Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Tumeurs de l'intestin grêle

Par Elliot M. Livstone, MD, Emeritus Staff, Sarasota Memorial Hospital, Sarasota, FL

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les tumeurs de l’intestin grêle représentent 1 à 5% des tumeurs gastro-intestinales (environ 9000 cas par an aux États-Unis).

Les tumeurs bénignes comprennent les léïomyomes, les lipomes, les neurofibromes et les fibromes. Toutes peuvent entraîner une distension abdominale, des douleurs, une hémorragie, une diarrhée ou, si l'obstruction se développe, des vomissements sur un syndrome occlusif. Les polypes ne sont pas aussi fréquents que dans le côlon.

L'adénocarcinome, une tumeur maligne, est rare. Il apparaît généralement au niveau du duodénum ou du jéjunum proximal et donne peu de symptômes. Dans la maladie de Crohn, ces tumeurs apparaissent plutôt au niveau de la partie distale du grêle et au niveau des anses court-circuitées (en cas de chirurgie) ou inflammatoires; l’adénocarcinome est plus fréquent dans la maladie de Crohn de l'intestin grêle que dans la maladie de Crohn du côlon.

Le lymphome malin primitif ( Revue générale des lymphomes) de l’iléon peut entraîner une " rigidité " segmentaire plus ou moins étendue. Les lymphomes du grêle surviennent souvent dans un contexte de maladie cœliaque avec une longue évolution non traitée.

Les tumeurs carcinoïdes ( Revue générale des tumeurs carcinoïdes) surviennent le plus souvent dans l'intestin grêle, en particulier l'iléon et l'appendice et sont souvent malignes dans ces localisations. Ces tumeurs sont multiples dans 50% des cas. Parmi celles de > 2 cm de diamètre, 80% ont déjà donné des métastases locales ou hépatiques au moment de l’intervention chirurgicale. Environ 30% des tumeurs carcinoïdes de l’intestin grêle entraînent occlusions, douleurs, hémorragies ou un syndrome carcinoïde. Le traitement est la résection chirurgicale; plusieurs opérations sont parfois nécessaires.

Le sarcome de Kaposi ( Sarcome de Kaposi), décrit initialement comme une atteinte caractéristique des hommes âgés juifs ou italiens, apparaît sous une forme agressive chez les Africains, les greffés et les malades du SIDA, qui présentent une atteinte gastro-intestinale dans 40 à 60% des cas. Les lésions peuvent survenir dans n'importe quelle partie du tube digestif, mais habituellement plus dans l'estomac, l'intestin grêle ou le côlon distal. Ces lésions gastro-intestinales sont généralement asymptomatiques mais peuvent entraîner une hémorragie, une diarrhée, une entéropathie avec perte de protéines (entéropathie exsudative) ou une invagination. Un 2e cancer intestinal primitif survient chez 20% des patients; le plus souvent, il s'agit d'une leucémie lymphoïde, d'un lymphome non hodgkinien, d'un lymphome d'Hodgkin, ou d'un adénocarcinome du tractus gastro-intestinal. Le traitement varie selon le type histologique, la topographie et l'étendue des lésions.

Diagnostic

  • Entéroclyse

  • Parfois, l'endoscopie haute poussée ou la vidéo-endoscopie par capsule

Une entéroclyse (parfois une TDM entéroclyse, Rx et autres techniques d'imagerie) est probablement l'examen le plus utilisé pour les lésions expansives de l'intestin grêle. L'endoscopie de l'intestin grêle à l'aide d'un entéroscope peut être utilisée pour visualiser et biopsier les tumeurs. La vidéo-endoscopie par capsule ( Endoscopie : Vidéo-endoscopie par capsule) peut localiser les tumeurs de l’intestin grêle, en particulier le lieu d’une éventuelle hémorragie; la capsule déglutie transmet 2 images/s à un enregistreur externe. Cette capsule n’est pas utile dans l’estomac ou le côlon, car du fait de la largeur de ces organes, elle tourne sur elle-même; une vidéo-capsule colique avec une meilleure optique et luminosité est en cours d'étude pour ces organes de plus grand diamètre.

Traitement

  • Résection chirurgicale

Le traitement est la résection chirurgicale. L'électrocoagulation thermique ou la phototraitement par laser pratiquées durant l'entéroscopie ou une intervention chirurgicale peuvent être des alternatives à la résection chirurgicale.