Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

La maladie de Creutzfeldt-Jakob

(Encéphalopathie spongiforme subaiguë; maladie de Creutzfeldt-Jakob)

Par Pierluigi Gambetti, MD, Professor of Pathology, Case Western Reserve University

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

La maladie de Creutzfeldt-Jakob est la maladie à prions humaine la plus fréquente. Elle est cosmopolite et a plusieurs formes. Les symptômes de la maladie de Creutzfeldt-Jakob comprennent une démence, des myoclonies et d’autres déficits du SNC; le décès survient habituellement en 4 mois à 2 ans après l'infection, suivant la forme de la maladie. Le traitement est un traitement de support.

La Creutzfeldt-Jakob a plusieurs formes:

  • Sporadique (sMCJ)

  • Familiale

  • Acquis

La maladie de Creutzfeldt-Jakob sporadique est le type le plus fréquent, elle représente environ 85% des cas. La maladie de Creutzfeldt-Jakob sporadique touche généralement des personnes de > 40 ans (avec une médiane autour de 60 ans).

La maladie de Creutzfeldt-Jakob familiale survient dans environ 5 à 15% des cas. La transmission héréditaire est autosomique dominante, l'âge de début est habituellement plus précoce que dans la maladie de Creutzfeldt-Jakob sporadique et la durée de la maladie est plus longue.

Le maladie de Creutzfeldt-Jakob acquise représente probablement < 1% des cas. Elle est survenue après l'ingestion de viande de bœuf contaminée par des prions (en vMCJ). Iatrogéniquement la maladie de Creutzfeldt-Jakob a été acquise par l'utilisation de transplantations cadavériques de cornée ou de transplantations de dure-mère, d'électrodes stéréotaxiques intra-cérébrales ou d'hormone de croissance préparée à partir de glandes hypophysaires humaines.

Variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ)

La variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob est rare. La plupart des cas sont survenus au Royaume-Uni, avec 177 cas en 2015, contre 52 cas dans tous les autres pays européens et non-européens. La maladie de Creutzfeldt-Jakob survient après l'ingestion de bœuf provenant de bovins qui ont développé une encéphalopathie spongiforme bovine, également appelée maladie de la vache folle.

Dans la variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, les symptômes se développent à un âge plus jeune en moyenne (< 30 ans) que ne le fait la maladie de Creutzfeldt-Jakob sporadique. Dans les cas récents, la période d'incubation (temps entre l'ingestion de viande de bœuf et le développement de symptômes contaminés) a été de 12 à > 20 ans.

Au début des années 1980, du fait d'une réglementation plus souple concernant le traitement des déchets animaux, des tissus contaminés, provenant probablement de moutons infectés par la tremblante du mouton ou de bovins infectés par l'encéphalopathie spongiforme bovine ont introduit la protéine prion (PrPSc) dans l'alimentation des bovins. Des centaines de milliers de bovins ont développé l'encéphalopathie spongiforme bovine. En dépit d'une large exposition, relativement peu de personnes ayant ingéré de la viande de bovins contaminés ont développé la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Étant donné la longue durée d'incubation de l'encéphalopathie spongiforme bovine, le lien entre encéphalopathie spongiforme bovine et nourriture contaminée au Royaume-Uni n'a été établi qu'au début de l'épidémie d'encéphalopathie spongiforme bovine. L'épidémie d'encéphalopathie spongiforme bovine a été contrôlée après un abattage massif de bétail et après les changements dans les procédures de traitement de la viande, qui réduit considérablement la contamination de la viande par des tissus nerveux. Au Royaume-Uni, le nombre annuel de nouveau cas de variantes de la maladie de Kreutzfeldt-Jakob, qui a culminé en 2000, n'a cessé de diminuer, avec seulement 1 cas en 2013.

Quatre cas de variantes de la maladie de Kreutzfeldt-Jakob ont été reliés à une transfusion sanguine; ils se sont produits chez des sujets ayant reçu des transfusions entre 1996 et 1999. Au Royaume-Uni, environ 1 sujet sur 2000 est susceptible d'être porteur de la variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (en fonction de l'examen d'un grand nombre d'échantillons de tissus annexes) sans pour autant présenter aucun symptôme; ces sujets peuvent transmettre la maladie lors d'un don de sang ou lors d'une intervention chirurgicale. L'existence d'un groupe latent de personnes ayant reçu des transfusions sanguines contaminées et qui sont ainsi à risque de développer la variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob ultérieurement n'est pas connue. Cependant, de nouveaux critères de présentation des donneurs de sang liés à la vMCJ peuvent réduire davantage le risque de transmission de la vMCJ par transfusion sanguine, ce risque étant déjà très faible hors de France et du Royaume-Uni.

Bien qu'aucun cas de variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob originaire de l'Amérique du Nord n'ait été rapporté, l'encéphalopathie spongiforme bovine a été signalée dans quelques troupeaux en Amérique du Nord (4 aux États-Unis et 19 au Canada).

