Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Carcinome basocellulaire

(Ulcus rodens)

Par Gregory L. Wells, MD, Staff Dermatologist, Ada West Dermatology, St. Luke’s Boise Medical Center, and St. Alphonsus Regional Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les carcinomes basocellulaires se présentent sous forme de papules ou nodules superficiels qui se développent très lentement et qui à partir de certaines cellules épidermiques. Les carcinomes basocellulaires se développent à partir des kératinocytes situés à proximité de la couche basale qui peuvent être appelés kératinocytes basaloïdes. Les métastases sont rares, mais un développement local peut être particulièrement destructeur. Le diagnostic repose sur la biopsie. Le traitement doit s'adapter aux caractéristiques de la tumeur. Il peut inclure le curetage et l'électrodessiccation, une exérèse chirurgicale, la cryochirurgie et, de manière plus occasionnelle, la radiothérapie ou la chimiothérapie.

L'épithélioma basocellulaire est le plus fréquent des cancers cutanés, avec > 2, 8 millions de nouveaux cas annuellement recensés aux États-Unis. Il est le plus fréquent chez le sujet à peau claire qui s'expose fréquemment au soleil et est très rare chez le sujet à peau foncée.

Symptomatologie

Les carcinomes basocellulaires peuvent revêtir des aspects cliniques et avoir des comportements biologiques très variables. Ils peuvent apparaître comme

  • Petits nodules brillants, fermes, presque translucides ou d'aspect perlé avec des télangiectasies

  • Des papules ou nodules ulcérés ou croûteux

  • Des plaques plates, indurées pseudo-cicatricielles (parfois des cancers semblables à des morphées avec des bords flous)

  • Des papules ou de fines plaques érythémateuses, marginées, difficiles à différencier du psoriasis ou d'un eczéma localisé

Le carcinome débute le plus souvent par une petite papule brillante qui grossit lentement, et, au bout de quelques mois ou années, la tumeur est caractérisée par une bordure perlée, brillante avec des vaisseaux en surface (télangiectasies) et une dépression ou une ulcération centrale. Il n'est pas rare d'observer une hémorragie ou la formation de croûtes récidivantes. Les lésions peuvent cicatriser spontanément avant de redevenir croûteuses, ce qui rassure parfois faussement le patient ou le médecin.

Diagnostic

  • Biopsie

Le diagnostic est établi par la biopsie et l'examen histologique.

Pronostic

Les cancers basocellulaires métastasent rarement, mais ils peuvent être très destructeurs en envahissant les tissus normaux. Dans de rares cas la mort du patient est provoquée par l'envahissement par le cancer de structures ou orifices vitaux (p. ex., yeux, oreilles, bouche, os, dure-mère).

Presque 25% des patients qui ont des antécédents de carcinome basocellulaire développent un nouveau carcinome basocellulaire dans les 5 ans. Par conséquent, les patients qui ont des antécédents de carcinome baso-cellulaire doivent être vus chaque année pour un examen de la peau.

Traitement

  • Habituellement par des méthodes locales

La prise en charge doit être assurée par un spécialiste.

L'aspect clinique, la taille, la localisation et le sous-type histologique déterminent l'attitude thérapeutique, curetage, électrodessiccation, exérèse chirurgicale, cryothérapie (imiquimod ou 5-fluorouracile), et la thérapie photodynamique ou, parfois, radiothérapie.

Les cancers récidivants ou incomplètement enlevés, les cancers étendus, les cancers de localisation susceptibles de récidiver (p. ex., tête et cou) et les cancers sclérodermiformes à bords mal définis sont souvent traités par microchirurgie contrôlée de Mohs, qui consiste en une exérèse progressive des limites jusqu'à disparition de la tumeur (telle que les examens microscopiques l'ont déterminé).

En cas de maladie métastatique ou localement avancée et d'absence d'indication à la chirurgie ou à la radiothérapie (p. ex., lésions volumineuses, récurrentes ou métastatiques), le vismodégib est à présent disponible. Le vismodegib inhibe la voie hedgehog (une voie qui est mutée dans la plupart des carcinomes à cellules basales).

Prévention

De nombreux carcinomes baso-cellulaires semblant être liés à l’exposition aux ultraviolets (UV), un grand nombre de mesures sont recommandées pour limiter l’exposition.

  • Éviction solaire: rechercher l'ombre, minimiser les activités extérieures entre 10 h du matin et 16 h (quand les rayons du soleil sont les plus forts), et en évitant les bains de soleil et de l'utilisation des cabines de bronzage

  • Utilisation de vêtements de protection: chemise à manches longues, pantalons et chapeau à larges bords

  • Utilisation de crème solaire: avec un indice de protection solaire d’au moins 30 avec une protection à large spectre contre les UVA/UVB, utilisée selon les directives (c'est-à-dire, répétée chaque q 2 h et après le bain ou lorsqu'on a transpiré); ne doit pas être utilisée pour prolonger l'exposition au soleil

Points clés

  • Les carcinomes basocellulaires, les cancers de la peau les plus fréquents sont particulièrement fréquents chez les sujets à la peau claire et chez les sujets exposés au soleil.

  • Envisager le diagnostic en cas de lésions typiques (p. ex., papule brillante, grossissant lentement, souvent avec des bords brillants, nacrés) ou des lésions qui forment des croûtes et guérissent.

  • Adresser les patients à des spécialistes pour traitement, généralement par des méthodes localement destructrices.

Ressources dans cet article