Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Granulome annulaire

Par Wingfield E. Rehmus, MD, MPH, University of British Columbia

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le granulome annulaire est une maladie chronique ou bénigne, idiopathique caractérisée par des papules ou nodules qui s'organisent en couronne pour former un anneau dont le centre est constitué d'une peau normale ou discrètement déprimée.

Étiologie

L'étiologie est mal connue mais les mécanismes proposés comprennent une immunité à médiation cellulaire (type IV), une vascularite à complexes immuns et une anomalie des monocytes tissulaires. Le granulome annulaire n'est pas associé à des troubles systémiques, mais un métabolisme anormal du glucose serait plus fréquent chez l'adulte présentant de nombreuses lésions. Dans certains cas, l'exposition au soleil, les piqûres d'insectes, l'intradermo-réaction à la tuberculine, la vaccination par le BCG, les traumatismes, les infections à Borrelia et les infections virales ont induit des poussées de granulome annulaire. Cette affection est 2 fois plus fréquente chez la femme.

Symptomatologie

Les lésions sont érythémateuses, beige jaunâtre, bleuâtre, ou la couleur de la peau environnante; une ou plusieurs lésions peuvent survenir, le plus souvent sur le dos des pieds, les jambes, les mains, les doigts. Elles sont habituellement asymptomatiques mais peuvent parfois être douloureuses. Les lésions s'étendent souvent ou se rejoignent pour former des anneaux. Le centre de chaque anneau peut être clair ou un peu enfoncé, parfois pâle ou brun clair. Dans certains cas, les lésions peuvent se généraliser et s'étendre.

Diagnostic

Le diagnostic est généralement clinique mais peut être confirmé par une biopsie cutanée. Contrairement à la (qui peut entraîner une augmentation des lésions annulaires avec éclaircissement central), un granulome annulaire n'a généralement pas de desquamation et de prurit.

Traitement

  • Parfois, corticostéroïdes, tacrolimus topique ou anti-inflammatoires ou thérapie associant psoralène plus ultraviolets A (PUVA)

Habituellement, aucun traitement n’est nécessaire; une régression spontanée est habituelle. Chez les patients présentant des lésions plus étendues ou invalidantes, une guérison plus rapide peut être favorisée par l'utilisation de corticostéroïdes locaux très puissants sous bandages occlusifs chaque nuit, un pansement imprégné de flurandrénolide, du tacrolimus topique (p. ex., pommade à 0,1% bid, avec une fréquence de dosage qui diminue à mesure que les symptômes se résolvent). et des injections intralésionnelles de corticostéroïdes. La puvathérapie, l'isotrétinoïne, la dapsone et la cyclosporine se sont avérées efficaces dans le traitement de la forme étendue de la maladie. Des observations récentes ont suggéré que les inhibiteurs du TNF-α (p. ex., infliximab, adalimumab), le laser pulsé à colorant à 595 nm, excimer laser, et la photothermolyse fractionnelle sont utiles dans le traitement des lésions disséminées et résistantes.

Points clés

  • Le granulome annulaire, qui est 2 fois plus fréquent chez les femmes, n'est pas associé à des troubles systémiques.

  • Diagnostiquer cliniquement le granulome annulaire (p. ex., par les anneaux caractéristiques avec éclaircissement central et absence de desquamation).

  • Si les symptômes sont gênants, traiter par des corticostéroïdes ou du tacrolimus topique.

Ressources dans cet article