Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Carcinome malpighien

Par Gregory L. Wells, MD, Dartmouth Medical School and Dartmouth-Hitchcock Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le carcinome spinocellulaire est une tumeur maligne développée à partir des kératinocytes épidermiques, qui envahit le derme; ce cancer survient généralement dans les zones exposées au soleil. Les dommages locaux peuvent être importants. Les métastases apparaissent lorsque l'on est à un stade avancé. Le diagnostic repose sur la biopsie. Le traitement dépend des caractéristiques de la tumeur et peut nécessiter le curetage et l'électrodessiccation, l'exérèse chirurgicale, la cryochirurgie ou, de manière plus occasionnelle, la radiothérapie.

Le carcinome malpighien est le second cancer cutané le plus fréquent après le carcinome baso-cellulaire, avec environ 700 000 cas et 2 500 décès chaque année aux USA. Il peut se développer à partir d'une peau normale, d'une kératose actinique préexistante ( Effets chroniques du soleil : Kératoses actiniques), d'une plaque leucoplasique ou d'une cicatrice de brûlure.

L'aspect clinique est très variable, mais il faut se méfier de toute lésion qui ne guérit pas sur des zones exposées au soleil. La tumeur peut commencer par une papule ou une plaque rouge dont la surface est croûteuse ou squameuse et peut devenir nodulaire parfois avec une surface verruqueuse. Parfois, la lésion s'étend bien au-delà de ce qui apparaît à la surface. La tumeur finit par s'ulcérer et envahir le tissu sous-jacent.

Diagnostic

  • Biopsie

La biopsie est essentielle. Le diagnostic différentiel varie en fonction de l'aspect de la lésion. Par exemple, les ulcères qui ne cicatrisent pas doivent être différenciés du pyoderma gangrenosum et des ulcères de stase veineuse. Les lésions nodulaires doivent être différenciées des kératoacanthomes (probablement des carcinomes malpighiens eux-mêmes) et des verrues. Les plaques de desquamation doivent être différenciées d'un carcinome basocellulaire, de la kératose actinique, des verrues vulgaires, des kératoses séborrhéiques, du psoriasis et de l'eczéma nummulaire.

Pronostic

Le pronostic des petites lésions enlevées précocement et avec des marges suffisantes est en général excellent. Les métastases régionales et à distance de carcinomes spinocellulaires de la peau exposée au soleil sont rares mais existent, en particulier en cas de tumeurs peu différenciées. Cependant, environ 1/3 des tumeurs muqueuses ou linguales ont déjà métastasé avant que le diagnostic ne soit posé ( Carcinome malpighien de la cavité orale).

Les maladies avancées, qui peuvent nécessiter des chirurgies délabrantes sont plus susceptibles de métastaser. La tumeur s'étend initialement sur un mode locorégional à la peau et aux aires ganglionnaires environnantes et finalement aux organes proches. Les cancers qui surviennent à proximité de l'oreille, du vermillon, en cicatrices ou qui envahissent la zone périneurale sont plus susceptibles de métastaser. Le taux de survie global à 5 ans est de 34% pour les formes métastatiques, malgré le traitement.

Traitement

  • Habituellement techniques localement destructrices

Le traitement est identique à celui des carcinomes basocellulaires et peut comprendre le curetage et l'électrodessiccation, une exérèse chirurgicale, la cryochirurgie, une chimiothérapie topique (imiquimod ou 5-fluorouracile), la photothérapie dynamique, et, de manière plus occasionnelle, la radiothérapie ( Traitement). Les patients doivent être surveillés de manière étroite du fait du risque accru de métastases. Les carcinomes spinocellulaires de la lèvre ou de toute jonction cutanéomuqueuse doivent être traités chirurgicalement; la guérison peut parfois s’avérer difficile. Les tumeurs de grandes tailles et les récidives doivent être traitées par la chirurgie microscopiquement contrôlée de Mohs ou avec une approche combinée associant la chirurgie à la radiothérapie. Les tumeurs avec envahissement périneural étant agressives, la radiothérapie doit être envisagée après la chirurgie.

Si l'on parvient à identifier et à isoler les métastases, ces dernières seront sensibles à la radiothérapie. Les métastases, lorsqu'elles sont nombreuses, ne réagissent pas bien aux chimiothérapies.

Points clés

  • Le carcinome épidermoïde, en raison de sa haute fréquence et de son aspect très variable, doit être évoqué dans toute lésion qui ne guérit pas dans une zone exposée au soleil.

  • Les métastases sont rares mais sont plus fréquentes dans les cancers de la langue ou des muqueuses; celles qui se produisent près des oreilles, du vermillon, ou sur des cicatrices; ou en cas d'invasion périneurale.

  • Le traitement est habituellement local et ablatif, parfois aussi radiothérapique (p. ex., pour les tumeurs qui sont grosses, récurrentes, ou qui présentent une invasion périneurale).

Ressources dans cet article