Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Leucoencéphalopathie multifocale progressive

Par John E. Greenlee, MD, Neurology Service, George E. Wahlen VAHCS, Salt Lake City;Department of Neurology, University of Utah School of Medicine

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La leucoencéphalopathie multifocale progressive est causée par une réactivation du virus JC. La maladie survient habituellement en cas d'altération de l'immunité à médiation cellulaire, en particulier les patients infectés par le VIH. La leucoencéphalopathie multifocale progressive provoque une démyélinisation subaiguë et évolutive du SNC, des déficits neurologiques multifocaux, puis la mort, habituellement dans l'année qui suit. Le diagnostic repose sur l'IRM et sur l'analyse du LCR par PCR. En cas de SIDA, le traitement antirétroviral hautement actif peut ralentir la progression et les patients qui prennent des immunosuppresseurs peuvent s'améliorer lorsque ces médicaments sont arrêtés. Le traitement est également de support.

Étiologie

La leuco-encéphalite multifocale progressive est provoquée par la réactivation du virus JC, un papovavirus humain ubiquitaire généralement acquis pendant l'enfance et qui reste à l'état latent dans les reins et probablement au niveau d'autres sites (p. ex., cellules mononucléées du SNC). Le virus réactivé a un tropisme pour les oligodendrocytes. La plupart des patients qui développent une leucoencéphalopathie multifocale progressive ont une immunité à médiation cellulaire déprimée en rapport avec le SIDA (le facteur de risque le plus fréquent), des troubles du système réticuloendothélial (p. ex., leucémie, lymphome) ou d'autres affections (p. ex., syndrome de Wiskott-Aldrich, transplantation d'organes).

Au cours du SIDA, le risque augmente avec la charge virale du VIH; la prévalence de la leucoencéphalopathie multifocale progressive a diminué du fait de l’utilisation généralisée d'antirétroviraux plus efficaces. De plus en plus, la leucoencéphalopathie multifocale progressive survient en tant que complication d'un traitement immunomodulateur tel que Ac monoclonaux, natalizumab et rituximab.

Symptomatologie

La maladresse peut être le premier symptôme. L'hémiparésie est le symptôme le plus fréquent. Une aphasie, une dysarthrie et une hémianopsie sont également fréquentes. Les lésions corticales multifocales provoquent des difficultés intellectuelles chez 2/3 des patients. Des troubles sensitifs, cérébelleux et du tronc cérébral peuvent se rencontrer. Les céphalées et les crises convulsives sont rares et surviennent le plus souvent dans le SIDA.

L'évolution progressive et d'un seul tenant se termine par la mort, habituellement 1 à 9 mois après le début des symptômes.

Diagnostic

  • IRM

  • Recherche de l'ADN du virus JC dans le LCR

La leucoencéphalopathie multifocale progressive est suspectée en cas de dysfonctionnement cérébral progressif inexpliqué, en particulier en cas de trouble de l'immunité à médiation cellulaire. Un diagnostic provisoire est établi par IRM avec agent de contraste, qui montre une ou plusieurs lésions de la substance blanche sur les images pondérées en T2. Un agent de contraste améliore la lecture, généralement faiblement et de manière périphérique, dans 5 à 15% des lésions. La TDM peut montrer des lésions hypodenses, sans prise de contraste mais est beaucoup moins sensible que l'IRM.

Le LCR est analysé à la recherche d’ADN viraux du virus JC par PCR; un résultat positif associé à des données de neuro-imagerie compatibles est presque pathognomonique. Les autres analyses systématiques du LCR sont habituellement normales.

Les sérologies sont inutiles. Une biopsie stéréotaxique peut fournir un diagnostic de certitude, mais elle est exceptionnellement obligatoire.

Traitement

  • Soins de support

Le traitement est principalement de support. L'utilisation expérimentale de médicaments tels que cidofovir et d'autres antiviraux ne se sont pas avérés efficaces. Le traitement antirétroviral du SIDA améliore les résultats de l’encéphalite multifocale des patients, avec une augmentation de la survie à 1 an qui est de 10%, à 50%. Cependant, en cas d'utilisation d'un traitement antirétroviral agressif, le patient peut développer un syndrome inflammatoire de reconstitution immunitaire (immune reconstitution inflammatory syndrome, IRIS), Traitement, dans lequel la restauration du système immunitaire produit une réponse inflammatoire intense contre le virus JC, et aggrave ainsi les symptômes. Une imagerie effectuée une fois un syndrome inflammatoire de reconstitution immunitaire (immune reconstitution inflammatory syndrome, IRIS) développé montre une prise de contraste des lésions et peut montrer un œdème cérébral important. Les corticostéroïdes peuvent être utiles. Selon la gravité du syndrome inflammatoire de reconstitution immunitaire (immune reconstitution inflammatory syndrome, IRIS) et du sida, les médecins peuvent décider d'arrêter le traitement antirétroviral.

L'arrêt des immunosuppresseurs peut améliorer l'état clinique. Cependant, les patients qui cessent de prendre ces médicaments sont également à risque de développer un syndrome inflammatoire de reconstitution immunitaire (immune reconstitution inflammatory syndrome, IRIS).

Si une leucoencéphalopathie multifocale progressive se développe chez les patients qui prennent du natalizumab, un autre médicament immunomodulateur, ou immunosuppresseur, ces médicaments doivent être arrêtés, et des échanges plasmatiques doivent être effectués pour éliminer le médicament résiduel de la circulation.

Points clés

  • La réactivation du virus JC omniprésent, généralement due à une altération de l'immunité à médiation cellulaire, conduit à la leucoencéphalopathie multifocale progressive.

  • La leucoencéphalopathie multifocale progressive provoque souvent une maladresse, une hémiparésie, une aphasie, une dysarthrie, une hémianopsie, et des troubles cognitifs.

  • Effectuer une IRM et un examen du LCR à la recherche d'un ADN du virus JC chez les patients qui ont un déficit de l'immunité à médiation cellulaire et un dysfonctionnement cérébral évolutif inexpliqué.

  • Traiter les patients symptomatiquement, et traiter les troubles sous-jacents selon les indications (p. ex., par l'arrêt du natalizumab, un autre médicament immunomodulateur, ou un immunosuppresseur ou en initiant une thérapie antirétrovirale, surveiller de près le développement d'un syndrome inflammatoire de reconstitution immunitaire).