Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Hyperaldostéronisme secondaire

Par Ashley B. Grossman, MD, Emeritus Professor of Endocrinology;Professor of Neuroendocrinology;Consultant NET Endocrinologist, University of Oxford; Fellow, Green-Templeton College;Barts and the London School of Medicine;Royal Free Hospital, London

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

L'hyperaldostéronisme secondaire est correspond à une augmentation de la sécrétion d'aldostérone par les surrénales en réponse à une stimulation non surrénalienne non hypophysaire telle que l'hypoperfusion rénale. Les symptômes sont similaires à ceux de l'hyperaldostéronisme primaire. Le diagnostic repose sur le dosage de l'aldostérone plasmatique et de l'activité rénine plasmatique. Le traitement implique la correction de la cause.

L'hyperaldostéronisme secondaire est causé par la diminution du débit sanguin rénal, qui stimule le système rénine-angiotensine, ce qui augmente la sécrétion d'aldostérone. Les causes de diminution du débit sanguin rénal comprennent les artériopathies rénales obstructives (p. ex., athérome, sténose), la vasoconstriction rénale (comme dans l'HTA maligne) et les maladies œdémateuses (p. ex., insuffisance cardiaque, cirrhose avec ascite, syndrome néphrotique). La sécrétion peut être normale dans l'insuffisance cardiaque, mais le débit sanguin hépatique et le métabolisme de l'aldostérone sont diminués de telle sorte que les taux d'hormone circulante sont élevés.

Symptomatologie

Les symptômes sont similaires à ceux de l'hyperaldostéronisme primaire et comprennent l'alcalose hypokaliémique qui provoque des épisodes d'asthénie, de paresthésies, des paralysies transitoires et une tétanie. Dans de nombreux cas, les manifestations se résument à une HTA. Des œdèmes périphériques peuvent être présents.

Diagnostic

  • Électrolytes sériques

  • Aldostérone plasmatique

  • Activité rénine plasmatique

Le diagnostic est suspecté en cas d'HTA avec une hypokaliémie. Le bilan biologique initial comprend le dosage de l'aldostérone et de l'activité rénine plasmatique. Idéalement, le patient ne doit prendre aucun médicament interférant avec le système rénine-angiotensine (p. ex., diurétiques thiazidiques, inhibiteurs de l'ECA, antagonistes de l'angiotensine, β-bloqueurs) au cours des 4 à 6 semaines précédant les tests. Une activité rénine plasmatique et une aldostérone élevées suggèrent un hyperaldostéronisme secondaire. Les principales différences entre l'hyperaldostéronisme primaire et secondaire sont décrites dans Diagnostic différentiel des hyperaldostéronismes.

Diagnostic différentiel des hyperaldostéronismes

Signes cliniques

Hyperaldostéronisme primaire

Hyperaldostéronisme secondaire

Adénome

Hyperplasie

HTA rénovasculaire ou accélérée

Troubles œdémateux

PA

↑↑

↑↑↑↑

N ou

Œdème

Rare

Rare

Rare

Présent

Natrémie

N ou

N ou

N ou

N ou

Kaliéme

N ou

N ou

Activité rénine plasmatique*

↓↓

↓↓

↑↑

Aldostérone

↑↑

*Lorsqu'ils sont corrigés en fonction de l'âge; les patients âgés ont une activité rénine plasmatique diminuée.

↑↑↑↑= très fortement augmentée; ↑↑= très augmentée; = augmentée; ↓↓= fortement diminuée; = diminuée; N = normale.

Traitement

  • Traitement de la cause

  • Parfois, antagonistes de l'aldostérone

Le traitement implique la correction de la cause. Chez ces patients, l’hypertension peut habituellement être contrôlé par un bloqueur sélectif de l'aldostérone comme la spironolactone, débuté à la dose de 50 mg po 1 fois/jour et augmentée en 1 à 3 mois à une dose d’entretien, habituellement autour de 100 mg 1 fois/jour ou un autre diurétique épargneur du K. L'éplérénone, un médicament plus spécifique, 50 mg po 1 fois/jour à 200 mg po bid, peut être utilisée car, contrairement à la spironolactone, elle ne bloque pas le récepteur des androgènes; c'est le médicament de choix en cas de traitement à long terme chez l'homme.

Points clés

  • Le diagnostic est suspecté en cas d'hypertension associée à une hypokaliémie.

  • Les examens initiaux reposent sur le dosage de l'aldostérone plasmatique et de l'activité rénine plasmatique.

  • Contrairement à ce qui se produit dans l'hyperaldostéronisme primaire, l'activité rénine plasmatique est élevée.

  • Le traitement comprend la correction de la cause. L'hypertension peut être contrôlée grâce à des antagonistes de l'aldostérone.

Ressources dans cet article