Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Syncope

Par Lyall A. J. Higginson, MD, University of Ottawa Heart Institute

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La syncope est une perte de connaissance brutale et brève avec disparition du tonus postural suivie d'une récupération spontanée. Le patient est immobile et hypotonique et a habituellement des extrémités froides, un pouls faible et une polypnée superficielle. Parfois de brèves secousses musculaires involontaires se produisent, ressemblant à une convulsion.

La quasi-syncope est une lipothymie et un sentiment d'imminence d'un évanouissement en l'absence de perte de connaissance brutale. Elle est habituellement classée et décrite avec la syncope car les causes sont les mêmes.

Les convulsions peuvent provoquer une soudaine perte de connaissance mais ne sont pas considérées comme étant des syncopes. Cependant, les convulsions doivent être évoquées en cas de syncope apparente car l'anamnèse peut être peu claire ou non disponible et certaines crises convulsives ne provoquent pas de convulsions tonicocloniques. En outre, une crise brève (< 5 s) survient parfois en même temps qu'une vraie syncope.

Le diagnostic repose sur une anamnèse attentive, le récit d'un témoin oculaire ou sur un examen fortuit effectué au cours de l'événement.

Physiopathologie

La plupart des syncopes résultent d'une insuffisance du flux sanguin cérébral. Dans certains cas le débit sanguin est adéquat, mais avec un apport de substrat cérébral insuffisant (O2, et/ou glucose).

Insuffisance du flux sanguin cérébral

La plupart des déficits de flux sanguin cérébral proviennent d'une diminution du débit cardiaque.

Une diminution du débit cardiaque peut être provoquée par

  • Des troubles cardiaques obstructifs

  • Des troubles cardiaques avec dysfonctionnement systolique

  • Des troubles cardiaques avec dysfonctionnement diastolique

  • Des troubles du rythme (trop rapide ou trop lent)

  • Des pathologies qui réduisent le retour veineux

L'obstruction peut être aggravée par l'effort, la vasodilatation et l'hypovolémie (en particulier en cas de rétrécissement aortique et de cardiomyopathie hypertrophique), qui peuvent déclencher une syncope.

Les troubles du rythme provoquent une syncope si la fréquence cardiaque est trop rapide et ne permet pas un remplissage ventriculaire adéquat (p. ex., > 150 à 180 bpm) ou trop lente pour permettre un débit efficace (p. ex., < 30 à 35 bpm).

Le retour veineux peut être diminué par des hémorragies, une augmentation de la pression intrathoracique, une augmentation du tonus vagal (qui peut également diminuer la fréquence cardiaque) et par la perte du tonus sympathique (p. ex., par effet de médicaments, du fait d'un massage/pression sinocarotidien ou d'un dysfonctionnement neurovégétatif). Les syncopes impliquant ces mécanismes (sauf dans le cas des hémorragies) sont souvent appelées vasovagales ou neurocardiogéniques et sont fréquentes et bénignes.

L'hypotension orthostatique, une cause fréquente de syncopes bénignes, résulte de l'incapacité des mécanismes normaux (p. ex., tachycardie sinusale et/ou vasoconstriction) à compenser la diminution temporaire du retour veineux qui se produit lors du passage en position debout ( Hypotension orthostatique).

Les troubles cérébrovasculaires (p. ex., accidents vasculaires cérébraux, accidents ischémiques transitoires) provoquent rarement des syncopes parce que la plupart n'ont pas d'effet sur les structures centrencéphaliques qui doivent être impliquées pour qu'une perte de connaissance se produise. Cependant, l'ischémie du territoire de l'artère basilaire, due à un accident ischémique transitoire ou à une migraine, peut provoquer une syncope. Rarement, les patients qui présentent une arthrose ou une spondylose cervicale sévère peuvent développer une insuffisance vertébrobasilaire à l'origine de syncopes lorsque la tête est déplacée dans certaines positions.

Apports insuffisants de substrats cérébraux

Le SNC a besoin d'O2 et de glucose pour fonctionner. Même si le flux sanguin cérébral est normal, un important déficit de l'un de ces deux substrats peut provoquer une perte de connaissance brutale. En pratique, l'hypoglycémie est la cause principale parce qu'il est rare qu'une hypoxie se développe de manière à provoquer une perte de connaissance brutale (en dehors des accidents de plongée sous-marine ou de vol aérien). La perte de connaissance brutale due à l'hypoglycémie est rarement aussi brutale que la syncope ou les convulsions parce qu'il y a des prodromes (sauf chez les patients qui prennent des β-bloqueurs); mais, son déroulement peut être peu évident pour l'examinateur sauf si un témoin de l'épisode est présent.

