Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Rhumatisme psoriasique

Par Roy D. Altman, MD, Professor of Medicine, Division of Rheumatology and Immunology, David Geffen School of Medicine at UCLA

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Le rhumatisme psoriasique est une spondyloarthropathie et une arthrite chronique inflammatoire qui se manifeste en cas de psoriasis de la peau ou des ongles. L'arthrite est souvent asymétrique et certaines formes concernent les articulations interphalangiennes distales. Le diagnostic est clinique. Le traitement est habituellement similaire à celui de la polyarthrite rhumatoïde mais peut également impliquer une photothérapie.

Le rhumatisme psoriasique apparaît chez environ 30% des patients qui présentent un psoriasis. La fréquence est augmentée dans le SIDA. Le risque d'atteinte est augmenté chez les patients porteurs du HLA-B27 ou d'autres allèles spécifiques et chez les membres d'une même famille. L'étiologie et la physiopathologie sont inconnues.

Symptomatologie

Le psoriasis de la peau ou des ongles peut précéder ou faire suite à l'atteinte articulaire. La sévérité de la maladie articulaire et cutanée sont souvent discordantes. En outre, des lésions cutanées peuvent être cachées dans le cuir chevelu, les plis interfessiers ou le nombril et ne sont pas identifiées par le patient.

Les articulations interphalangiennes distales des doigts et des orteils sont particulièrement touchées. L'atteinte asymétrique des grosses et des petites articulations, dont les sacro-iliaques et les articulations rachidiennes, est fréquente. Les atteintes cutanées et articulaires peuvent diminuer ou s'aggraver simultanément. L'inflammation des doigts et/ou des orteils peut conduire à des déformations en forme de saucisse, qui sont absentes en cas de polyarthrite rhumatoïde. Il n'y a pas de nodules sous-cutanés. Les rémissions ont tendance à être plus fréquentes, plus rapides et plus complètes dans le rhumatisme psoriasique qu'en cas de polyarthrite rhumatoïde, mais une évolution vers une polyarthrite chronique et des déformations invalidantes peuvent survenir. On peut observer une arthrite mutilante (destruction de multiples articulations de la main avec télescopage des doigts).

Une douleur lombaire peut être présente. Elle est souvent accompagnée de syndesmophytes asymétriques du rachis.

Diagnostic

  • Bilan clinique

  • Facteur rhumatoïde

L'arthrite psoriasique doit être suspectée en cas de psoriasis et d'arthrite. Le psoriasis pouvant être méconnu ou caché ou ne se développer qu’après la polyarthrite, le rhumatisme psoriasique doit être envisagé chez tout patient qui présente une arthrite inflammatoire séronégative; ces patients doivent être examinés à la recherche d'un psoriasis des ongles et doivent être interrogés au sujet des antécédents familiaux de psoriasis. En cas de suspicion de rhumatisme psoriasique, le facteur rhumatoïde doit être recherché. Parfois, les résultats des tests du facteur rhumatoïde peuvent être positifs, de même que les résultats des anticorps antipeptides anticycliques citrullinés (ACCP).

L'arthrite psoriasique est diagnostiquée cliniquement et en excluant d'autres affections causes de manifestations similaires. Les signes rx fréquents dans l’arthrite psoriasique associent une atteinte interphalangienne distale, une résorption osseuse au niveau des phalanges terminales, une arthrite mutilante, une destruction extensive, une réaction osseuse proliférante, des doigts en forme de saucisse et une luxation des petites et des grosses articulations.

Traitement

  • L'arthrite est traitée comme la polyarthrite rhumatoïde

  • Photothérapie

Le traitement vise à contrôler les lésions cutanées (voir Traitement) et à réduire l'inflammation articulaire. Le traitement médicamenteux est proche de celui de la polyarthrite rhumatoïde et comprend en particulier le méthotrexate. L'efficacité de l'hydroxychloroquine est variable et peut déclencher une dermatite exfoliative ou aggraver un psoriasis sous-jacent. Les AINS, la cyclosporine et les inhibiteurs du TNF-α peuvent être bénéfiques (voir Autres agents); les antagonistes du TNF-α se sont révélés particulièrement efficaces.

La photothérapie utilisant du psoralène à ondes longues plus des ultraviolets A (PUVA) associés à du méthoxsalène 600 mcg/kg po 2 h avant la PUVA 2 fois/semaine semble très efficace pour les lésions psoriasiques et assez efficace contre l'arthrite périphérique, mais inefficace contre l'atteinte de la colonne vertébrale.

L'ustekinumab est un antagoniste de l'IL-12 et IL-23. La dose est de 45 mg IM à 0 et 4 semaines (doses de charge), puis 45 mg toutes les 12 semaines. La dose est de 90 mg IM si le patient pèse > 100 kg. Les effets indésirables sont similaires à ceux observés avec les autres agents biologiques.

L'aprémilast est un inhibiteur de la phosphodiestérase-4. La dose initiale est de 10 mg po 1 fois/jour, titré à la dose d'entretien de 30 mg bid comme toléré. Les effets indésirables comprennent de la diarrhée, des nausées, des céphalées, une dépression et une perte de poids.

Points clés

  • Le rhumatisme psoriasique est une arthrite chronique inflammatoire qui se manifeste en cas de psoriasis; cependant, le psoriasis peut être bénin ou méconnu ou non encore totalement développé.

  • L'arthrite est souvent asymétrique, implique les grosses et petites articulations (y compris les articulations axiales), et affecte généralement les doigts et les articulations interphalangiennes dorsales des orteils plus que d'autres.

  • Diagnostiquer en fonction des signes cliniques.

  • Traiter par des médicaments de manière similaire à la polyarthrite rhumatoïde et parfois par une photothérapie.

Ressources dans cet article