Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Taux élevés de lipoprotéines de haute densité (HDL)

Par Anne Carol Goldberg, MD, Professor of Medicine, Division of Endocrinology, Metabolism and Lipid Research, Department of Medicine, Washington University School of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Un taux élevé de lipoprotéines de haute densité (HDL) correspond à un HDL cholestérol > 80 mg/dL (> 2,1 mmol/L).

Des taux élevés de HDL cholestérol sont généralement associés à un risque cardiovasculaire ischémique moindre; cependant les taux élevés de HDL dus à certaines pathologies génétiques peuvent ne pas protéger contre les complications ischémiques en raison d'altérations métaboliques et lipidiques associées.

Les causes primitives des taux élevés de HDL sont des mutations génétiques uniques ou multiples qui induisent une surproduction ou une diminution de l'épuration des HDL. Les causes secondaires d'augmentation du HDL cholestérol sont les suivantes:

  • Alcoolisme chronique sans cirrhose

  • Cirrhose biliaire primitive

  • Hyperthyroïdie

  • Médicaments (p. ex., corticostéroïdes, insuline, phénylhydantoïne)

La découverte fortuite de HDL cholestérol élevé chez un patient ne prenant pas de médicament hypolipémiant doit inciter à rechercher une cause secondaire en dosant les ASAT, les ALAT et la TSH; un bilan négatif évoque une cause primitive possible.

Le déficit en protéine de transfert des esters de cholestérol, (cholesteryl ester transfer protein, CETP) est un trouble autosomique récessif rare provoqué par une mutation du gène CETP. La CETP facilite le transfert des esters du cholestérol des HDL vers d'autres lipoprotéines et le déficit en CETP influe sur le cholestérol de basse densité (LDL) et ralentit la clairance des HDL. Les patients atteints n'ont aucun symptôme mais ont un HDL cholestérol > 150 mg/dL (> 3,9 mmol/L). L'effet protecteur sur les complications cardiovasculaires ischémiques n'a pas été établi. Aucun traitement n'est nécessaire.

L'hyperalphalipoprotéinémie familiale est une affection autosomique dominante due à différentes mutations génétiques dont certaines ont été identifiées, notamment celles qui induisent une surproduction d'apolipoprotéine A-I et qui correspondent à des variantes de l'apolipoprotéine C-III. L'affection est habituellement diagnostiquée fortuitement lorsque le taux de HDL cholestérol est > 80 mg/dL. Les patients touchés n'ont pas d'autre symptomatologie. Aucun traitement n'est nécessaire.