Étiologie

Les causes sont habituellement classées par mécanisme ( Causes de syncope).

Les causes les plus fréquentes sont les suivantes

  • Vasovagal (neurocardiogénique)

  • Idiopathiques

De nombreux cas de syncope ne sont pas diagnostiqués de manière certaine mais n'ont pas de conséquence négative évidente. Un plus petit nombre de cas ont une cause grave, habituellement cardiaque.

Causes de syncope

Cause

Signes évocateurs

Procédure diagnostique*

Obstruction au remplissage ou à l'éjection cardiaque

Valvulopathies cardiaques: sténose aortique ou mitrale, tétralogie de Fallot, lâchage ou thrombose de prothèse valvulaire

Patient jeune ou âgé

Syncope souvent à l'effort, récupération rapide

Souffle cardiaque

Échocardiographie

Cardiomyopathie hypertrophique, cardiomyopathie restrictive, tamponnade cardiaque, rupture myocardique

Patient jeune ou âgé

Syncope souvent à l'effort, récupération rapide

Souffle cardiaque

Échocardiographie

Tumeurs ou thrombi cardiaques

La syncope peut être positionnelle

Habituellement, un souffle (peut être variable)

Phénomènes emboliques périphériques

Échocardiographie

Embolie pulmonaire, embolie amniotique ou rarement embolie gazeuse

Habituellement de gros emboles, accompagnés d'une dyspnée, d'une tachycardie, ou d'une tachypnée

Souvent facteurs de risque d'embolie pulmonaire

D-Dimère

Angio-TDM ou scintigraphie

Troubles du rythme cardiaque

Bradyarythmie (p. ex., maladie de l'oreillette, bloc auriculoventriculaire de haut grade, médicaments)

La syncope survient sans prodrome, récupération immédiate au réveil

Peut survenir dans n'importe quelle position

Bradyarythmie plus fréquente chez les personnes âgées

Patient prenant des médicaments, en particulier des antiarythmiques ou d'autres médicaments qui allongent l'intervalle QT chez certains patients

Maladie cardiaque structurale

Si l'ECG est peu clair, envisager un holter, un enregistreur d'événement ou, de façon occasionnelle, un enregistreur en boucle implantable

Examens électrophysiologiques si des anomalies sont détectées ou en cas de forte suspicion

Ionogramme sanguin si justifié par des anomalies cliniques (p. ex., prise de diurétiques, vomissements, diarrhée)

Tachyarythmies, supraventriculaires ou ventriculaires (p. ex., dues à une ischémie, à une insuffisance cardiaque, à des maladies du myocarde, à des médicaments, à des troubles hydro-électrolytiques, à une dysplasie arythmogène du VD, à un syndrome du QT long, à un syndrome de Brugada, à une préexcitation)

La syncope survient sans prodrome, récupération immédiate au réveil

Peut survenir dans n'importe quelle position

Patient prenant des médicaments, notamment des antiarythmiques ou d'autres médicaments cardiaques

Maladie cardiaque structurale

Si l'ECG est peu clair, envisager un holter ou un enregistreur d'événement

Examens électrophysiologiques si des anomalies sont détectées ou en cas de forte suspicion

Ionogramme sanguin si justifié par des anomalies cliniques (p. ex., prise de diurétiques, vomissements, diarrhée)

Dysfonction ventriculaire

Infarctus du myocarde aigu, myocardite, dysfonctionnement systolique ou diastolique, cardiomyopathie

La syncope est rarement un symptôme initial d'infarctus du myocarde (le plus souvent il s'agit de personnes âgées), avec des troubles du rythme ou un choc

Troponine sérique

ECG

Échocardiographie

Parfois, IRM cardiaque

Tamponnade ou constriction péricardique

Turgescence des jugulaires; pouls paradoxal > 10

Échocardiographie

Parfois, TDM

Vasovagal (neurocardiogénique)

Augmentation de la pression intrathoracique (p. ex., pneumothorax compressif, toux, difficulté à uriner ou à déféquer, manœuvre de Valsalva)

