituellement plusieurs mois ou années pour obtenir des bénéfices, la diétothérapie est probablement plus efficace si elle est commencée tôt.

Médecine orthomoléculaire

La médecine orthomoléculaire, également appelée médecine nutritionnelle, a pour but de fournir au corps des quantités optimales de substances naturellement présentes dans le corps. La nutrition est le point central tant du diagnostic que du traitement.

Cette thérapie diffère de la diétothérapie car elle utilise des doses supérieures de micronutriments. Des doses élevées de vitamines, minéraux, enzymes, hormones (p. ex., mélatonine), acides aminés ou diverses associations de ces éléments peuvent être utilisées. Les praticiens croient que les besoins nutritionnels des populations dépassent de loin les apports journaliers recommandés et que la thérapie nutritionnelle doit être basée individuellement sur le profil médical de chaque patient. Des doses élevées de micronutriments sont également utilisées comme modificateurs de la réponse biologique pour tenter de moduler l'inflammation et d'autres processus pathologiques. Ces doses peuvent être administrées po ou, bien moins souvent, en IV.

Preuves et utilisations

Les demandes de traitement concernent une large gamme de troubles (p. ex., cancers, maladies cardiovasculaires, fatigue chronique, douleurs chroniques, autisme, troubles psychiatriques). Ces traitements sont largement utilisés et de nombreux patients signalent une amélioration clinique. Cependant, il n'y a pas de données d'études cliniques en faveur de l'utilité de la plupart de ces pratiques. Des exceptions comprennent l'utilisation d'huile de poisson à fortes doses pour traiter l'hypertriglycéridémie (et peut-être les états inflammatoires et les troubles de l'humeur), l'utilisation d'antioxydants à fortes doses pour prévenir la dégénérescence maculaire et peut-être l'utilisation de la mélatonine à fortes doses pour prévenir ou traiter le cancer. Si des preuves suffisantes de leur utilité sont démontrées, ces traitements (p. ex., huiles de poisson à fortes doses pour traiter l'hypertriglycéridémie, antioxydants à fortes doses pour prévenir la dégénérescence maculaire) feront partie de la médecine conventionnelle.

Effets indésirables possibles

Les cliniciens doivent être conscients que des micronutriments à fortes doses peuvent provoquer des lésions; p. ex., certains micronutriments peuvent augmenter le risque de cancer de la prostate ou diminuer les effets de certains traitements anticancéreux.

Traitement chélateur

Dans le traitement chélateur, un médicament est utilisé pour qu'il se lie à un métal ou à un minéral (p. ex., plomb, cuivre, fer, Ca), suspecté d'être en excès ou en quantité toxique dans la circulation sanguine, afin de l'éliminer. Dans la médecine conventionnelle, le traitement chélateur est un moyen largement accepté pour traiter l'intoxication par le plomb ou à d'autres métaux lourds (Intoxication par le plomb : Traitement du saturnisme). Le traitement chélateur par l’EDTA (ethylène diamine tétraacétique acid) a également été proposé comme moyen d’éliminer le Ca et ainsi de traiter l’athérosclérose; si l’efficacité et la sécurité de cette approche n’ont pas encore été démontrées, elles sont à l’étude.