Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Zona ophtalmique

(Herpes zoster virus Ophthalmicus; zona ophtalmique; virus varicelle-zona Ophthalmicus)

Par Melvin I. Roat, MD, FACS, Jefferson Medical College, Thomas Jefferson University

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le zona ophtalmique est la réactivation d'une infection à virus varicelle-zona, ( Herpes zoster) avec atteinte oculaire. La symptomatologie, souvent intense, comprend une éruption cutanée vésiculaire sur le front et l'aile du nez, ainsi qu'une inflammation douloureuse du segment antérieur (rarement postérieur) de l'œil. Le diagnostic repose sur l'association caractéristique d'une uvéite antérieure (et/ou kératite) et d'une dermatite zostérienne de la première branche du nerf trijumeau (V1). Le traitement repose sur les antiviraux oraux, les mydriatiques et les corticostéroïdes locaux.

Le zona du front s'étend à l'œil dans 3/4 cas lorsque le nerf nasociliaire est atteint (indiqué par une éruption de la pointe du nez) et dans 1/3 cas seulement lorsque les vésicules n'atteignent pas la pointe du nez. Dans l'ensemble, le globe est impliqué chez la moitié des patients.

Symptomatologie

Des picotements du front peuvent constituer les prodromes de la poussée. À la phase aiguë de la maladie, l’éruption frontale des vésicules douloureuses s’accompagne généralement d’une douleur oculaire intense; un œdème palpébral intense; une hyperhémie conjonctivale, épisclérale et circumconjonctivale; un œdème cornéen; et une photophobie.

Complications

La kératite et/ou l'uvéite ( Revue générale des uvéites) peuvent être graves et laisser des cicatricices. Des séquelles tardives, glaucome, cataracte, uvéite chronique ou récidivante, cicatrice, néovascularisation ou hypoesthésie cornéennes, sont fréquentes et peuvent altérer la vision. Une névralgie post-herpétique peut se développer plus tard. Les patients peuvent développer une épisclérite ( Épisclérite) et/ou une rétinite.

Diagnostic

  • Éruption vésiculeuse puis croûteuse sur le front et les paupières d'une hémiface

Le diagnostic repose sur la présence de cette éruption aiguë caractéristique du zona (sur le front, les paupières et/ou le nez) et une anamnèse compatible avec parfois antécédents de zona à l'interrogatoire (p. ex., des cicatrices hypopigmentées atrophiques). Les lésions vésiculaires ou bulleuses dans cette distribution qui ne concernent pas encore l’œil suggèrent un risque significatif et doivent inciter à une consultation ophtalmologique pour déterminer si l'œil est impliqué. Les examens paracliniques (prélèvements microbiologiques, PCR des vésicules cutanées, profils sérologiques) ne sont pratiqués que lorsque les lésions sont atypiques ou en cas de doute diagnostique.

Traitement

  • Antiviraux oraux (p. ex., acyclovir, famciclovir, valacyclovir)

  • Parfois, corticostéroïdes topiques

Un traitement précoce par l’acyclovir 800 mg po 5 fois/j ou le famciclovir 500 mg ou le valacyclovir 1 g po tid pendant 7 j réduit les complications oculaires. Les patients qui ont une uvéite ou une kératite doivent recevoir des corticostéroïdes topiques (p. ex., acétate de prednisolone à 1% instillé initialement q 1 h pour l'uvéite ou qid pour la kératite, en rallongeant l’intervalle à mesure que les symptômes diminuent). La pupille doit être dilatée avec de l’atropine à 1% ou de la scopolamine à 0,25% 1 goutte tid. La pression intraoculaire doit être attentivement surveillée et traitée si elle est trop élevée.

Un cycle court de fortes doses de corticostéroïdes po pour prévenir les névralgies post-zostériennes chez les patients de > 60 ans en bon état général reste controversé.

Points clés

  • L'œil est affecté dans environ la moitié des cas de réactivation du virus varicelle-zona au niveau V1.

  • La kératite et/ou l'uvéite peuvent être graves et provoquer une morbidité.

  • L'aspect typique de l'éruption zostérienne permet habituellement le diagnostic.

  • Le traitement repose sur les antiviraux oraux et généralement les corticostéroïdes topiques et la dilatation pupillaire.

Ressources dans cet article