Prodromes (p. ex., vertige, nausées, sueurs); récupération habituellement rapide mais non immédiate (5 à 15 min ou plus, mais parfois jusqu'à plusieurs heures)

Déclencheurs habituellement évidents

Bilan clinique

Une forte émotion (p. ex., une douleur, une peur, la vue du sang)

Prodromes (p. ex., vertige, nausées, sueurs); récupération rapide mais non immédiate (5 à 15 min, mais parfois jusqu'à plusieurs heures)

Déclencheurs habituellement évidents

Bilan clinique

Massage/pression sinocarotidien

Prodromes (p. ex., vertige, nausées, sueurs); récupération rapide mais non immédiate (5 à 15 min, mais parfois jusqu'à plusieurs heures)

Déclencheurs habituellement évidents

Bilan clinique

Déglutition

Prodromes (p. ex., vertige, nausées, sueurs); récupération rapide mais non immédiate (5 à 15 min, mais parfois jusqu'à plusieurs heures)

Déclencheurs habituellement évidents

Bilan clinique

Anaphylaxie

Administration de médicaments, morsure d'insecte, allergie

Tests allergologiques

Hypotension orthostatique

Médicaments

Les symptômes se développent dans les quelques minutes du passage en position verticale

Chute de la PA lors du passage en position debout à l'examen

Bilan clinique

Parfois, test de la table basculante

Dysfonctionnement neurovégétatif

Les symptômes se développent dans les quelques minutes du passage en position verticale

Chute de la PA lors du passage en position debout à l'examen

Bilan clinique

Parfois, test de la table basculante

Déconditionnement causé par un alitement prolongé

Les symptômes se développent dans les quelques minutes du passage en position verticale

Chute de la PA lors du passage en position debout à l'examen

Bilan clinique

Parfois, test de la table basculante

Anémie

Fatigue chronique, parfois selles sombres, menstruations importantes

NFS

Cérébrovasculaire

Accident vasculaire ischémique transitoire ou permanent de l'artère basilaire

Parfois, déficits des nerfs crâniens et ataxie

TDM ou IRM

Migraine

Aura avec symptômes visuels, photophobie; unilatérale

Bilan clinique

Autres

Position debout prolongée

Apparente par l'anamnèse, aucun autre symptôme

Bilan clinique

Grossesse

Femme en bonne santé en âge de procréer; pas d'autres symptômes

Habituellement, grossesse initiale ou non diagnostiquée

Test urinaire de grossesse

Hyperventilation

Souvent fourmillements autour de la bouche ou des doigts avant une syncope

Habituellement dans un contexte émotionnel

Bilan clinique

Hypoglycémie

Altération de l'état mental jusqu'au traitement, début souvent brutal, sueurs, piloérection

Habituellement, antécédents de diabète ou d'insulinome

Glycémie au doigt

Réponse à la perfusion de glucose

Troubles psychiatriques

Pas une vraie syncope (le patient peut répondre partiellement ou de manière inconstante pendant les événements)

Examen normal

Souvent antécédent de troubles psychiatriques

Bilan clinique

*L'ECG et l'oxymétrie pulsée sont effectués dans tous les cas.

Certains médicaments/drogues provoquent des syncopes

Mécanisme

Exemple

Bradyarythmie

Amiodarone, autres médicaments bradycardisants

β-bloqueurs

Inhibiteurs calciques (non dihydropyridines)

Digoxine

Tachyarythmie

Tout médicament antiarythmique qui prolonge la repolarisation (p. ex., procaïnamide, disopyramide)

Quinidine

Hypotension orthostatique

La plupart des antihypertenseurs (rarement β-bloqueurs)

Antipsychotiques (principalement phénothiazines)

Doxorubicine

Lévodopa

Diurétiques de l'anse

Dérivés nitrés (avec ou sans inhibiteur de la phosphodiestérase pour des troubles de l'érection)

Quinidine

Antidépresseurs tricycliques

Vincristine

Bilan

Le bilan doit être effectué aussitôt que possible après l'événement. Plus l'événement syncopal est lointain, plus le diagnostic est difficile. Les informations obtenues auprès des témoins sont particulièrement utiles et au mieux obtenues dès que possible.

