Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Maladies par dépôt de cristaux basiques de phosphate et d'oxalate de Ca

Par Lawrence M. Ryan, MD, Professor of Medicine, Medical College of Wisconsin

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Les troubles liés aux cristaux de phosphate basique de Ca (apatite) et d'oxalate de Ca tendent à provoquer des manifestations cliniques similaires à celles d'autres arthropathies microcristallines.

Maladie par dépôt de cristaux basiques de phosphate de Ca (rhumatisme à apatite)

La plupart des calcifications pathologiques où qu'elles soient dans le corps contiennent un mélange de carbonate substitué d'hydroxyapatite et de phosphate octocalcique. Puisque ces cristaux ultra-microscopiques sont formés de phosphates de Ca non acides, le terme phosphate basique de Ca (PBC) est plus exact que celui d'apatite. Ces cristaux ultra-microscopiques forment des amas en boule de neige dans certaines situations rhumatismales (p. ex., les tendinites et périarthrites calcifiantes, certains cas de sclérodermie systémique [sclérodermie] et de dermatomyosite). Ils sont aussi présents dans le liquide et les cartilages articulaires de patients porteurs d'arthropathies dégénératives suffisamment avancées pour entraîner un pincement de l'interligne articulaire à la rx.

Les cristaux de phosphate basique de Ca peuvent détruire les articulations et provoquer une forte inflammation intra- ou périarticulaire.

L'épaule de Milwaukee en est un exemple, arthropathie très destructrice touchant surtout la femme âgée et affectant habituellement les épaules et (souvent) les genoux.

Une podagre aiguë provoquée par des cristaux de phosphate basique de Ca périarticulaires peut mimer une crise de goutte; elle se présente comme un syndrome distinct chez des jeunes femmes (moins souvent chez des jeunes hommes) et est traitée de la même façon qu’une goutte aiguë.

Outre l'analyse du liquide synovial, il faut réaliser des rx des articulations symptomatiques. À la radiographie, les cristaux de phosphate basique de Ca apparaissent comme des opacités nuageuses périarticulaires; les cristaux disparaissent souvent spontanément en quelques mois ou rarement en quelques jours. Une méthode simple de détection des cristaux de phosphate basique de Ca dans le liquide synovial n'est pas encore disponible. Les cristaux en amas ne peuvent être identifiés que par microscopie électronique à transmission. Les amas ne sont pas biréfringents en lumière polarisée.

Le traitement par colchicine po, un AINS, ou, si une grosse articulation est impliquée, une injection intra-articulaire de corticostéroïde retard est utile. Le traitement est en fait le même que celui décrit plus haut pour la goutte aiguë.

Maladies par dépôt de cristaux basiques d'oxalate de Ca

Le dépôt de cristaux d'oxalate de Ca est rare. Ces dépôts surviennent le plus souvent chez les patients urémiques sous hémodialyse ou dialyse péritonéale, en particulier ceux prenant de l'acide ascorbique (vitamine C), qui est métabolisé en oxalate.

Des cristaux peuvent se déposer dans les parois vasculaires et dans la peau, ainsi que dans les articulations. Les cristaux ont l'aspect de structures biréfringentes et bipyramidales. Le liquide synovial peut contenir > 2000 GB/μL. À la rx, les cristaux d'oxalate de Ca sont indiscernables des calcifications périarticulaires de phosphate basique de Ca ou des dépôts de cristaux de pyrophosphate de Ca dihydraté dans le cartilage.

Le traitement est le même que dans le cas des cristaux de pyrophosphate de Ca dihydraté.