Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Revue générale des troubles temporomandibulaires

Par Noshir R. Mehta, DMD, MDS, MS, Professor;Associate Dean for Global Relations; Senior Advisor, Department of Public Health and Community Servic;Tufts University School of Dental Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le terme troubles temporomandibulaires est un terme général pour désigner les maladies produisant un dysfonctionnement de l'articulation de la mâchoire ou une douleur de la mâchoire et de la face, souvent en dedans ou autour de l'articulation temporomandibulaire, y compris la mastication et d'autres muscles de la tête et du cou et/ou du fascia. On considère qu'un patient souffre d'un dysfonctionnement temporomandibulaire lorsque la douleur ou la limitation du mouvement est suffisamment grave pour nécessiter les soins d'un professionnel.

Les troubles temporomandibulaires sont généralement d'origine multifactorielle, mais la plupart sont liées aux problèmes musculaires et articulaires. Les troubles internes de l'articulation temporomandibulaire sont en relation avec une altération des mouvements du condyle de la mandibule dans la fosse glénoïde ou contre le disque articulaire cartilagineux ( Articulation temporomandibulaire). Ce disque, en forme de globule rouge mature, agit comme un coussinet entre les surfaces osseuses. Les étiologies de cette altération comprennent le serrage et les grincements de dents, les traumatismes, des troubles systémiques (p. ex., une arthrite), des infections locales ou systémiques, une malocclusion et des dents manquantes. Le simple fait de mastiquer constamment du chewing-gum peut provoquer des symptômes.

Articulation temporomandibulaire

L'articulation est formée par le condyle mandibulaire et la cavité glénoïde de l'os temporal; un disque cartilagineux articulaire est comme un coussin entre les surfaces articulaires.

Diagnostic

Les troubles de l'articulation temporomandibulaire doivent être distingués de nombreuses maladies qui simulent les mêmes effets ( Quelques troubles simulant des troubles temporomandibulaires). Si la douleur est exacerbée par la pression du doigt sur l'articulation quand la bouche est ouverte, cela oriente vers l'articulation temporomandibulaire.

Quelques troubles simulant des troubles temporomandibulaires

Symptôme

Maladie

Céphalées

Sinusite

Artérite temporale

Céphalées de tension, migraine et algie vasculaire de la face

Le bruxisme (cause de céphalées de tension musculaire)

Douleur projetée provenant de troubles du cou

Douleur

Névralgie post-herpétique

Algodystrophie ou névrome traumatique après chirurgie de la tête ou du cou

Traumatisme de la tête et du cou

Algies dentaires

Névralgie du trijumeau

Douleur accompagnée par des problèmes d'audition

L'obstruction des canaux de l'oreille ou des trompes d'Eustache

Otite moyenne

Inflammation des articulations

Douleur au niveau de la tête, du cou et d'autres régions du corps

Fibromyalgie

Douleur myofasciale généralisée

Douleur, engourdissement

Anévrisme intracrânien

Tumeurs métastatiques

Douleur qui irradie vers la région de l'articulation temporomandibulaire

Douleurs des muscles ou des vertèbres cervicales

Une douleur qui empire quand le malade déglutit ou tourne la tête

Troubles du rachis cervical ou musculaire

Syndrome d'Eagle (styloïdes calcifiées)

Névralgie du nerf glossopharyngien

Thyroïdite subaiguë

Trismus

Embarrure de l'arcade zygomatique

Infection

Ostéochondrome du processus coronoïde

Péricoronarite

On demande au patient de décrire la douleur et de désigner les régions douloureuses. Les muscles de la mastication (temporaux, masséters et ptérygoïdiens médiaux et latéraux) et les muscles cervicaux et occipitaux sont palpés pour tester leur sensibilité générale et rechercher les zones de déclenchement (zones qui irradient la douleur vers une autre région).

On doit mesurer l'ouverture de bouche maximale confortable. Lorsque le patient ouvre et ferme la bouche avec le contact des incisives centrales maxillaires et mandibulaires (normalement sur la ligne médiane) alignées par rapport à une ligne droite verticale, la ligne médiane des dents mandibulaires dévie habituellement vers le côté douloureux. La palpation et l'auscultation de l'articulation pendant l'ouverture et la fermeture peuvent révéler une sensibilité, une sensation d'accrochage, des cliquetis, des crépitants ou de légers craquements.

Le mouvement du condyle peut être palpé en positionnant l’auriculaire dans les conduits auditifs externes et en exerçant une légère pression vers l’avant alors que le patient bouge la mandibule. Le patient de taille moyenne peut ouvrir la bouche au moins 40 mm (mesurée entre les incisives centrales supérieures et inférieures). Pour tenir compte des différences de taille du patient, un patient doit être en mesure de placer 3 doigts (index, majeur, annulaire) dans la bouche l'un au-dessus de l'autre jusqu'à la première articulation.

Ressources dans cet article