Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Agnosie

Par Juebin Huang, MD, PhD, Assistant Professor, Department of Neurology, Memory Impairment and Neurodegenerative Dementia (MIND) Center, University of Mississippi Medical Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

L'agnosie se caractérise par une incapacité à identifier un objet en utilisant au moins l'un de ses 5 sens. Le diagnostic est clinique, souvent complété par des examens complémentaires neuropsychologiques, associés à l'imagerie cérébrale (p. ex., TDM, IRM) pour déterminer la cause. Le pronostic dépend de la nature, de l'étendue de la lésion et de l'âge du patient. Il n'existe pas de traitement spécifique, mais l'orthophonie et l'ergothérapie permettent de compenser le handicap.

Les agnosies sont rares. Elles résultent de lésions provoquées (p. ex., par des infarctus, des abcès, des tumeurs, des traumatismes) ou par une dégénérescence des zones du cerveau qui intègrent la perception, la mémoire et l'identification (p. ex., maladie d'Alzheimer, démence de la maladie de Parkinson).

Types

Les lésions cérébrales discrètes peuvent provoquer différentes formes d'agnosie, qui peuvent impliquer n'importe quel sens. Généralement, un seul sens est atteint. Des exemples sont l'audition (agnosie auditive, l'incapacité à identifier des objets à travers le son comme la sonnerie d'un téléphone), le goût (agnosie gustative), l'odeur (agnosie olfactive), le toucher (agnosie tactile), et la vue (agnosie visuelle).

D'autres formes d'agnosie impliquent des processus complexes et très spécifiques au sein d'un seul sens.

La prosopagnosie représente l'incapacité à identifier les visages familiers, y compris les amis proches ou à distinguer des objets individuels parmi une catégorie d'objets, bien que la capacité à identifier les différentes parties des objets et des visages reste préservée.

L'anosognosie est souvent liée à une lésion à droite, dans le lobe pariétal non dominant (habituellement due à un accident vasculaire cérébral aigu ou à une lésion cérébrale traumatique). Les patients présentant des déficiences multiples peuvent ne pas être conscients de l'une d'entre elles mais être pleinement conscients des autres. Les patients présentant une anosognosie peuvent dénier leur handicap moteur en niant même jusqu'à l'existence d'un membre complètement paralysé. Lorsqu'on leur montre ce membre paralysé, les patients peuvent nier qu'il leur appartient.

Dans un phénomène souvent lié, les patients ignorent le membre paralysé ou sa perte de sensibilité (hémiinattention) ou l'espace qui les entoure (héminégligence). L'héminégligence implique en général l'hémicorps gauche.

Les lésions dans le lobe pariétal peuvent aussi provoquer une agnosie somatosensorielle. Les patients atteints d'agnosie somatosensorielle ont des difficultés à identifier un objet familier (p. ex., une clé, une goupille de sécurité) placé dans la main du côté du corps opposé aux lésions. Cependant, quand ils regardent l'objet, ils le reconnaissent immédiatement et peuvent l'identifier.

Les lésions occipitotemporales peuvent provoquer

  • Une incapacité à reconnaître des lieux familiers (agnosie de l'environnement)

  • Troubles visuels (agnosie visuelle)

  • Un absence totale de vision des couleurs (achromatopsie)

Les lésions temporales du côté droit peuvent provoquer

  • Une incapacité à interpréter les sons (agnosie auditive)

  • Un déficit dans la perception de la musique (amusie)

Diagnostic

  • Test au lit du malade et tests neuropsychologiques

  • Imagerie cérébrale

Au lit du malade du patient, il est demandé d'identifier des objets courants par la vue, le toucher ou un autre sens perceptif. En cas de suspicion d'héminégligence, il est demandé aux patients d'identifier leurs membres paralysés ou bien les objets présents dans leur hémichamp visuel.

L'examen clinique est effectué pour détecter les déficits primaires des différents sens ou les problèmes de communication qui peuvent perturber la recherche d'une agnosie. Par exemple, si le toucher superficiel est anormal, les patients peuvent ne pas détecter un objet, même lorsque la fonction corticale est intacte. Les aphasies peuvent également perturber la communication et l'expression verbale des patients. Les examens complémentaires neuropsychologiques permettent d'identifier des agnosies plus subtiles.

L'imagerie cérébrale (p. ex., la TDM ou l’IRM avec ou sans protocole angiographique) permet de caractériser la lésion cérébrale (p. ex., infarctus, hémorragie, lésion tumorale) et d'évaluer l'atrophie suggérant un trouble neurodégénératif.

Pronostic

La récupération d'une agnosie peut être influencée par

  • Le type, la taille et la localisation des lésions

  • Le degré du handicap

  • L'âge du patient

  • L'efficacité de la thérapie

La récupération survient majoritairement dans les 3 premiers mois, mais l'amélioration peut progresser de façon variable jusqu'à la fin de la première année.

Traitement

  • Traitement de la cause

  • Orthophonie ou kinésithérapie

Lorsque cela est possible, la cause de l'agnosie est traitée (p. ex., chirurgie et/ou antibiotiques en cas d'abcès cérébral, chirurgie et/ou rayonnement en cas de tumeur cérébrale).

La rééducation orthophonique ou l'ergothérapie peut aider les patients à apprendre comment compenser les déficits.

Points clés

  • Les agnosies sont rares, mais elles peuvent toucher n'importe quel sens.

  • Diagnostiquer les agnosies en demandant aux patients d'identifier des objets ou, en cas d'agnosies subtiles, en faisant des tests neuropsychologiques.

  • Effectuer une imagerie cérébrale pour caractériser la lésion causale.

  • Recommander une rééducation orthophonique ou kinésithérapie pour aider les patients à compenser les déficits.