Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Prothèses dentaires

Par James T. Ubertalli, DMD, Tufts University School of Dental Medicine;Hingham, MA

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Les dents peuvent être perdues à la suite de maladie carieuse ou parodontale ou lors d'un traumatisme ou extraites en cas d'échec du traitement. Les dents absentes causent des problèmes d'esthétique, de phonation et d'occlusion et peuvent induire le déplacement des dents restantes.

Types

Les appareils dentaires incluent des bridges fixes, des prothèses amovibles partielles ou complètes et des implants ostéo-intégrés.

Un bridge (prothèse partielle fixe) est composé de dents prothétiques moulées ou soudées entre elles et, à chaque extrémité, d'une couronne qui est scellée sur des dents adjacentes naturelles préparées (ancrage), et qui supportent toutes les pressions masticatoires. Un bridge n'est pas amovible. Un bridge est plus petit qu'une prothèse partielle amovible, mais un ou plusieurs bridges peuvent être effectués pour remplacer plusieurs dents d'une arcade dentaire.

Une prothèse amovible partielle, habituellement un appareil avec des crochets qui se fixe sur des dents piliers, peut être retirée pour le brossage de dents et durant le sommeil. Une partie de la pression occlusale peut être supportée par les tissus mous sous-jacents aux dents artificielles, souvent situés des 2 côtés de la mâchoire. Ces appareils sont généralement indiqués lorsque beaucoup de dents sont à remplacer et que les bridges ou les implants ne sont pas réalisables ou trop onéreux.

Les prothèses complètes sont des appareils amovibles utilisés quand il ne reste plus de dents. Ils facilitent la mastication, améliorent l'élocution et l'apparence physique des patients, mais ne peuvent pas restaurer l'efficacité masticatoire ou les sensations de la denture naturelle. La perte des dents entraîne la résorption de l'os alvéolaire, ce qui fait que les prothèses perdent leur qualité d'adaptation et ont besoin d'une réfection (rebasage ou réfection de base) ou d'être remplacées. Les alternatives sont des techniques chirurgicales qui consistent en un élargissement des crêtes alvéolaires ou la pose d'implants pour remplacer les dents manquantes.

Un implant est généralement un cylindre en titane qui remplace une racine dentaire. Un ou plusieurs implants sont positionnés dans l'os alvéolaire où ils seront ostéo-intégrés. Après 2 à 6 mois, les dents artificielles sont fixées aux implants. Les implants ne sont pas facilement déposables, bien que les prothèses qu'ils soutiennent puissent l'être. Le risque d'infection de ces sites nécessite une hygiène buccale scrupuleuse.

Appareils dentaires et chirurgie

Généralement, toutes les prothèses dentaires amovibles sont retirées avant une anesthésie générale, une chirurgie de la gorge ou un traitement convulsif pour éviter qu'elles ne se cassent ou ne soient inhalées ou dégluties. Elles sont conservées dans de l'eau pour prévenir toute modification de forme. Cependant, certains anesthésistes pensent que laisser en place les prothèses dentaires facilite le passage d'une sonde endotrachéale, laisse au visage une forme plus normale permettant de mieux ajuster le masque anesthésique et évite que les dents naturelles ne blessent la gencive opposée d'une arcade totalement édentée sans gêner la laryngoscopie.

Problèmes de prothèses

Parfois, la muqueuse que recouvre une prothèse devient inflammatoire (stomatites prothétiques, hyperplasies inflammatoires papillaires). Les facteurs favorisants cette maladie habituellement peu douloureuse sont les infections candidosiques, une mauvaise adaptation prothétique, une mauvaise hygiène, une mobilité excessive de la prothèse et, le plus souvent, le port de la prothèse 24 h/24. La muqueuse apparaît rouge et veloutée. Une prolifération de Candida peut être diagnostiquée par l'apparition de plaques blanches cotonneuses, adhérentes ou, plus fréquemment, des lésions érosives de la muqueuse. La présence de Candida peut être confirmée au microscope par l'apparition de filaments (hyphes) branchés caractéristiques. En l'absence de Candida, le diagnostic d'hyperplasie papillaire inflammatoire est peu probable.

Une nouvelle prothèse améliore presque toujours la situation. D'autres traitements consistent à améliorer l'hygiène buccale et prothétique, réadapter la prothèse existante, ne pas porter la prothèse pendant de longues périodes et suivre un traitement antimycosique (bains de bouche à la nystatine et bain de la prothèse dans une solution de nystatine pendant la nuit). L'immersion de la prothèse dans un produit de nettoyage du commerce peut s'avérer utile. D'autres solutions sont l'application d'une suspension de nystatine sur la surface d'appui prothétique et la prise de comprimés de clotrimazole 10 mg 5 fois/j. Le kétoconazole 200 mg po 1 fois/j peut être nécessaire. Lorsque l'inflammation persiste, une biopsie est indiquée et une maladie systémique doit être envisagée.