Anamnèse

L'anamnèse de la maladie actuelle doit rechercher des événements menant à la syncope y compris l'activité du patient (p. ex., en train de pratiquer un sport, de participer à un débat, dans une situation potentiellement émotionnelle), la position (p. ex., couchée ou debout), et, si debout, depuis quand. D'importants symptômes associés immédiatement avant ou après l'événement comprennent le fait qu'il y ait eu ou non un sentiment d'imminence de la perte de connaissance, des nausées, des sueurs, un flou ou un tunnel visuel, des fourmillements des lèvres ou des doigts, une douleur thoracique ou des palpitations. La durée de la récupération doit également être établie. Les témoins, s'ils existent, doivent être recherchés et interrogés pour décrire les événements, en particulier la présence et la durée de toute activité convulsive.

La revue des systèmes doit comprendre des questions sur d'éventuelles zones douloureuses ou de blessure, sur des épisodes de vertige ou de quasi-syncope lors du passage en position debout et sur des épisodes de palpitations ou de douleur thoracique à l'effort. Il faut interroger les patients sur les symptômes évoquant des causes possibles, dont des selles sanglantes ou goudronneuses, des menstruations importantes (anémie); des vomissements, une diarrhée ou un excès de miction (déshydratation ou troubles hydro-électrolytiques); et des facteurs de risque d’embolie pulmonaire (chirurgie ou immobilisation récente, cancer connu, antécédents de thrombose ou d’état d’hypercoagulabilité).

La recherche des antécédents médicaux doit porter sur des antécédents de syncope, de maladies cardiovasculaires et de troubles convulsifs connus. On doit faire l'inventaire des médicaments utilisés (en particulier les antihypertenseurs, les diurétiques, les vasodilatateurs et les antiarythmiques, Certains médicaments/drogues provoquent des syncopes). L'anamnèse familiale doit noter présence en bas âge d'une cardiopathie ou d'une mort subite chez un autre membre de la famille.

Examen clinique

Les signes vitaux sont essentiels. La fréquence cardiaque et la PA sont mesurées en position couchée et après 3 min de station debout. Le pouls est palpé à la recherche d'une irrégularité.

L'examen général note l'état mental du patient, dont toute confusion ou difficulté évoquant une phase post-critique, et tout signe de blessure (p. ex., ecchymoses, tuméfaction, sensibilité, morsure de la langue).

Le cœur est ausculté à la recherche de souffles; si existence d’un souffle, toute modification du souffle à la manœuvre de Valsalva, debout ou accroupie est notée.

Une évaluation prudente des ondes veineuses jugulaires ( Pouls veineux jugulaire normal.) par la palpation de la carotide ou l'auscultation du cœur peut permettre le diagnostic d'un trouble du rythme lorsque l'ECG n'est pas disponible.

Certains appliquent avec précaution un massage/pression sinocarotidien unilatéral sous surveillance ECG, le patient étant en décubitus dorsal, pour détecter une bradycardie ou un bloc cardiaque, qui serait en faveur d'une hypersensibilité du sinus carotidien. Le massage/pression sinocarotidien ne doit pas être effectué en cas de souffle carotidien.

L'abdomen est palpé à la recherche d'une sensibilité et un toucher rectal est effectué pour s'assurer de l'absence de sang macroscopique ou occulte.

Un examen neurologique complet est effectué pour identifier toute anomalie focale qui évoquerait une cause du SNC (p. ex., des crises convulsives).

Signes d'alarme

Certains signes font évoquer une étiologie plus grave.

  • Syncope à l'effort

  • Récidives multiples en peu de temps

  • Souffle cardiaque ou autres signes en faveur d'une cardiopathie structurelle (p. ex., une douleur thoracique)

  • Grand âge

  • Blessures importantes au cours des syncopes

  • Antécédents familiaux de mort subite inattendue, de syncope à l'effort, de syncope inexpliquée ou récurrente ou de convulsions

Interprétation des signes

Bien que la cause soit souvent bénigne, il est important d'identifier la cause d'une évolution fatale potentielle (p. ex., tachyarythmie, arrêt cardiaque) car il existe un risque de mort subite. Les signes cliniques ( Causes de syncope) permettent d’évoquer une cause dans 40 à 50% des cas. Quelques généralisations sont utiles.

Des causes bénignes induisent souvent une syncope. La syncope déclenchée par des stimuli physiques ou émotionnels désagréables (p. ex., douleur, angoisse), se produit habituellement en position debout, est souvent précédée de prodromes à mécanisme vagal (p. ex., nausées, asthénie, bâillement, appréhension, vision trouble et transpiration), et évoque une cause vasovagale.

