Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Luxation mandibulaire

Par David F. Murchison, DDS, MMS, Texas A & M Health Science Center, Baylor College of Dentistry;University of Texas at Dallas

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La luxation mandibulaire spontanée est le plus souvent observée chez des patients présentant ce même antécédent. Bien qu'une luxation de la mandibule soit parfois causée par un traumatisme, les étiologies les plus fréquentes sont généralement une large ouverture buccale (p. ex., mastication d'un sandwich épais de pain dur), un bâillement ou une intervention dentaire de longue durée. Les patients prédisposés à la luxation ont une laxité des ligaments de l'articulation temporomandibulaire.

Le patient se présente la bouche grande ouverte, sans pouvoir effectuer de mouvements de fermeture. La douleur est secondaire aux tentatives de fermer la bouche. Lorsque la mandibule est déviée d'un côté, la subluxation est unilatérale. Bien que rarement utilisé, un anesthésique local (p. ex., lidocaïne à 2% 2 à 5 mL) injecté dans l’articulation et dans la région adjacente à l’insertion du muscle ptérygoïdien latéral, peut permettre une réduction du blocage et une fermeture spontanée.

Une réduction manuelle peut être nécessaire ( Réduction mandibulaire.). Une prémédication peut être effectuée par (p. ex., diazépam 5 à 10 mg IV à 5 mg/min ou midazolam 3 à 5 mg IV à 2 mg/min et un opiacé tel que le fentanyl 0,5 à 1 mcg/kg IV) mais est habituellement inutile, en particulier si du temps est perdu dans la préparation de l'IV. Plus le temps d'attente sera long, plus la réduction de la subluxation sera difficile avec augmentation du risque de récidive ultérieure.

Réduction mandibulaire.

La tête du patient est stabilisée. L'opérateur place ses pouces sur la ligne oblique externe de la mandibule (latéralement à la zone des 3es molaires) ou après avoir enveloppé les pouces avec une gaze sur les surfaces occlusales des molaires inférieures. Les autres doigts sont recourbés sous la mandibule. Le patient doit ouvrir en grand, comme s'il bâillait, puis l'opérateur applique une pression verticale sur les molaires, suivi d'un mouvement tiroir vers l'arrière, qui permet de réduire la subluxation mandibulaire.

Des bandages spécifiques (de type Barton, Bandage de Barton) peuvent être nécessaires pendant 2 ou 3 j. Il est primordial pour le patient de ne pas ouvrir grand la bouche pendant au moins 6 semaines. Lorsqu'il ressent la survenue d'un bâillement, il doit placer un poing sous le menton pour bloquer une ouverture buccale trop importante. La nourriture sera coupée en petits morceaux. Lorsque le patient souffre de luxations chroniques récidivantes et que les traitements habituels ont été appliqués sans succès, un chirurgien maxillofacial peut être consulté. En dernier recours, les ligaments de l'articulation temporomandibulaire peuvent être chirurgicalement resserrés (raccourcis) pour stabiliser l'articulation ou l'éminence articulaire peut être réduite (éminectomie).

Bandage de Barton

Ce bandage en chiffre 8 est enroulé autour de la tête et de la mâchoire afin de fournir un soutien en-dessous et en avant de la mâchoire inférieure.

Ressources dans cet article