Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Morsures infectées de la main

Par David R. Steinberg, MD, Associate Professor, Department of Orthopaedic Surgery, and Director, Hand and Upper Extremity Fellowship, Perelman School of Medicine at the University of Pennsylvania

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Une plaie perforante punctiforme, en particulier par morsure humaine ou féline, peut causer une lésion importante des tendons, de la capsule ou des cartilages articulaires. La cause la plus fréquente de morsure d'origine humaine est la blessure d'une articulation métacarpophalangienne par une dent lors d'un coup de poing sur la bouche (lésion à poing fermé). La flore buccale des humains comprend Eikenella corrodens, des staphylocoques, des streptocoques et des anaérobies. Les patients qui présentent des blessures du poing serré ont tendance à attendre des heures ou des jours après la formation de la plaie avant de consulter, ce qui augmente la gravité de l'infection. Les morsures animales contiennent habituellement de multiples microrganismes pathogènes, dont Pasteurella multocida (en particulier dans les morsures de chat), des staphylocoques, des streptocoques et des anaérobies. Les complications graves comprennent les arthrites septiques et les ostéomyélites.

Diagnostic

  • Bilan clinique

  • Rx

Un érythème et une douleur localisés au niveau de la morsure font évoquer une infection. La douleur le long d'un tendon évoque une extension à la gaine tendineuse. L'aggravation significative de la douleur avec le mouvement évoque l'infection d'une articulation ou d'une gaine tendineuse.

Le diagnostic est clinique, mais en cas d'effraction cutanée, des rx doivent être prises pour détecter une fracture ou des dents ou d'autres corps étrangers qui pourraient être un repaire infectieux.

Traitement

  • Débridement

  • Antibiotiques

Le traitement comprend un débridement chirurgical, en laissant la plaie ouverte, et des antibiotiques. Dans le traitement ambulatoire, l'antibiothérapie empirique comprend habituellement une monothérapie par amoxicilline/acide clavulanique 500 mg po tid ou une association de pénicilline 500 mg po qid (contre E. corrodens,P. multocida, les streptocoques et les anaérobies) et une céphalosporine (p. ex., céfalexine 500 mg po qid) ou une pénicilline semi-synthétique (p. ex., dicloxacilline 500 mg po qid) pour les staphylocoques. Dans les zones où le SARM est très répandu, triméthoprime/sulfaméthoxazole, clindamycine, doxycycline ou linézolide doivent être utilisés au lieu d'une céphalosporine. Si le patient est allergique à la pénicilline, la clindamycine 300 mg po q 6 h peut être utilisée. La main doit être mise en attelle dans une position fonctionnelle et surélevée (voir Attelle en position fonctionnelle (20°d'extension du poignet, 60° de flexion des articulations métacarpophalangiennes, légère flexion des articulations interphalangiennes).).

Attelle en position fonctionnelle (20°d'extension du poignet, 60° de flexion des articulations métacarpophalangiennes, légère flexion des articulations interphalangiennes).

Les morsures non infectées peuvent nécessiter un débridement et une prophylaxie chirurgicales avec 50% de la dose d'antibiotiques utilisés pour traiter les plaies infectées.

Ressources dans cet article