Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Rumination

Par Norton J. Greenberger, MD, Clinical Professor of Medicine;Senior Physician, Harvard Medical School;Brigham and Women's Hospital

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le mérycisme est un phénomène caractérisé par la régurgitation (habituellement involontaire) de petites quantités d'aliments provenant de l'estomac (le plus souvent 15 à 30 min après le repas), que le patient remâche et, dans la plupart des cas, ravale à nouveau. Les patients ne présentent pas de nausées ni de douleur abdominale.

Le mérycisme est fréquent chez les nourrissons. L'incidence chez l'adulte est inconnue, car ce trouble est rarement rapporté par le patient lui-même.

Étiologie

Les patients qui présentent une achalasie ou un diverticule de Zenker peuvent régurgiter des aliments non digérés en l'absence de nausées. Chez la majorité des patients qui ne souffrent pas de ces pathologies obstructives œsophagiennes, la physiopathologie est mal comprise. Le rétropéristaltisme observé chez les ruminants n'est pas décrit chez l'homme. Le trouble est probablement une mauvaise habitude acquise et peut être une composante des troubles du comportement alimentaire. Le patient apprend à relâcher le sphincter inférieur de l'œsophage et à propulser le contenu gastrique jusqu'à la gorge, en augmentant la pression gastrique par des contractions et relaxations rythmiques du diaphragme.

Symptomatologie

Nausées, douleur, et dysphagie sont ici absentes. Lors des phases de stress, le patient peut être moins attentif à masquer le mérycisme. Confronté au trouble pour la première fois, l'entourage peut éventuellement confier le patient au médecin. Le patient régurgite et expulse rarement suffisamment de nourriture pour arriver à perdre du poids.

Diagnostic

  • Bilan clinique

  • Parfois, endoscopie et/ou étude de la motricité œsophagienne

La rumination est généralement diagnostiquée par l'observation. Des antécédents psychosociaux peuvent dissimuler un stress émotionnel sous-jacent. Une endoscopie digestive haute (ou un transit baryté œsogastroduodénal) est nécessaire pour exclure une obstruction mécanique ou un diverticule de Zenker. La manométrie œsophagienne et des explorations de la vidange gastrique et de la motricité antroduodénale peuvent être utilisées pour identifier des troubles moteurs.

Traitement

  • Techniques comportementales

Le traitement de la rumination est un traitement de support. Les traitements médicamenteux n'apportent généralement aucun bénéfice. Un bénéfice peut être observé chez les patients motivés traités par thérapie comportementale (p. ex., relaxation, biofeedback, rééducation diaphragmatique privilégiant [l'utilisation du diaphragme pour respirer plutôt que les muscles thoraciques]). Une consultation en psychiatrie peut être utile.