Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Revue générale de dermatophytoses

Par Denise M. Aaron, MD, Assistant Professor of Surgery;Staff Physician, Dartmouth-Hitchcock Medical Center;Veterans Administration Medical Center, White River Junction

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Les dermatophytoses sont des infections mycosiques des kératines de la peau et des ongles (l’infection des ongles est appelée teigne unguéale, ou onychomycose). La symptomatologie varie selon l'endroit de l'infection. Le diagnostic repose sur l'aspect clinique et par l'examen direct sur une lame des squames de la peau par montage humide sous hydroxyde de potassium. Le traitement varie selon le site, mais implique toujours des antimycosiques locaux ou généraux.

Les dermatophytes sont des champignons qui nécessitent de la kératine pour leur développement et donc doivent vivre sur la couche cornée, les poils ou les ongles. Toutes les dermatophyties sont provoquées par Epidermophyton,Microsporum, et Trichophyton spp. Ces derniers diffèrent de la candidose, car ils ne sont jamais invasifs. La transmission s'effectue soit de façon interhumaine, soit de l'animal à l'homme et, de façon rare, du sol à l'homme. Le microrganisme peut persister indéfiniment. La plupart des personnes ne développent pas de symptômes d’infection; ceux qui en présentent ont une altération des réponses immunitaires locales des lymphocytes T (p. ex., traumatisme avec atteinte vasculaire) ou un déficit immunitaire primitif (héréditaire) ou secondaire (p. ex., diabète ou VIH).

Les dermatophytoses fréquentes comprennent

Symptomatologie

La symptomatologie des dermatophytoses est variable selon la localisation (peau, cheveux, ongles). La virulence du microrganisme, la susceptibilité de l'hôte et l'hypersensibilité déterminent la gravité de la lésion. Le plus souvent, il n’y a que peu ou pas d’inflammation; les lésions asymptomatiques ou modérément prurigineuses avec un bord desquamant, légèrement surélevé régressent et récidivent par intermittence. Parfois, l'inflammation est plus sévère et se manifeste comme une éruption vésiculeuse, voire bulleuse (habituellement au niveau du pied) ou comme une atteinte inflammatoire et œdémateuse du cuir chevelu (kérion).

Diagnostic

  • Aspect clinique

  • Montage humide sous hydroxyde de potassium

Le diagnostic de dermatophytose repose sur l'aspect clinique et la localisation de l'infection et il peut être confirmé par la mise en évidence des filaments dans les squames cutanés obtenues par grattage et montage humide sous hydroxyde de potassium ou par culture des cheveux prélevés. Pour l'onychomycose, le test le plus sensible est la coloration à l'acide périodique Schiff des rognures d'ongles. Pour le montage humide sous hydroxyde de potassium, la zone de la tablette unguéale touchée doit être préparée et testée et non les débris sous-unguéaux.

L'identification des microrganismes spécifiques par la culture n'est pas nécessaire, sauf en cas d'infection du cuir chevelu (où une source animale peut être identifiée et traitée) et d'infection de l'ongle (qui peut être due à un non dermatophyte). La culture peut également être utile lorsque l'inflammation et l'infection bactérienne superposées sont sévères et/ou accompagnées d'une alopécie.

Le diagnostic différentiel de dermaphytoses comprend

Traitement

  • Antifongiques locaux ou oraux

  • Parfois, des corticostéroïdes

Les antimycosiques topiques sont généralement suffisants ( Options thérapeutiques des infections mycosiques superficielles*). La terbinafine en vente libre est fongicide et permet de raccourcir la durée du traitement. L’éconazole ou le ciclopirox peuvent être préférés si une infection candidosique ne peut être exclue. D'autres traitements topiques appropriés en vente libre sont le clotrimazole et le miconazole.

Les antimycosiques oraux sont utilisés dans la plupart des infections des ongles et du cuir chevelu, les infections cutanées persistantes ou étendues de la peau et chez le patient ne voulant pas un traitement local prolongé; les doses et la durée diffèrent selon le site de l'infection.

Les corticostéroïdes sont parfois utilisés en plus des crèmes antifongiques pour soulager le prurit et l'inflammation. Cependant, l'association corticostéroïdes topiques et crèmes antifongiques doivent être évités si possible parce que les corticostéroïdes topiques favorisent la croissance des champignons. Les corticostéroïdes et les antifongiques topiques disponibles dans le commerce ne doivent pas être utilisés comme substituts à l'obtention d'un diagnostic précis par un montage humide sous hydroxyde de potassium ou une culture.

Ressources dans cet article