Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Rectite

Par Parswa Ansari, MD, Department of Surgery, Lenox Hill Hospital, New York

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

La rectite est l'inflammation de la muqueuse rectale qui peut résulter d'une infection, d'une maladie intestinale inflammatoire ou d'une radiothérapie. Les symptômes sont l'inconfort rectal et l'hémorragie. Le diagnostic repose habituellement sur la sigmoïdoscopie, avec cultures et biopsie. Le traitement dépend de l'étiologie.

La proctite peut être une manifestation de

La proctite peut être associée à une prise antérieure d'antibiotiques.

Les agents pathogènes transmis sexuellement provoquent une rectite plus fréquemment chez les hommes qui ont des rapports homosexuels. Le patient immunodéprimé est à risque élevé d'infections à virus herpes simplex et à cytomégalovirus.

Symptomatologie

Généralement, le patient signale un ténesme, une rectorragie ou l'émission de mucus. Les rectites à Neisseiria, à virus herpes simplex ou à cytomégalovirus peuvent causer d'intenses douleurs anorectales.

Diagnostic

  • Rectoscopie ou sigmoïdoscopie

  • Tests pour les maladies sexuellement transmises et Clostridium difficile

Le diagnostic est établi par la rectoscopie ou la sigmoïdoscopie qui peut montrer une inflammation de la muqueuse rectale. Des petites ulcérations et des vésicules évoquent une infection herpétique. Les écouvillonnages rectaux doivent être testés à la recherche de Neisseria gonorrhoeae et de Chlamydia sp (par culture ou par réaction de ligase en chaîne), d'agents pathogènes entériques (par culture), et d'agents pathogènes viraux (par culture ou dosage immunologique). Les tests sérologiques de la syphilis et la recherche dans les selles de C. difficile et de sa toxine sont également nécessaires. Parfois, une biopsie de la muqueuse est nécessaire. La coloscopie peut être intéressante chez certains patients pour éliminer une maladie intestinale inflammatoire.

Traitement

  • Le traitement dépend de la cause

La rectite infectieuse doit être traitée par des antibiotiques. Les hommes qui ont des rapports homosexuels et qui présentent une rectite non spécifique peuvent être traités empiriquement par la ceftriaxone 125 mg IM en une fois (ou ciprofloxacine 500 mg po bid pendant 7 j) associée à la doxycycline, 100 mg po bid pendant 7 j. La rectite due aux antibiotiques est traitée par le métronidazole (250 mg po, qid) ou la vancomycine (125 mg po, qid) pendant 7 à 10 j.

La rectite radique est habituellement traitée efficacement par de la formaline topique appliquée sur la muqueuse affectée. Les traitements alternatifs comprennent les corticostéroïdes topiques sous forme de mousse (hydrocortisone 90 mg) ou de lavements (hydrocortisone 100 mg ou méthylprednisolone 40 mg) bid pendant 3 semaines, ou la mésalamine (4 g) lavement au coucher pendant 3 à 6 semaines. Les suppositoires à la mésalazine 500 mg 1 fois/j ou bid, la mésalazine 800 mg po tid ou sulfasalazine 500 à 1000 mg po qid pendant 3 semaines, seuls ou associée à un traitement local, peuvent également être efficaces. Le patient ne répondant pas à ces types de thérapies peut bénéficier d'un cycle de corticostéroïdes par voie générale. Diverses méthodes de coagulation ont été essayées, dont le plasma à argon, les lasers, l'électrocoagulation et les pinces chaudes.