Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Boule dans la gorge

(Globus Sensation)

Par Norton J. Greenberger, MD, Harvard Medical School;Brigham and Women's Hospital

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le syndrome qualifié de boule dans la gorge (globus hystericus) est la sensation d'avoir une boule ou une masse dans la gorge, non corrélée à la prise d'aliment et alors qu'aucune masse n'est présente. (Si une masse est présente, Masse cervicale.)

Étiologie

Aucune étiologie spécifique ou mécanisme physiologique de ce syndrome n'a été établi. Quelques travaux mettent en cause la survenue d'une hyperpression cricopharyngée (sphincter supérieur de l'œsophage) ou une motricité anormale de l'hypopharynx dans l'expression des symptômes. Cette sensation peut être aussi la conséquence d'un reflux gastro-œsophagien-maladie ou rapportée à des mouvements de déglutition fréquents et à une sécheresse de la gorge associés à une anxiété ou un autre trouble émotionnel. Même si elle n'est pas rattachée à des facteurs de stress ou à un trouble psychiatrique spécifique, la sensation de boule peut être la traduction d'un trait d'humeur (p. ex., chagrin, fierté); certains patients peuvent avoir une prédisposition à cette réponse.

Le globus hystericus ne doit pas être confondu avec certaines pathologies telles que les diaphragmes cricopharyngés (œsophagiens supérieurs), un syndrome des spasmes diffus de l'œsophage, un reflux gastro-œsophagien-maladie, une myopathie (p. ex., myasthénie, myotonie dystrophique, polymyosite), ou une tumeur du cou ou du médiastin entraînant une compression œsophagienne.

Bilan

Le principal objectif est de différencier un globus hystericus d'une authentique dysphagie ( Dysphagie), qui suggère un trouble organique ou moteur du pharynx ou de l'œsophage.

Anamnèse

L'anamnèse de la maladie actuelle doit veiller à obtenir une description précise du symptôme, en particulier rechercher une douleur et une difficulté à la déglutition (y compris la sensation d'une stagnation alimentaire). Le déclenchement des symptômes dans le temps est important, en particulier leur survenue ou leur indépendance vis-à-vis de l’alimentation ou de l’ingestion de boisson; leur association avec des faits émotionnels qui doivent être spécifiquement précisés.

La revue des systèmes recherche une perte de poids (en faveur d'un trouble de la déglutition) et des signes de faiblesse musculaire.

La recherche des antécédents médicaux doit identifier des maladies neurologiques connues, notamment celles provoquant une faiblesse musculaire.

Examen clinique

Le cou et plancher de la bouche sont palpés à la recherche d'une masse. L'oropharynx est inspecté (y compris par une laryngoscopie directe). La déglutition (eau et aliment solide tel des galettes) doit être analysée. L'examen neurologique avec une attention particulière portée à la fonction motrice est important.

Signes d'alarme

Les signes suivants doivent alerter:

  • Douleur de la tête ou de la gorge

  • Perte de poids

  • Début brutal après l'âge de 50 ans

  • Douleur, sensation d'étouffement ou difficultés à la déglutition

  • Régurgitation de nourriture

  • Faiblesse musculaire

  • Masse palpable ou visible

  • Aggravation progressive des symptômes

Interprétation des signes

Des symptômes non liés à l'ingestion, sans douleur ou difficultés lors la déglutition, ou la sensation de blocage alimentaire dans la gorge chez un patient qui présente un examen normal, sont très en faveur d'un globus hystericus. La présence de tout signe d'alarme ou de symptôme anormal à l'examen clinique suggère un trouble organique ou moteur de la déglutition. Des symptômes chroniques qui surviennent lors d'un deuil non abouti ou pathologique et qui sont soulagés par des pleurs sont en faveur du diagnostic de globus.

Examens complémentaires

Les patients présentant les caractères typiques d'un globus ne demandent pas d'examens. Si le diagnostic est incertain ou si le médecin ne peut convenablement visualiser le pharynx, des examens dédiés à l'exploration d'une dysphagie sont effectués. Les examens habituellement proposés sont une imagerie œsophagienne standard ou par vidéographie, une analyse du temps de déglutition, une rx thorax et une manométrie œsophagienne.

Traitement

Le soutien psychologique du malade fait partie du traitement. Aucun médicament n'a prouvé son efficacité. Une dépression sous-jacente, une anxiété ou tout autre trouble du comportement nécessitent des soins de soutien, avec l'intervention d'un psychiatre si nécessaire. Parfois, il peut être bénéfique d'informer le patient de la relation identifiée entre la survenue des troubles et les fluctuations de l'humeur.

Points clés

  • Le syndrome de boule dans la gorge n'est pas corrélé à la déglutition.

  • Il n'est pas nécessaire d'effectuer des examens sauf si les symptômes sont déclenchés par l'ingestion, si l'examen clinique est anormal ou en présence de signes d'alarme.