Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Troubles fonctionnels gastro-intestinaux

Par Stephanie M. Moleski, MD, Assistant Professor of Medicine, Division of Gastroenterology & Hepatology, Sidney Kimmel Medical College at Thomas Jefferson University

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Souvent, aucune cause objective n'est identifiée pour expliquer des troubles gastro-intestinaux, malgré un bilan exhaustif. Le diagnostic de troubles fonctionnels est alors retenu chez ces patients, et rend compte de 30 à 50% des consultations de patients adressés chez les gastro-entérologues. La pathologie fonctionnelle peut se manifester par des symptômes digestifs hauts et/ou bas.

Les mécanismes à l'origine des troubles fonctionnels ne sont pas univoques. Certaines données suggèrent que ces patients expriment une hypersensibilité viscérale, une anomalie de la nociception qui entraîne un inconfort pour des phénomènes (p. ex., distension luminale, péristaltisme) que les autres patients ne perçoivent pas comme étant pénibles. Chez certains patients, des troubles psychologiques, tels qu'une anxiété (avec ou sans aérophagie), un trouble de conversion, un symptôme de somatisation ou un trouble d'anxiété de maladie (autrefois appelé hypocondrie) sont associés aux troubles digestifs. Les théories psychologiques avancent que les syndromes fonctionnels peuvent répondre à certains besoins psychologiques. Par exemple, , certains patients qui présentent une maladie chronique obtiennent des bénéfices secondaires en étant malades. Chez de tels patients, un traitement symptomatique efficace peut favoriser le développement d'autres plaintes.

De nombreux médecins généralistes et de gastro-entérologues ont des difficultés à comprendre et à traiter ces plaintes fonctionnelles digestives, ce qui peut engendrer chez eux un sentiment de frustration et les amener à porter des jugements de valeur. Les médecins doivent éviter de multiplier les examens complémentaires ou les tentatives thérapeutiques chez les patients qui reviennent consulter régulièrement pour des plaintes qui ne trouvent aucune explication. Lorsque les symptômes n'évoquent pas une maladie grave, le médecin cherchera à temporiser plutôt qu'à s'engager sur d'autres pistes diagnostiques ou d'autres stratégies thérapeutiques. Ultérieurement, de nouvelles informations lui permettront peut-être d'indiquer un bilan et un traitement mieux orientés. Les troubles fonctionnels sont parfois présents en cas de maladie organique (p. ex., ulcère gastroduodénal, œsophagite); ces symptômes peuvent ne pas disparaître même si une maladie organique est traitée. Chez certains patients, l'examen (p. ex., TDM) peut identifier les anomalies accessoires qui sont sans rapport avec les symptômes.