Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Syndrome de Fanconi

Par James I. McMillan, MD

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le syndrome de Fanconi associe de multiples anomalies de la réabsorption tubulaire rénale proximale, entraînant une glycosurie, une phosphaturie, une aminoacidurie généralisée et une fuite d'HCO3. Les symptômes d'appel chez l'enfant sont une hypotrophie, un retard de croissance staturale et un rachitisme. Les symptômes d'appel chez l'adulte sont une ostéomalacie et une diminution de la force musculaire. Le diagnostic repose sur la mise en évidence de la glycosurie, de l'hyperphosphaturie et de l'aminoacidurie. Le traitement repose sur la compensation des pertes d'HCO3 et, le cas échéant, le traitement d'une insuffisance rénale.

Étiologie

Le syndrome de Fanconi peut être

  • Héréditaire

  • Acquis

Syndrome de Fanconi héréditaire

Ce trouble est habituellement dû à une autre affection génétique, en particulier la cystinose. La cystinose est un trouble métabolique héréditaire (autosomique récessive) dans lequel la cystine s’accumule dans les cellules et tissus (et n’est pas excrété à l’excès dans l’urine se produit comme c’est le cas dans la cystinurie, Cystinurie). Outre le dysfonctionnement tubulaire rénal, les autres complications de la cystinose comprennent les troubles oculaires, l'hépatomégalie, l'hypothyroïdie et d'autres manifestations.

Le syndrome de Fanconi peut également être dû à une maladie de Wilson, à une intolérance héréditaire au fructose, à une galactosémie, à une maladie de surcharge glycogénique (glycogénoses), à un syndrome oculocérébrorénal (syndrome de Lowe), aux cytopathies mitochondriales et à la tyrosinémie. Les modes de transmission héréditaire varient selon le trouble associé.

Syndrome de Fanconi acquis

Ce trouble peut être provoqué par différents médicaments, dont certains médicaments anticancéreux (p. ex., l'ifosfamide, la streptozocine), certains antirétroviraux (p. ex., didanosine, cidofovir) et les tétracyclines périmées. Tous ces médicaments sont néphrotoxiques. Le syndrome de Fanconi acquis peut également survenir à la suite d'une transplantation rénale, dans le cadre d'un myélome multiple, d'une amylose, d'une intoxication par métaux lourds ou d'autres agents chimiques, ou d'une carence en vitamine D.

Physiopathologie

Il existe plusieurs déficits de la fonction de transport tubulaire proximal, comprenant la diminution de la réabsorption du glucose, des phosphates, des acides aminés, du HCO3, de l'acide urique, de l'eau, du K et du Na. L'aminoacidurie est généralisée mais, contrairement à la cystinurie, l'augmentation de l'excrétion de la cystine n'en est qu'une composante mineure. L'anomalie physiopathologique en cause est inconnue mais pourrait impliquer une atteinte mitochondriale. La phosphorémie basse est responsable du rachitisme, qui est aggravé par la diminution de conversion tubulaire proximale de la vitamine D en sa forme active.

Symptomatologie

Dans le syndrome de Fanconi héréditaire, les principaux faits cliniques, acidose tubulaire proximale, rachitisme hypophosphatémique, hypokaliémie, polyurie et polydipsie, apparaissent habituellement au cours de la petite enfance.

Lorsque le syndrome de Fanconi est dû à une cystinose, l'hypotrophie et le retard de croissance staturale sont fréquents. La rétine présente une dépigmentation éparse. Une néphrite interstitielle apparaît, entraînant une insuffisance rénale progressive qui peut être fatale avant l'adolescence.

Dans le syndrome de Fanconi acquis, les adultes présentent initialement des anomalies biologiques qui comportent une acidose tubulaire rénale (proximale de type 2), une hypophosphatémie et une hypokaliémie. Ils peuvent présenter initialement des symptômes liés à l'ostéopathie (ostéomalacie) et à une diminution de la force musculaire.

Diagnostic

  • Test urinaire pour mesurer le glucose, les phosphates et les acides aminés

Le diagnostic repose sur la mise en évidence des anomalies de la fonction rénale, en particulier la glycosurie (en présence d'une glycémie normale), la phosphaturie et l'aminoacidurie. Dans la cystinose, l'examen à la lampe à fente peut montrer des cristaux de cystine dans la cornée.

Traitement

  • Parfois, NaHCO3 ou KHCO3 ou citrate de Na ou citrate de K

  • Parfois, supplémentation en K

Il n'y a pas d'autre traitement spécifique que l'élimination de la substance néphrotoxique en cause. L'acidose peut être atténuée par des comprimés ou des solutions de HCO3 de Na ou de K ou du citrate p. ex., la solution de Shohl (citrate de Na et de l'acide citrique; 1 mL est équivalent à 1 mmol d'HCO3) administrée 1 mEq/kg bid à tid ou 5 à 15 mL après le repas et au coucher. Une baisse du K peut nécessiter un traitement substitutif par des sels de K. Le rachitisme hypophosphatémique peut être traité ( Rachitisme hypophosphatémique). La transplantation rénale est efficace dans le traitement de l'insuffisance rénale. Cependant, lorsque la cystinose constitue l'affection responsable, l'atteinte peut continuer à évoluer dans les autres organes concernés et aboutir finalement à la mort.

Points clés

  • De multiples déficits perturbent la réabsorption du glucose, des phosphates, des acides aminés, du HCO3, de l'acide urique, de l'eau, du K et du Na.

  • Le syndrome de Fanconi est habituellement provoqué par un médicament ou accompagne un autre trouble génétique.

  • Dans le syndrome de Fanconi héréditaire, l'acidose tubulaire proximale, le rachitisme hypophosphatémique, l'hypokaliémie, la polyurie et la polydipsie apparaissent habituellement au cours de la petite enfance.

  • Glycosurie (en particulier en présence d'une glycémie sérique normale), phosphaturie et aminoacidurie.

  • Traiter en administrant des associations, en fonction des besoins, de K ou de Na avec soit du HCO3 soit du citrate, ou parfois par simplement une supplémentation en sel de K.