Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Érythème polymorphe

Par Wingfield E. Rehmus, MD, MPH, University of British Columbia

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

L’érythème polymorphe est une réaction inflammatoire, caractérisée par des lésions cutanées dites en " cible " ou " iris " ou " cocarde ". La muqueuse orale peut être atteinte. Le diagnostic est clinique. Les lésions se résorbent spontanément mais récidivent fréquemment. L'érythème polymorphe est généralement dû à une réaction à un agent infectieux tel que le virus herpes simplex ou le mycoplasme, mais il peut être dû à une réaction à un médicament. Un traitement antiviral suppressif peut être indiqué en cas de récidives fréquentes ou symptomatiques dues au virus herpes simplex.

Pendant des années, l'érythème polymorphe a été considéré comme une forme bénigne dans le spectre des pathologies d'hypersensibilité aux médicaments qui comprenaient le syndrome de Stevens-Johnson et la nécrolyse épidermique toxique ( Syndrome de Stevens-Johnson et nécrolyse épidermique toxique). Des données récentes suggèrent que l'érythème polymorphe est différent de ces autres pathologies.

Étiologie

La majorité des cas sont dus à une infection par le virus herpes simplex (HSV) (HSV-1 plus souvent que l'HSV-2), bien qu'il ne soit pas clairement établi que les lésions d'érythème polymorphe correspondent à une réaction spécifique ou non spécifique à ce virus. Les théories actuelles considèrent que l'embolie pulmonaire est provoquée par une réaction cytotoxique médiée par les lymphocytes T contre des fragments d'ADN HSV présents dans les kératinocytes. Une prédisposition génétique est présumée, étant donné que l'érythème polymorphe est une manifestation clinique très rare d'une infection à HSV, et que plusieurs sous-types HLA ont été associés à la prédisposition à développer des lésions. Moins fréquemment, l'embolie pulmonaire est due à des médicaments, des vaccins ou autres maladies virales (en particulier l'hépatite C), ou parfois le lupus érythémateux disséminé. L'érythème polymorphe observé chez les patients présentant un lupus érythémateux disséminé est parfois appelé syndrome de Rowell.

Symptomatologie

L'érythème polymorphe se manifeste par une éruption brutale et asymptomatique de macules érythémateuses, papules, vésicules, ou bulles, ou par une association de ces lésions sur les extrémités distales (dont souvent les paumes et les plantes) et le visage. La lésion classique est annulaire, avec un centre violacé et un halo rose séparés par un anneau pâle (lésion en cible ou en cocarde). La distribution est symétrique et centripète; l’extension au buste est fréquente. Certains patients présentent un prurit. Les lésions orales comprennent des lésions cibles sur les lèvres et des vésicules et érosions sur le palais et les gencives.

Diagnostic

  • Bilan clinique

Le diagnostic repose sur l'aspect clinique; la biopsie est rarement nécessaire. Le diagnostic différentiel comprend l’urticaire, les vascularites, la pemphigoïde bulleuse, le pemphigus, la dermatose à IgA linéaires, la dermatose aiguë fébrile à neutrophiles et la dermatite herpétiforme; les lésions buccales herpétiformes doivent être distinguées de la stomatite aphteuse, du pemphigus, de la stomatite herpétique, et de la maladie pieds-mains-bouche. Les patients qui présentent des macules purpuriques et des cloques disséminées et une atteinte importante du buste et du visage sont plus enclins d'être atteints d'un syndrome de Stevens-Johnson que d'un érythème polymorphe.

Traitement

  • Soins de support

  • Parfois, des antiviraux en prophylaxie

L'érythème polymorphe guérit spontanément et aucun traitement n'est habituellement nécessaire. Les corticostéroïdes locaux et les anesthésiques peuvent améliorer les symptômes et rassurer les patients. Les récidives sont fréquentes et un traitement d'entretien empirique par acyclovir 400 mg po q 12 h, famciclovir 250 mg po q 12 h, ou valacyclovir 1000 mg po q 24 h peut être utilisé si les symptômes récidivent plus de 5 fois/an et si une association par l'HSV est suspectée ou si des érythèmes polymorphes récivants sont systématiquement précédés par des récidives d'herpes.

Points clés

  • L'érythème polymorphe est habituellement provoqué par le HSV, mais il peut être causé par tout médicament.

  • Les lésions cibles et les lésions sur les paumes et les plantes peuvent être des signes relativement spécifiques.

  • La biopsie est rarement nécessaire.

  • Traiter l'érythème polymorphe par des mesures symptomatiques et envisager d'utiliser des médicaments antiviraux prophylactiques si le HSV est la cause suspectée et que les récidives sont fréquentes.

Ressources dans cet article