Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Short-lasting unilateral neuralgiform headache with conjunctival injection and tearing, céphalées névralgiformes de courte durée et unilatérales, accompagnées d'injection conjonctivale et de larmoiement (SUNCT)

Par Stephen D. Silberstein, MD, Thomas Jefferson University Hospital;Thomas Jefferson University

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La SUNCT (short-lasting unilateral neuralgiform headache with conjunctival injection and tearing, céphalées névralgiformes de courte durée et unilatérales, accompagnées d'injection conjonctivale et de larmoiement) est un trouble de céphalée rare caractérisée par des attaques très fréquentes de douleur unilatérale de la tête et d'activation autonome.

La SUNCT, comme la céphalée de Horton, est une céphalée primaire caractérisée par une douleur unilatérale dans la distribution du nerf trijumeau et par des manifestations autonomes. En tant que telle, la SUNCT et les algies vasculaires sont parfois regroupées sous le terme de céphalées autonomes du trijumeau.

Dans la SUNCT, les paroxysmes douloureux sont généralement périorbitaires, ils sont extrêmement fréquents (jusqu'à 200/j) et durent de 5 à 250 s. L'injection conjonctivale est souvent la fonction autonome la plus importante; un larmoiement peut également être évident.

Diagnostic

Le diagnostic est clinique. La SUNCT doit être distinguée de la névralgie du trijumeau, qui entraîne des symptômes semblables; la SUNCT diffère en ce que

  • Il n'y a pas de période réfractaire.

  • La douleur se produit principalement dans la branche ophtalmique du nerf trijumeau.

  • Les accès ne sont pas déclenchés par des stimuli cutanés.

  • L'indométacine ne soulage pas les symptômes, comme c'est le cas dans certaines autres céphalées.

Traitement

Le traitement peut comprendre la lidocaïne IV pour des attaques aiguës et, pour la prévention, des anticonvulsivants (p. ex., lamotrigine, topiramate, gabapentine) et la stimulation ou le bloc du nerf occipital.