Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Revue générale des syndromes néphritiques

Par Navin Jaipaul, MD, MHS, Associate Professor of Medicine;Chief, Nephrology, Loma Linda University School of Medicine;VA Loma Linda Healthcare System

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le syndrome néphritique est défini par une hématurie, divers degrés de protéinurie, habituellement des globules rouges dysmorphiques et souvent des cylindres de globules rouges à l'examen microscopique du sédiment urinaire. Souvent 1 des éléments suivants sont présents: œdème, HTA, créatininémie élevée et oligurie. Elle a des causes primaires et secondaires. Le diagnostic repose sur l'anamnèse, l'examen clinique et parfois la biopsie rénale. Le traitement et le pronostic varient selon l'étiologie.

Le syndrome néphritique correspond à une inflammation glomérulaire (glomérulonéphrite) et se produit à n'importe quel âge. L'étiologie varie selon l'âge ( Troubles glomérulaires en fonction de l'âge et des manifestations) et les mécanismes diffèrent selon la cause. Le syndrome peut être

  • Aigu (la créatinine sérique augmente sur plusieurs semaines ou moins)

  • Chronique (l'insuffisance rénale peut évoluer au fil des années)

Le syndrome néphritique peut également être

  • Primitives (idiopathiques)

  • Secondaires

Causes de glomérulonéphrite

Type

Exemples

Primitif

Idiopathique

Glomérulonéphrite fibrillaire et immunotactoïde

Glomérulonéphrite idiopathique à croissants

Néphropathie à IgA

Glomérulonéphrite membranoproliférative

Secondaire

Bactérienne*

Infection streptococcique de groupe A β

Infection à Mycoplasma

Infection à Neisseria meningitidis

Infection à Salmonella typhi

Infections staphylococciques (en particulier endocardite bactérienne)

Infection à Streptococcus pneumoniae

Abcès viscéraux (dus à Escherichia coli, Pseudomonas, Proteus, Klebsiella, ou Clostridium sp)

Sepsis

Parasitaire*

Loase

Malaria (due à Plasmodium falciparum ou P. malariae)

Schistosomiase (bilharziose) (due à Schistosoma mansoni)

Viral*

Infection à virus coxsackie

Infections à cytomégalovirus

Infection par le virus Epstein-Barr

Hépatite B

Hépatite C

Zona (herpes zoster)

Rougeole

Oreillons

Varicelle

Autres causes infectieuses et post-infectieuses

Infections mycosiques (dues à Candida albicans ou à Coccidioides immitis)

Infections rickettsiennes

Troubles du tissu conjonctif

Granulomatose éosinophile avec polyangéite

Granulomatose avec polyangéïte

Vascularite associée aux IgA

Polyangéïte microscopique

Polyartérite noueuse

Lupus érythémateux disséminé

Troubles induits par les médicaments

Lupus érythémateux disséminé (rarement dû à l'hydralazine ou au procaïnamide)

Syndrome hémolytique-urémique (quinine, cisplatine, gemcitabine, mitomycine C)

Dyscrasies hématologiques

Cryoglobulinémie mixte IgG et IgM

Maladie sérique

Purpura thrombotique thrombopénique, syndrome hémolytique et urémique

Maladies de la membrane basale glomérulaire

Syndrome de Goodpasture

Maladies héréditaires

Néphrite héréditaire

Maladie des membranes basales minces

*Causes infectieuses et post-infectieuses.

GN = glomérulonéphrite.

Glomérulonéphrite aiguë

La glomérulonéphrite post-infectieuse est le prototype de la glomérulonéphrite aiguë, mais cette affection peut être provoquée par d'autres glomérulonéphrites et par des troubles systémiques tels qu'un trouble du tissu conjonctif et des troubles hématologiques ( Causes de glomérulonéphrite).

La glomérulonéphrite rapidement progressive est une autre glomérulonéphrite aiguë.

Glomérulonéphrite chronique

La glomérulonéphrite chronique présente des caractéristiques similaires à la glomérulonéphrite aiguë, mais se développe lentement et peut entraîner une protéinurie légère à modérée. Les exemples comprennent

Ressources dans cet article