Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Kystes rénaux acquis

Par Navin Jaipaul, MD, MHS, Associate Professor of Medicine;Chief, Nephrology, Loma Linda University School of Medicine;VA Loma Linda Healthcare System

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les kystes rénaux acquis sont des kystes simples qui doivent être distingués des maladies kystiques plus graves.

Les kystes acquis sont habituellement simples, c'est-à-dire, ils sont ronds et nettement délimités par des parois lisses. Ils peuvent être isolés ou multiples.

Kystes rénaux solitaires

Les kystes isolés sont le plus souvent détectés fortuitement sur des examens d’imagerie; ils doivent être différenciés d'autres troubles rénaux kystiques et des masses rénales telles que le carcinome rénal, qui est typiquement irrégulier ou multiloculaire avec des caractéristiques complexes comme des parois irrégulières, des septa et des limites floues ou de calcification. Leur cause est inconnue. Ils sont généralement cliniquement significatifs mais peuvent, rarement, causer une hématurie ou s'infecter.

Kystes rénaux multiples

Les kystes multiples sont plus fréquents en cas de maladie rénale chronique, en particulier chez les patients dialysés pendant de nombreuses années. La cause est inconnue, mais les kystes peuvent être dus à une hyperplasie compensatrice des néphrons sains restants. Plus de 50 à 80% des patients sous dialyse pendant > 10 ans développent une maladie kystique acquise (avec de multiples kystes acquis). Les critères diagnostiques habituels sont 4 kystes au moins dans chaque rein à l'échographie ou la TDM. Ce trouble peut habituellement être différencié des polykystoses rénales de mode autosomique dominant par l'absence d'antécédents familiaux et/ou par la taille petite ou normale des reins.

Les kystes acquis sont habituellement asymptomatiques, mais parfois, certains patients développent une hématurie, une hémorragie rénale ou périrénale, une infection ou une douleur de l'hypochondre. Le patient présentant une maladie polykystique acquise des reins risque plus de développer un carcinome rénal; on ignore si les kystes peuvent se transformer en tumeur maligne. Pour cette raison, certains dépistent périodiquement les patients qui ont des kystes acquis pour rechercher des cancers du rein par échographie ou TDM. Les kystes qui causent un saignement persistant ou une infection peuvent nécessiter un drainage percutané ou, rarement, une néphrectomie totale ou partielle.