Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Extrasystoles ventriculaires

(Extrasystoles ventriculaires)

Par L. Brent Mitchell, MD, Professor of Medicine, Department of Cardiac Services, Libin Cardiovascular Institute of Alberta, University of Calgary

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les extrasystoles ventriculaires sont des impulsions ectopiques isolées provoquées par une réentrée locale située au niveau ventriculaire ou secondaire à un phénomène cellulaire automatique. Elles sont très fréquentes tant chez le patient par ailleurs en bonne santé que chez le patient cardiopathe. Les extrasystoles ventriculaires peuvent être asymptomatiques ou entraîner des palpitations. Le diagnostic repose sur l'ECG. Le traitement n'est habituellement pas nécessaire.

Les extrasystoles ventriculaires, peuvent généralement survenir de manière aléatoire ou à intervalles prévisibles (p. ex., q 3 battements [trigéminisme] ou q 2 battements [bigéminisme]). Les extrasystoles ventriculaires peuvent se majorer sous l'impulsion de certains facteurs (p. ex., anxiété, stress, alcool, caféine et certains médicaments sympathomimétiques), durant l'hypoxie ou en présence de troubles hydro-électrolytiques.

Les extrasystoles ventriculaires peuvent être vécues comme des battements manqués ou ignorés; l’extrasystole ventriculaire en elle-même n’est pas ressentie; en revanche le patient ressent l'augmentation du rythme sinusal qui suit. Lorsque les extrasystoles ventriculaires sont très fréquentes, notamment si elles se produisent tous les 2 battements, des symptômes hémodynamiques légers peuvent apparaître car la fréquence sinusale est réduite de moitié. Des souffles d'éjection préexistants peuvent être amplifiés du fait d'un meilleur remplissage ventriculaire et d'une augmentation de la contractilité cardiaque après la pause compensatoire qui suit une extrasystole ventriculaire.

Diagnostic

  • ECG

Le diagnostic repose sur l'ECG qui révèle un QRS large isolé sans onde P, habituellement suivi d'une pause compensatrice.

Pronostic

Les extrasystoles ventriculaires sont bénignes en l'absence de cardiopathie associée. Aucun traitement n'est nécessaire au-delà de l'élimination des facteurs déclenchants évidents. Les β-bloqueurs sont proposés en cas de symptômes intolérables. Les autres antiarythmiques qui suppriment les extrasystoles ventriculaires augmentent le risque de troubles du rythme plus graves.

Traitement

  • Les β-bloqueurs en cas d'insuffisance cardiaque symptomatique et en post-infarctus du myocarde

En cas de cardiopathie structurelle (p. ex., rétrécissement aortique, post-infarctus du myocarde), le traitement est controversé bien que des extrasystoles ventriculaires fréquentes (> 10/h) soient corrélées à une augmentation de la mortalité, car aucune étude n'a montré que leur suppression pharmacologique diminuait la mortalité. En post-infarctus du myocarde, la mortalité est plus élevée avec les antiarythmiques de classe I qu'avec le placebo. Cette différence reflète probablement les effets indésirables des antiarythmiques. Les β-bloqueurs sont utiles dans l'insuffisance cardiaque symptomatique et le post-infarctus du myocarde. Si les extrasystoles ventriculaires augmentent à l'effort chez un patient qui a une coronaropathie, un bilan complet en vue d'une angioplastie percutanée transluminale ou d'un pontage coronarien doit être envisagé.

Ressources dans cet article