Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Cholangiopathie du SIDA

Par Ali A. Siddiqui, MD, Thomas Jefferson University Hospital

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

La cholangiopathie du SIDA est une obstruction biliaire secondaire à des sténoses des voies biliaires provoquées par les diverses infections opportunistes.

Avant l'introduction de la thérapie antirétrovirale, une cholangiopathie survenait chez 25% des patients qui présentaient un SIDA, en particulier chez ceux ayant une numération des CD4 basse (< 100/μL). L'agent pathogène humain le plus fréquemment en cause est le Cryptosporidium parvum. D'autres comprennent les cytomégalovirus, les microsporidies et le Cyclospora sp. Une sténose papillaire ou une cholangite sclérosante intra- ou extra-hépatique se développe chez la plupart des patients. Plus de la moitié ont les deux.

Les symptômes habituels comprennent des douleurs épigastriques et de l'hypochondre droit et de la diarrhée. Quelques patients ont de la fièvre et un ictère. Des douleurs sévères sont habituellement en faveur de la sténose papillaire. Des douleurs modérées sont en faveur d'une cholangite sclérosante. La diarrhée est un reflet d'une infection de l'intestin grêle, souvent par une cryptosporidiose.

Diagnostic

  • Habituellement, l'échographie et la CPRE (cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique)

L'imagerie débute habituellement par une échographie qui est non invasive et diagnostique avec une précision diagnostique élevée (> 95%). Cependant, la CPRE est généralement nécessaire. La CPRE (cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique) est diagnostique, elle permet la biopsie de l'intestin grêle pour identifier le micro-organisme causal et de traiter les sténoses. La cholangiopancréatographie par résonance magnétique et par TDM est un examen diagnostique de support.

Les anomalies du bilan hépatique (notamment un taux de phosphatases alcalines élevé) sont compatibles avec une cholestase.

Traitement

  • Les procédures endoscopiques

La sphinctérotomie endoscopique (souvent effectuée pendant la CPRE, cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique) est efficace sur les douleurs, l'ictère et l'angiocholite, en cas de sténose papillaire. Les sténoses isolées ou dominantes peuvent être traitées par un stent par voie endoscopique. Le traitement antimicrobien est administré pour traiter l'infection, mais seul il ne réduit pas les lésions des voies biliaires et ne soulage pas les symptômes.

En raison de son utilisation dans la cholangite sclérosante primitive, l'acide ursodésoxycholique peut avoir un rôle dans le traitement de la sclérose canalaire intrahépatique et la cholestase.