Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Abcès cutané

Par A. Damian Dhar, MD, JD, Private Practice, North Atlanta Dermatology

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

L'abcès cutané est une collection de pus au niveau de la peau. La symptomatologie principale est une douleur locale associée à une tuméfaction fluctuante. Le diagnostic est habituellement évident lors de l'examen clinique. Le traitement consiste à inciser et à drainer.

Les bactéries responsables des abcès cutanés appartiennent en général à la flore cutanée, avec des variations selon la zone du corps touchée. Dans les abcès du tronc, des membres, des aisselles, de la tête ou du cou, les microrganismes les plus fréquents sont Staphylococcus aureus et les streptocoques. Ces dernières années, S. aureus résistant à la méthicilline (SARM) est devenu une cause plus fréquente.

Les abcès de la région périnéale (c'est-à-dire, inguinaux, vaginaux, fessiers, périrectaux) contiennent des microrganismes présents dans les selles, le plus souvent des germes anaérobies ou un mélange de bactéries aérobies et anaérobies. L'anthrax et les furoncles sont des abcès des follicules cutanés avec caractéristiques particulières ( Furoncles et anthrax ).

La formation d'abcès sous-cutanés est favorisée en cas de pullulation bactérienne, un antécédent de traumatisme local (en particulier s'il persiste un corps étranger) ou un déficit immunologique ou circulatoire local.

Symptomatologie

L'abcès sous-cutané est douloureux, induré, tendu et habituellement la peau en regard est érythémateuse. Sa taille est souvent autour de 1 à 3 cm, mais peut parfois être beaucoup plus grande. Plus tard, l’abcès mûrit, la peau en regard s’affine et une collection devient palpable; plus tard, l’abcès pointe, la peau sus-jacente devient mince et la tumeur est fluctuante. L'abcès peut alors s'évacuer spontanément (fistulisation). Il n'existe pas toujours de cellulite, de lymphangite, d'adénopathies locales, de fièvre ni d'hyperleucocytose associées.

Diagnostic

  • Examen

  • Culture pour identifier SARM

Le diagnostic est habituellement évident lors de l'examen clinique. La mise en culture est recommandée principalement pour identifier le SARM.

Les affections rappelant des simples abcès cutanés sont l'hidradénite suppurée ( Hidradénite suppurée) et le kyste épidermique rompu. Les kystes épidermoïdes (souvent appelés à tort kystes sébacés) s’infectent rarement; cependant, leur rupture libère de la kératine dans le derme, provoquant une réaction inflammatoire exubérante, rappelant parfois cliniquement une infection. La culture de ces kystes après leur rupture isole rarement des bactéries. Les abcès périnéaux peuvent être dus à l'extériorisation à la peau d'un abcès périrectal plus profond ou d'une maladie de Crohn via une fistule. Ces maladies sont habituellement reconnues par l'anamnèse et le toucher rectal.

Traitement

  • Incision et drainage

  • Parfois, antibiotiques

Certains petits abcès guérissent sans traitement, en se drainant spontanément. Des compresses chaudes permettent d'accélérer le processus. L’incision et le drainage sont indiqués en cas de douleur, de douleur ou d’œdème important; il n’est pas nécessaire d’attendre la fluctuance. Dans des conditions d'asepsie strictes, l'anesthésie locale est réalisée par l'injection de lidocaïne ou à l'aide d'une bombe à froid.

Le patient qui présente des abcès volumineux, très douloureux, bénéficiera d'une sédation IV pour effectuer le drainage. Une simple piqûre avec la pointe d'une lame de bistouri est souvent suffisante pour ouvrir l'abcès. Après le drainage du pus, la cavité doit être explorée soigneusement au doigt ou à la curette pour effondrer d’éventuelles logettes, puis irriguée avec du sérum physiologique à 0,9%. Certains comblent l'intérieur de la cavité avec une mèche de gaze qui est enlevée au bout de 24 à 48 h. L'application locale de chaleur et la surélévation de la zone intéressée peuvent accélérer la disparition de l'inflammation.

Généralement, les antibiotiques ne sont pas nécessaires, sauf en cas de signes d'infection systémique, de cellulite, d'abcès multiples, d'immunodépression ou d'abcès de la face, dans un territoire drainé par le sinus caverneux. Dans ces cas, un traitement empirique doit être démarré avec un médicament actif contre le SARM (p. ex., triméthoprime/sulfaméthoxazole, clindamycine; ou, en cas d’infection sévère, avec la vancomycine) en attendant les résultats de la culture bactérienne.

Points clés

  • Les pathogènes reflètent la flore de la zone concernée (p. ex., S. aureus et les streptocoques au niveau du tronc, au niveau des aisselles, de la tête et du cou), mais le SARM est devenu plus courant.

  • Coloration de Gram et culture des abcès pour identifier un SARM.

  • Drainer les abcès douloureux et gonflés, assurer une analgésie suffisante et, lorsque cela est indiqué, sédater.

  • Éviter les antibiotiques dans les abcès simples.