Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Parties de la prothèse

Par Erik Schaffer, CP, President, A Step Ahead Prosthetics, Hicksville, NY

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Une prothèse de membre ( Types de prothèses.) est composée de 3 parties principales:

  • Interface

  • Pièces

  • Revêtement

Types de prothèses.

Interface entre le membre moignon et la prothèse

La prothèse se fixe au corps par l'interface, qui se compose d'une emboîture et d'un cadre rigide. Sur l'emboîture (faite de matière plastique ou de matériaux stratifiés) des pièces permettent de l'attacher à l'utilisateur. Le cadre, fait de matériaux en carbone ou similaires, réalise la structure de soutien de l'emboîture.

Un manchon est porté entre le moignon et l'emboîture pour assurer un rembourrage et réaliser un ajustement serré. Ce manchon est fait soit en polyuréthane souple soit en silicone, qui s'accole à la peau sans causer de frottements. Idéalement, les utilisateurs doivent avoir 2 manchons par prothèse. Alterner chaque jour les manchons permet de maintenir leur élasticité et leur forme et les fait durer plus longtemps.

Une chaussette de prothèse peut être portée à la place ou en plus du manchon. La chaussette est en laine, en nylon ou en tissus synthétiques, parfois avec un gel pris en sandwich entre les couches de tissus. Ces chaussettes sont disponibles en différentes épaisseurs. En enfilant plusieurs chaussettes ou des chaussettes de différentes épaisseurs ou en enlevant des chaussettes, les utilisateurs peuvent réaliser le meilleur ajustement de la prothèse au moignon qui change de taille, comme ceci est habituellement effectuée au cours de la journée lorsque les activités, les conditions météorologiques ou d'autres facteurs changent.

L'interface peut comprendre un système de suspension, qui aide à retenir la prothèse de façon plus sûre. Les systèmes de suspension suivants sont couramment utilisés:

  • Valve d'aspiration: quand le moignon est mis dans l'emboîture, l'air est chassé par une ouverture au fond de l'emboîture. Sur l'emboîture, une valve d'aspiration à sens unique ferme l'ouverture et réalise une étanchéité qui maintient la prothèse en place.

  • Manchons avec accrochage par tige crantée: la plupart des manchons sont accrochés au fond de l’emboîture par une tige crantée. Comme la tige crantée s'applique étroitement contre le moignon, les parties du membre proches d'elle peuvent devenir irritées et inflammées, un œdème peut s'accumuler et une plaie peut se développer.

  • Ceintures et baudriers: parfois, la prothèse est attachée par une ceinture ou par un baudrier. Ces systèmes peuvent être utilisés si le maintien de la tenue de la prothèse par la valve d'aspiration ou par la tige crantée est difficile ou si la tige crantée n'est pas tolérée. Cependant, le baudrier est relativement rigide et de ce fait peut être inconfortable et encombrant. Il peut également restreindre les mouvements.

Composants d'une prothèse de membre

Les pièces comprennent les parties terminales (doigts, main, pied et orteils artificiels) et les articulations (poignet, coude, hanche et genou). Les tiges métalliques et les structures en fibre de carbone sur mesure, qui fonctionnent comme des os, sont utilisées lorsqu'une force, une souplesse et un retour de l'énergie supplémentaires sont nécessaires. Dans le cas des prothèses plus avancées, il existe des éléments de commande disponibles qui permettent à l'utilisateur de déplacer la prothèse de façon mécanique ou électrique.

Des composantes de prothèses des membres supérieurs contrôlées par microprocesseurs, motorisées électriquement par les muscles sont en train de remplacer les anciennes pièces hydrauliques motorisées par la force corporelle. Les prothèses myoélectriques créent un mouvement en utilisant les charges électriques produites naturellement quand un muscle se contracte. Ces charges électriques passent par des électrodes de surface et sont envoyées à un moteur électrique qui fait déplacer le membre. Les composants pour prothèses destinées aux extrémités inférieures et contrôlées par microprocesseur utilisent la vitesse, la valeur de torque et des capteurs de positionnement pour permettre de définir la fonction. Ces nouvelles pièces sont plus efficaces et nécessitent moins d'effort pour contrôler la prothèse.

Des prothèses neuro-intégrées, qui sont actuellement en phase de recherche et d'essais pour les prothèses du membre supérieur, pourront permettre aux personnes de fonctionner bien mieux. Les nerfs qui allaient au membre amputé sont re routés et connectés à des muscles sains (p. ex., aux muscles du thorax pour un bras amputé). Les impulsions de ces nerfs destinées aux muscles du membre amputé sont recueillies par des électrodes cutanées et activent les microprocesseurs de la prothèse; ainsi, l’utilisateur peut bouger le membre, par sa pensée, comme avec son membre naturel.

Revêtement de la prothèse

Certains utilisateurs choisissent d'avoir les différentes pièces entourées par un revêtement. Le revêtement est de la mousse moulée par le prothésiste pour ressembler au membre manquant. Cette mousse est souvent recouverte d'un revêtement de protection d'aspect naturel. La façon dont le revêtement semble réaliste dépend du fait qu'il soit brut de démoulage ou très personnalisé, réalisé par des artisans pour s'assortir exactement au modèle cutané de l'utilisateur. Certains utilisateurs, en particulier les athlètes au cours de compétitions, omettent le revêtement et laissent les pièces exposées.

Ressources dans cet article