Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Hidradénite suppurée

Par A. Damian Dhar, MD, JD

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

L'hidradénite suppurée est une inflammation chronique qui laisse des cicatrices et qui ressemble à de l'acné survenant au niveau des aisselles, de l'aine, du pourtour mamelonnaire et de l'anus.

L'hidradénite suppurée est actuellement considérée comme une pathologie inflammatoire chronique du follicule pileux et des structures associées. L'inflammation folliculaire et l'occlusion qui s'ensuit conduisent à la rupture du follicule et au développement d'abcès, de fistules et de cicatrices.

Des masses tuméfiées et douloureuses rappelant des abcès sous-cutanés se développent. Ces lésions sont souvent stériles. La douleur, la fluctuation, l'écoulement et la formation d'une cavité fistulisée sont caractéristiques des formes chroniques. Dans les cas chroniques, une infection bactérienne peut se produire dans les abcès et les fistules profonds. En cas d'hydrosadénite chronique du creux axillaire, la coalescence des nodules inflammatoires aboutit à la formation de cordons palpables. La maladie peut devenir invalidante du fait de la douleur et parfois d'une mauvaise odeur.

Diagnostic

  • Bilan clinique

Le diagnostic repose sur l'examen clinique. Les cultures doivent être prélevées dans des abcès et fistules profonds chez les patients qui ont une maladie chronique, mais souvent aucun pathogène n'est trouvé. Le système de classification par stades de Hurley décrit la gravité de la maladie.

  • Phase I: formation d'abcès, simples ou multiples, sans fistules ou cicatrices

  • Phase II: abcès récurrents simples ou multiples, largement séparés, avec formation d'une fistule ou de cicatrices

  • Phase III: atteinte diffuse ou quasi diffuse ou plusieurs voies fistuleuses interconnectées et abcès sur l'ensemble de la zone

Traitement

  • Phase I: clindamycine topique, corticostéroïdes intralésionnels, et antibiotiques oraux

  • Phase II: cycles plus longs d'antibiotiques oraux et parfois drainage ou débridement par punch

  • Phase III: infliximab et souvent excision chirurgicale large et réparation ou greffe

Les objectifs du traitement sont de prévenir de nouvelles lésions, de réduire l'inflammation, et d'éliminer les fistules.

Dans la maladie de Hurley de stade I, le traitement typique comprend la clindamycine topique en solution à 1% bid, le résorcinol en crème topique à 15% 1 fois/j, le gluconate de zinc oral (90 mg 1 fois/j), les corticostéroïdes intralésionnels (p. ex., de 0,1 à 0,5 mL d'une solution de 5 à 10 mg/mL d'acétonide de triamcinolone 1 fois/mois), et des cyles de courte durée (p. ex., de 7 à 10 j) d'antibiotiques oraux. La tétracycline (500 mg bid), la doxycycline (100 à 200 mg 1 fois/j), la minocycline (100 mg 1 fois/j), ou l'érythromycine (250 à 500 mg qid) sont utilisées jusqu'à la guérison des lésions. Un protocole typique peut comprendre un traitement topique (p. ex., en fonction de la sensibilité de la peau du patient) et un antibiotique; cependant, tous les traitements peuvent être utilisés seuls ou en association.

Pour la maladie de Hurley stade II, le traitement est un cycle plus long (p. ex., de 2 à 3 mois) des mêmes antibiotiques oraux utilisés pour traiter la maladie de stade I; si la réponse est incomplète, de la clindamycine 300 mg po bid et/ou de la rifampicine 600 mg po 1 fois/j peuvent être ajoutés au protocole. Ajouter une thérapie anti-androgénique (p. ex., des contraceptifs œstrogéniques ou d'association par voie orale, de la spironolactone, de l'acétate de cyprotérone [non disponible aux États-Unis], du finastéride, ou des associations) peut être utile chez certaines femmes. L'incision et le drainage peuvent diminuer la douleur en cas d'abcès mais ils ne suffisent pas à contrôler le problème (contrairement aux abcès cutanés fréquents). Dans le cas de lésions inflammatoires aiguës qui ne sont pas trop profondes, un punch débridement (c.-à-d., excision avec un instrument perforant de 5 à 7 mm, suivi d'un débridement digital et d'un curetage ou d'un lavage) est préférable. Les fistules doivent être ouvertes. Les patients dont les lésions sont plus profondes doivent être évalués par un chirurgien plastique pour envisager l'excision et la greffe.

En cas de maladie de Hurley de stade III, le traitement médical et chirurgical doit être plus agressif. La preuve d'efficacité dans la réduction de l'inflammation est la plus évidente pour l'infliximab (5 mg/kg IV aux semains 0, 2 et 6). Comme alternative, l'adalimumab (80 mg sc, suivi de 40 mg toutes les deux semaines) ou des rétinoïdes (isotrétinoïne 0,25 à 0,4 mg/kg bid pendant 4 à 6 mois ou l'acitrétine 0,6 mg/kg 1 fois/j pendant 9 à 12 mois) ont été efficaces chez certains patients. L'exérèse chirurgicale large avec reconstruction des zones atteintes est souvent nécessaire si la maladie se prolonge. L'ablation au laser (CO2 ou erbium: YAG) est une alternative au traitement chirurgical.

Les mesures d'appoint recommandées chez tous les patients qui ont une hidradénite suppurée comprennent le maintien d'une bonne hygiène de la peau, de minimiser les traumatismes, de fournir un soutien psychologique et peut-être d'éviter les régimes à charge glycémique élevée.

Points clés

  • Les lésions sont généralement stériles, sauf pour les abcès profonds et les fistules en cas de maladies chroniques.

  • L'hidradénite suppurée peut être invalidante.

  • Traiter l'hidradénite suppurée en se basant sur le système de classification par stade de Hurley.

Ressources dans cet article