La syncope qui se produit le plus souvent lors du passage en position debout (en particulier chez le patient âgé après un alitement prolongé ou chez le patient qui prend certaines catégories de médicaments) évoque une syncope orthostatique. La syncope qui se produit après une station debout prolongée sans bouger est habituellement due à une stase veineuse.

Une perte de connaissance de début brutal, qui est associée à des secousses musculaires ou à des convulsions qui durent plus de quelques secondes, à une incontinence, à une hypersialorrhée ou à une morsure de langue, suivie d'une confusion ou d'une somnolence post-ictale évoque une crise convulsive.

Les signes d'alarme évoquent une cause grave.

La syncope à l'effort évoque un obstacle à l'éjection ventriculaire ou un trouble du rythme cardiaque induit par l'effort. Parfois, ces patients ont également une douleur thoracique et/ou des palpitations. Les signes cardiaques peuvent être utiles pour identifier une cause. Un souffle rude, à maximum tardif, basal, irradiant vers les carotides suggère un rétrécissement aortique; un souffle systolique qui augmente à la manœuvre de Valsalva et disparaît en position accroupie suggère une cardiomyopathie hypertrophique.

La syncope à début et fin spontanés brusques est habituellement d'origine cardiaque, et le plus souvent le fait d'un trouble du rythme. Les mécanismes vasovagaux et orthostatiques ne provoquant pas de syncope en position couchée, une syncope en position allongée évoque également des troubles du rythme.

Si le patient s'est blessé pendant la syncope, la probabilité d'une cause cardiaque ou de convulsions est plus élevée et l'événement est donc plus inquiétant. Les signes d'alarme et la perte de connaissance plus lente qui accompagne la syncope vasovagale bénigne réduisent quelque peu la probabilité de blessure.

Examens complémentaires

Des examens sont généralement effectués.

  • ECG

  • Oxymétrie pulsée

  • Parfois, échocardiographie

  • Parfois, test de la table basculante

  • Analyses de sang uniquement si cliniquement indiquées

  • Imagerie du SNC rarement indiquée

En général, si la syncope provoque une blessure ou est récidivante (en particulier sur une brève période), un bilan plus approfondi est nécessaire.

En cas de suspicion de troubles du rythme, de myocardite ou d'ischémie, le bilan doit être effectué en milieu hospitalier. Dans les autres cas, le bilan peut être effectué en ambulatoire.

Un ECG est effectué chez tous les patients. L'ECG peut mettre en évidence un trouble du rythme, un trouble de la conduction, une hypertrophie ventriculaire, une pré-excitation, un allongement de QT, un dysfonctionnement de pacemaker, une ischémie ou un infarctus du myocarde. En l'absence d'indices cliniques, le dosage des marqueurs cardiaques et les ECG en série pour éliminer un infarctus du myocarde chez les patients âgés, plus une surveillance ECG pendant au moins 24 h, est une mesure prudente. Tout trouble du rythme décelé, pour être considéré comme une cause, doit être en rapport temporel avec le trouble de la conscience, mais la plupart des patients ne font pas de syncope pendant la période de surveillance. D'autre part, la survenue de symptômes en l'absence de troubles du rythme permet d'exclure une cause cardiaque. Un enregistreur d'événements peut être utilisé si des prodromes précédent la syncope. Un signal ECG moyenné peut identifier une prédisposition aux troubles du rythme ventriculaires chez les patients qui présentent une cardiopathie ischémique ou en post-infarctus du myocarde. Si les épisodes de syncope sont rares (p. ex., < 1/mois), un enregistreur en boucle implantable peut être utilisé pour un enregistrement à plus long terme.

Si possible, une oxymétrie pulsée doit être effectuée pendant ou immédiatement après un épisode pour identifier une éventuelle hypoxémie (qui peut indiquer une embolie pulmonaire). En cas d'hypoxémie, une TDM ou une scintigraphie pulmonaire sont indiquées pour éliminer une embolie pulmonaire.

Les examens complémentaires sont effectués en fonction des suspicions cliniques; les examens complémentaires systématiques sont peu utiles. Cependant, toutes les femmes en âge de procréer doivent subir un test de grossesse. L'hématocrite est mesurée si on suspecte une anémie. L’ionogramme n’est vérifié que si une anomalie est cliniquement suspectée (p. ex., du fait de symptômes ou d'un traitement médicamenteux). La troponine sérique est mesurée lorsqu'un infarctus du myocarde est suspecté.

