Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Céphalées de tension

Par Stephen D. Silberstein, MD, Thomas Jefferson University Hospital;Thomas Jefferson University

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

Les céphalées de tension provoquent une douleur diffuse, modérée, sans l'incapacité, les nausées ou la photophobie associée à la migraine.

Les céphalées de tension peuvent être épisodiques ou chroniques. La céphalée de tension épisodique dure < 15 j/mois. Les céphalées de tension épisodiques sont très fréquentes; la plupart des patients sont soulagés par les antalgiques en vente libre et ne consultent pas. Les céphalées de tension présentes 15 j/mois sont considérées comme chroniques.

Symptomatologie

La douleur est habituellement d'intensité légère à modérée et souvent décrite comme un étau. Ces céphalées naissent dans les régions occipitale ou frontale, sont bilatérales et s'étendent à l'ensemble du crâne. Contrairement aux céphalées de la migraine, les céphalées de tension ne sont pas accompagnées de nausées ou de vomissements et ne sont pas aggravées par l'activité physique, la lumière, les bruits ou les odeurs. Parmi les facteurs déclenchants des céphalées de tension chroniques, on note les troubles du sommeil, le stress, les dysfonctions de l'articulation temporomandibulaire, les douleurs cervicales et la fatigue visuelle.

Les céphalées épisodiques peuvent durer de 30 min à plusieurs jours. Elles débutent généralement quelques heures après le réveil et s'aggravent au cours de la journée. Elles réveillent rarement les patients.

Les céphalées chroniques peuvent varier en intensité tout au long de la journée mais sont presque toujours permanentes.

Diagnostic

  • Bilan clinique

Le diagnostic repose sur une symptomatologie caractéristique et sur la normalité de l'examen clinique, y compris l'examen neurologique. Il faut rechercher et traiter les éventuels facteurs déclenchants de céphalées de tension chroniques.

La céphalée tensionelle doit être distinguée d'une forme fruste de migraine, que de nombreux migraineux présentent; ces céphalées ne possèdent que quelques-unes des caractéristiques de la migraine et ressemblent à une céphalée tensionelle, mais elles sont peu intenses et répondent aux médicaments spécifiques de la migraine.

Si on estime que les céphalées sont des céphalées de type tensionnel, le diagnostic doit être reconsidéré, car les céphalées tensionelles graves sont rares.

Pièges à éviter

  • Reconsidérer le diagnostic de céphalées de tension en cas de céphalées sévères.

Traitement

  • Antalgiques

  • Parfois, thérapie cognitivocomportementale

Certains médicaments utilisés en traitement de fond de la migraine, en particulier l'amitriptyline, peuvent prévenir la céphalée de tension chronique.

La plupart des céphalées de tension légères à modérées sont soulagées par les antalgiques usuels (p. ex., aspirine, paracétamol). Masser la zone douloureuse permet d'apporter une amélioration.

Les thérapies cognitivocomportementales (p. ex., relaxation et techniques de gestion du stress) sont souvent utilisées et sont efficaces, particulièrement en association à un traitement médicamenteux.

Ressources dans cet article