Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Fibrillation ventriculaire

Par L. Brent Mitchell, MD, Libin Cardiovascular Institute of Alberta

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

La fibrillation ventriculaire est une arythmie ventriculaire totalement anarchique sans contraction cardiaque efficace. Elle entraîne rapidement une perte de connaissance et le décès du patient en quelques minutes. Le traitement repose sur la réanimation cardiopulmonaire avec défibrillation immédiate.

La fibrillation ventriculaire résulte de la présence d'une multitude de micro-réentrées (ondelettes d'activation) se manifestant sur l'ECG par des ondulations de base ultrarapides, irrégulières tant d'un point de vue de leur fréquence que de leur morphologie (v. Fibrillation auriculaire dans le syndrome de Wolff-Parkinson-White).

La fibrillation ventriculaire est le rythme cardiaque observé chez près de 70% des patients en arrêt cardiaque et constitue donc l’événement rythmique terminal de nombreux troubles. Globalement, la plupart des patients présentant une fibrillation ventriculaire ont une trouble cardiaque sous-jacente (le plus souvent d’origine ischémique, mais également hypertrophique ou dilatée, une dysplasie arythmogène ventriculaire droite ou un syndrome de Brugada). Le risque de fibrillation ventriculaire est majoré en présence de troubles électrolytiques, d'une acidose, d'une hypoxémie ou d'une ischémie.

La fibrillation ventriculaire est beaucoup moins fréquente chez les nourrissons et chez l'enfant, chez lesquels l'asystolie est la cause la plus fréquente d'arrêt cardiaque.

Le traitement repose sur la réanimation cardiopulmonaire avec défibrillation immédiate ( Réanimation cardiorespiratoire chez l'adulte : Défibrillation). Le taux de succès de la défibrillation immédiate (< 3 min) est d'environ 95%, à condition que le patient ne présente pas de dysfonction cardiaque sévère. Si c’est le cas, même une défibrillation immédiate n’est efficace que dans 30% des cas et la plupart des patients réanimés décèdent de défaillance cardiaque globale avant la sortie de l’hôpital.

Le patient présentant une fibrillation ventriculaire sans cause réversible ou transitoire est associé à un risque de récidive et de mort subite. La plupart de ces patients doivent être appareillés avec un cardioverteur-défibrillateur implantable; une administration simultanée d’antiarythmiques est nécessaire pour nombre de patients, afin de réduire la fréquence des épisodes de tachycardie ou de fibrillation ventriculaire.