L'échocardiographie est indiquée en cas de syncope induite par l'effort, de souffles cardiaques ou de suspicion de tumeurs intracardiaques (p. ex., en cas de syncope positionnelle).

Le test de la table basculante est effectué si l'histoire et l'examen clinique indiquent une syncope vasodépressive ou d'autres syncopes réflexes. Il est également utilisé pour évaluer la syncope d'effort si l'échocardiographie ou le test d'effort sont négatifs.

Un test d'effort (physique ou pharmacologique) est effectué en cas de suspicion d'ischémie myocardique intermittente. Il est souvent effectué en cas de symptômes induits par l'effort.

L'examen complémentaire électrophysiologique invasif sera envisagé si les tests non invasifs ne permettent pas de conclure à un trouble du rythme en cas de syncope récidivante inexpliquée; une réponse négative définit un sous-groupe à faible risque avec un taux élevé de rémission de la syncope. L'intérêt des tests électrophysiologiques est controversé chez d'autres patients. Les tests d'effort sont moins utiles sauf si la syncope déclenche la syncope.

Un EEG est recommandé si on suspecte une crise épileptique.

La TDM et l'IRM cérébrales ne sont indiquées qu'en cas de symptomatologie évoquant un processus focal du SNC.

Traitement

En cas de syncope survenant devant un témoin, les pouls sont immédiatement vérifiés. En l'absence de pouls, une réanimation cardiorespiratoire est commencée. Si les pouls sont présents, une bradycardie sévère est traitée par l'atropine ou une électrostimulation externe transthoracique. De l'isoprotérénol peut être administré pour maintenir une fréquence cardiaque adéquate tout en posant un pacemaker temporaire.

Les tachyarythmies sont traitées ( Palpitations); un choc en courant continu synchronisé est plus rapide et sûr chez les patients instables. Un retour veineux insuffisant est traité en laissant le patient en position couchée, en surélevant les jambes et en administrant du sérum physiologique IV. Une tamponnade est soulagée par une péricardiocentèse. Le pneumothorax compressif nécessite la pose d'une canule et un drainage pleural. L'anaphylaxie est traitée par l'adrénaline parentérale.

Placer le patient en position horizontale, les jambes élevées, arrête classiquement l'épisode syncopal si les troubles engageant le pronostic vital sont exclus. Si le patient est assis en position verticale trop rapidement, la syncope peut se reproduire; en maintenant le patient en position debout ou en le transportant dans la même position, on prolonge l'hypoperfusion cérébrale et on empêche la récupération.

Le traitement spécifique dépend de la cause et de sa physiopathologie.

Bases de gériatrie

La cause la plus fréquente de syncope chez les personnes âgées est l'hypotension posturale due à une association de facteurs. Ces facteurs comprennent des artères rigides, non compliantes, une réduction du pompage par le muscle squelettique du retour veineux lié à l'inactivité physique et à la dégénérescence du nœud sino-auriculaire et du système de conduction du fait de cardiopathies structurelles évolutives.

Chez les personnes âgées, la syncope a souvent plus d'une seule cause. Par exemple, la prise de nombreux médicaments cardiaques et antihypertenseurs, se tenir debout dans une église chauffée pendant une cérémonie longue ou émotionnellement éprouvante peut provoquer une syncope même si aucun de ces facteurs pris isolément ne provoquera de syncope.

Points clés

  • La syncope résulte d'un dysfonctionnement global du SNC, habituellement lié à une insuffisance du flux sanguin cérébral.

  • La plupart des syncopes ont des causes bénignes.

  • Certaines causes moins fréquentes impliquent des troubles du rythme ou une obstruction cardiaque et sont graves ou potentiellement mortelles.

  • La syncope vasovagale a généralement un déclencheur évident, des symptômes avant-coureurs, et quelques minutes ou plus de symptômes post-récupération.

  • La syncope liée à des troubles du rythme cardiaque est typiquement brutale et de récupération rapide.

  • Les convulsions ont une longue (p. ex., heures) période de récupération.

  • En cas d'incertitude sur la bénignité de l'étiologie bénigne, conduire des automobiles et des machines doit être interdit jusqu'à ce que la cause soit déterminée et traitée, la manifestation suivante d'une cause cardiaque méconnue peut être fatale.

Ressources dans cet article