Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Myiase cutanée

Par James G. H. Dinulos, MD, Clinical Associate Professor of Surgery (Dermatology Section);Clinical Assistant Professor of Dermatology, Geisel School of Medicine at Dartmouth;University of Connecticut

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La myiase cutanée est une infestation cutanée due aux larves de certaines espèces de mouches.

Les myiases impliquent les larves des mouches à deux ailes (diptères). Trois types d'infestation cutanée existent, suivant les espèces concernées:

  • Myiases furonculeuses

  • Plaies

  • Myiases rampantes

D'autres organes parfois sont impliqués (p. ex., nasopharynx, tractus gastro-intestinal, tractus génito-urinaire). L’infestation survient habituellement dans les pays tropicaux, la plupart des cas aux États-Unis surviennent chez des personnes qui sont récemment revenues des zones où les maladies sont endémiques.

Myiases furonculeuses

De nombreuses sources fréquentes sont connues les mouches de la famille des oestridés. Dermatobia hominis, originaire d'Amérique Centrale et du Sud, est la cause la plus fréquente chez les voyageurs revenant aux États-Unis. D'autres espèces comprennent les Cordylobia anthropophaga (en Afrique subsaharienne) et les différents Cuterebra sp (en Amérique du Nord) et Wohlfahrtia sp (en Amérique du Nord, Europe et Pakistan). Beaucoup de mouches ne pondent pas leurs œufs sur l'espèce humaine mais sur d'autres insectes (p. ex., les moustiques) ou sur des objets (p. ex., en train de sécher) qui peuvent être en contact avec la peau. Les œufs éclosent sur la peau et donnent naissance à des larves, qui s’enfoncent dans la peau et se développent par étapes successives (stades) en larves matures; les larves matures peuvent atteindre 1 à 2 cm de long, suivant les espèces. Si l'infestation n'est pas traitée, les larves sortent finalement par la peau et tombent sur le sol pour poursuivre leur cycle de vie.

Les symptômes typiques comprennent du prurit, une sensation de mouvement, et parfois une douleur lancinante. La lésion initiale peut ressembler à une morsure d’arthropode ou à un furoncle bactérien mais elle peut en être différentiée par la présence d’un point central avec un écoulement sérosanglant; parfois une petite partie de l'extrémité de la larve est visible. Les lésions dues à D. hominis sont plus souvent sur le visage, le cuir chevelu, et les extrémités, alors que celles dues à C. anthropophaga ont tendance à se produire dans les zones couvertes par les vêtements et apparaissent sur la tête, le cou et le dos.

Puisque les larves nécessitent de l'O2, l'occlusion de l'ouverture de la peau peut provoquer leur sortie ou au moins le fait de se rapprocher de la surface, facilitant ainsi l'ablation manuelle. Les nombreuses méthodes d'occlusion comprennent l'utilisation de vaseline, le vernis à ongles, le bacon ou une pâte de tabac. Cependant, les larves qui meurent pendant l'occlusion sont difficiles à enlever et déclenchent souvent une réaction inflammatoire intense. Il est possible d'extraire les larves par une petite incision. L'ivermectine orale (200 mcg/kg, en 1 dose unique) ou en topique, peut tuer les larves ou entraîne leur migration.

Myiases des plaies

Les blessures et les muqueuses ouvertes, typiquement chez le sans-abri, l'alcoolique et autre sujet dans de mauvaises conditions sociales, peuvent être infestées par des larves de mouches, le plus souvent provenant de mouches à viande vertes ou noires. Contrairement aux larves des mouches domestiques communes, la plupart des agents des myiases des plaies envahissent les tissus sains et les tissus nécrosés. Le traitement comprend habituellement une irrigation et un débridement manuel.

Myiases rampantes

Les agents les plus fréquents sont Gasterophilus intestinalis et Hypoderma sp. Ces mouches infestent généralement les chevaux et le bétail; les sujets peuvent être infestés par contact avec des animaux infestés ou, moins souvent, directement par la ponte d'œufs sur leur peau. Les larves de ces mouches creusent des galeries sous la peau, responsables de prurit et de lésions mouvantes, qui peuvent être confondues avec des larva migrans cutanée; cependant, les larves de mouches sont beaucoup plus grandes que les nématodes et les lésions créées par les larves de mouches durent plus longtemps. Le traitement est similaire à celui de la myiase furonculeuse.

Ressources dans cet article