Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Le patient asymptomatique avec examens de laboratoire anormaux

Par Steven K. Herrine, MD, Professor of Medicine, Division of Gastroenterology and Hepatology, and Vice Dean for Academic Affairs, Sidney Kimmel Medical College at Thomas Jefferson University

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les transaminases et les phosphatases alcalines sont souvent incluses dans l'ensemble des examens de laboratoire effectués, des anomalies sont souvent détectées chez les patients asymptomatiques ou qui ont des signes d'hépatopathie. Chez ces patients, le médecin doit rechercher des antécédents d'exposition à de possibles toxines hépatiques, dont l'alcool, les médicaments sur ordonnance et sans ordonnance, des tisanes et autres remèdes, et des expositions chimiques professionnelles ou autres.

Aminotransférases

Des élévations isolées d'ALAT ou d'ASAT (< 2 fois la normale) peuvent n'exiger que de répéter le test; elles disparaissent dans environ 1/3 des cas. En présence d'anomalies d'autres examens de laboratoire, si elles sont sévères ou persistent aux tests suivants, une évaluation plus approfondie est indiquée comme suit:

  • Une stéatose hépatique doit être évoquée; elle peut souvent être identifiée cliniquement.

  • Les patients doivent être dépistés pour l'hépatite B et C.

  • Les patients de > 40 ans doivent être examinés à la recherche d'une hémochromatose.

  • Les patients de < 30 ans doivent subir un dépistage de la maladie de Wilson.

  • La plupart des patients, en particulier les femmes jeunes ou d'âge moyen, doivent faire l'objet d'un dépistage de troubles auto-immuns.

  • Les patients à risque doivent être testés pour le paludisme et la schistosomiase (bilharziose).

Si, à ce stade, les résultats sont négatifs, le dépistage du déficit en α1-antitrypsine est indiqué. Si l'évaluation dans son ensemble ne révèle aucune cause, la biopsie hépatique peut être justifiée.

Phosphatase alcaline

Une élévation isolée des phosphatases alcalines chez un patient asymptomatique nécessite une confirmation de l'origine hépatique en démontrant l'élévation de la 5'-nucléotidase ou γ-glutamyl transpeptidase. Si origine hépatique est confirmée, l'imagerie du foie, habituellement par cholangiopancréatographie par résonance magnétique ou l'échographie, est indiquée. Si aucune anomalie structurelle n'est observée sur l'imagerie, une cholestase intrahépatique est possible et peut être suggérée par un antécédent d'exposition à des médicaments ou à des toxines. Les maladies infiltrantes et les métastases hépatiques (p. ex., due à un cancer du côlon) doivent également être évoquées. Chez la femme, les Ac anti-mitochondries doivent être dosés pour éliminer une cirrhose biliaire primitive. Des augmentations inexpliquées persistantes ou une suspicion de cholestase intrahépatique justifient une biopsie hépatique.