Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Arthrite de l'articulation temporomandibulaire

Par Noshir R. Mehta, DMD, MDS, MS, Professor;Associate Dean for Global Relations; Senior Advisor, Department of Public Health and Community Servic;Tufts University School of Dental Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Une arthrite septique, une arthrite traumatique, une arthrose, la polyarthrite rhumatoïde ou une arthrose dégénérative secondaire peuvent affecter l'articulation temporomandibulaire.

Arthrite septique

L’infection de l’articulation temporomandibulaire peut résulter de l’extension directe d’une infection adjacente ou d’une propagation hématogène de microrganismes transportés par le sang ( Arthrite septique aiguë). La zone est inflammée et les mouvements de la mandibule sont limités et douloureux. Les signes locaux d'infection associés à des signes de maladie systémique ou à une infection adjacente évoquent le diagnostic. Les résultats des rx sont normaux au début, mais la destruction osseuse apparaît clairement par la suite. Lorsqu'on suspecte une arthrite suppurée, un prélèvement par aspiration au niveau de l'articulation est fait pour confirmer le diagnostic et pour identifier le microrganisme en cause. Le diagnostic doit être établi rapidement pour éviter une lésion définitive de l'articulation.

Le traitement comprend une antibiothérapie, une hydratation correcte, des antalgiques et une restriction des mouvements. La pénicilline G parentérale est le médicament d'élection jusqu'à ce que le diagnostic précis soit établi par les cultures et les antibiogrammes. Les infections suppurées sont ponctionnées ou drainées. Une fois l'infection contrôlée, les exercices d'ouverture de la bouche sont essentiels pour prévenir la fibrose et la limitation des mouvements.

Arthrite traumatique

Dans de rares cas, une lésion aiguë (p. ex., due à une avulsion dentaire difficile ou une intubation endotrachéale) peut induire une arthrite de l'articulation temporomandibulaire. Elle se manifeste par une douleur avec sensibilité à la palpation et une limitation des mouvements. Le diagnostic est principalement basé sur l'anamnèse. Les résultats des rx sont négatifs sauf lorsqu'un œdème intra-articulaire ou une hémorragie élargit l'interligne articulaire. Le traitement comporte des AINS, l'application de pansements chauds, un régime alimentaire semi-liquide et la limitation des mouvements de la mâchoire.

Arthrose

L'articulation temporomandibulaire peut être affectée, habituellement chez les personnes de > 50 ans. Les patients se plaignent parfois de raidissement, de crépitations ou de douleur modérée. Le crépitement est dû à un trou créé dans le disque, qui entraîne un crissement osseux. L'atteinte articulaire est généralement bilatérale. Les rx ou la TDM peuvent montrer un aplatissement du condyle et une ostéophytose évocateurs d'une anomalie dysfonctionnelle. Le traitement est symptomatique. Une protection de bouche portée la nuit ou le jour peut soulager la douleur et réduire les bruits de grincements de dents chez les patients qui ont des dents manquantes (ce qui peut provoquer un rapprochement des mâchoires en mordant).

Polyarthrite rhumatoïde

L'articulation temporomandibulaire est touchée chez > 17% des adultes et des enfants qui souffrent d'une polyarthrite rhumatoïde, mais elle est habituellement parmi les dernières articulations intéressées. Douleur, œdème et limitation des mouvements sont les signes les plus fréquents. Chez l'enfant, la destruction du condyle affecte la croissance de la mandibule et donne lieu à une asymétrie faciale. Une ankylose peut suivre. La rx de l'articulation temporomandibulaire est habituellement normale au début, mais la destruction osseuse est visible par la suite et peut entraîner une béance incisive. Le diagnostic est évoqué par l'association d'une inflammation de l'articulation temporomandibulaire et d'une polyarthrite et est confirmé par d'autres signes caractéristiques de la maladie.

Le traitement est similaire à celui de la polyarthrite rhumatoïde des autres articulations ( Polyarthrite rhumatoïde (PR) : Traitement). À la phase aiguë, des AINS peuvent être administrés et les mouvements doivent être limités. Un protège-dents ou une attelle à porter la nuit sont souvent utiles. Lorsque les symptômes s'atténuent, les exercices de mobilisation douce permettent d'éviter un raidissement excessif. Une correction chirurgicale est nécessaire en cas d'apparition d'une ankylose mais seulement quand l'état le permet.

Arthrite dégénérative secondaire

Ce type d'arthrite est habituellement observé chez les sujets âgés de 20 à 40 ans après traumatisme ou en cas de syndrome d'algies myofaciales ( Syndrome de douleur myofasciale). Elle est caractérisée par une limitation de l'ouverture buccale, une douleur unilatérale lors des mouvements de la mandibule, une douleur articulaire et des crépitements. Quand celle-ci est associée à un syndrome douloureux myofacial, les symptômes s'aggravent de façon intermittente. Le diagnostic repose sur les rx qui montrent généralement un aplatissement, une ostéophytose ou une érosion condylienne. L'unilatéralité de l'atteinte articulaire permet le diagnostic différentiel avec l'arthrose dégénérative primitive.

Le traitement est conservateur comme le syndrome de douleur myofaciale, bien qu'il puisse être nécessaire de pratiquer une arthroplastie ou une condylectomie haute. Une gouttière occlusive (plaque de protection de la bouche) réduit habituellement les symptômes. La gouttière est portée en permanence sauf pendant les repas, les pratiques d'hygiène buccale et de nettoyage de la plaque. Quand les symptômes disparaissent, on réduit progressivement le port quotidien de la plaque. Les infiltrations intra-articulaires de corticostéroïdes peuvent apporter un soulagement symptomatique, mais peuvent léser l'articulation lorsqu'elles sont fréquemment répétées.