Symptomatologie

Environ 70% des patients présentent qui ont une maladie de Creutzfeldt-Jakob ont initialement des pertes de mémoire associées à une confusion, qui surviennent finalement chez tous les patients; 15 à 20% présentent une incoordination des mouvements et une ataxie, qui se développe souvent au début de la maladie. Les myoclonies provoquées par le bruit ou d'autres stimuli sensoriels (sursaut myoclonique) apparaissent souvent au cours ou à des stades tardifs de la maladie. Les personnes atteintes de vMCJ (variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob) présentent des symptômes psychiatriques (p. ex., anxiété, dépression), plutôt que la perte de mémoire. Les symptômes tardifs sont similaires dans les deux formes.

Bien que la démence, l'ataxie et les myoclonies soient les plus caractéristiques, d'autres anomalies neurologiques (p. ex., hallucinations, convulsions, neuropathie, mouvements anormaux) peuvent être observées.

Les troubles visuels (p. ex., anomalies du champ visuel, diplopie, baisse de l'acuité ou flou visuel, agnosie visuelle) sont fréquents dans la Creutzfeldt-Jakob sporadique.

Diagnostic

  • IRM pondérée en diffusion

  • Marqueurs du LCR

  • Élimination des autres causes

La maladie de Creutzfeldt-Jakob doit être évoquée chez les patients âgés atteints de démence rapidement évolutive, surtout si elle est accompagnée de myoclonies ou d'ataxie. Cependant, d'autres troubles peuvent simuler la maladie de Creutzfeldt-Jakob et doivent être pris en compte; ils comprennent

  • Vascularite du SNC

  • Maladie d'Alzheimer rapidement progressive

  • L'encéphalopathie de Hashimoto (une encéphalopathie auto-immune qui se caractérise par des taux d'anticorps antithyroïdiens élevés et qui répond aux corticostéroïdes)

  • Lymphome intravasculaire (un lymphome rare)

  • Encéphalite qui affecte le système limbique, le tronc cérébral et le cervelet

  • Démence à corps de Lewy

  • Intoxication par le lithium ou le bismuth.

La maladie de Creutzfeldt-Jakob est suspectée chez le patient jeune symptomatique qui été exposé du bœuf contaminé au Royaume-Uni ou dans d'autres pays à risque ou qui a des antécédents familiaux de maladie de Creutzfeldt-Jakob (maladie de Creutzfeldt-Jakob familiale). Rarement, la maladie de Creutzfeldt-Jakob sporadique se développe chez des jeunes, mais chez ces patients, une autre maladie doit être exclue.

Le diagnostic peut être difficile.

Le meilleur test diagnostique non invasif de la maladie de Creutzfeldt-Jakob est

  • IRM pondérée en diffusion

Elle peut détecter des zones éparses d'hyperintensité évolutives (zones brillantes) dans le ruban cortical, ce qui est fortement en faveur de la maladie de Kreutzfeldt-Jakob.

Les protéines 14-3-3, énolase spécifique du cerveau, et tau sont généralement augmentées dans le LCR, mais ne sont pas spécifiques de la maladie de Kreutzfeldt-Jakob. Un test relativement nouveau sur le LCR, appelé real-time quaking-induced conversion (RT-QUIC), amplifie et détecte des quantités minimes d'activité prion (changement de conformation de la PrPC en PrPSc) dans le LCR; ce test semble plus précis que les tests précédents sur le LCR. Un test similaire peut détecter de manière fiable des preuves de la vMCJ (variante de la maladie de Kreutzfeldt-Jakob) en identifiant des prions dans l'urine.

Un EEG est pratiqué. Les résultats sont positifs chez environ 70% des patients qui ont une maladie de Creutzfeldt-Jakob; l'EEG présente des ondes pointues périodiques caractéristiques, mais cet aspect apparaît généralement à la fin de la maladie et peut être transitoire. La biopsie cérébrale est habituellement inutile.

Pronostic

La mort survient généralement après 6 à 12 mois, souvent dus à la pneumonie. L’espérance de vie dans la maladie de Creutzfeldt-Jakob variante est plus longue (en moyenne 1,5 an).

Traitement

  • Soins de support

Il n'existe aucun traitement de la maladie de Kreutzfeldt-Jakob. Le traitement est un traitement de support.

Prévention

Dans la mesure où il n'y a pas de traitement efficace, la prévention de la maladie de Creutzfeldt-Jakob transmissible est essentielle.

Les travailleurs manipulant des liquides et des tissus de patients suspectés d'avoir une maladie de Creutzfeldt-Jakob doivent porter des gants et éviter l'exposition des muqueuses. La peau contaminée peut être désinfectée en appliquant du NaOH à 4% pendant 5 à 10 minutes, puis par un lavage poussé à l’eau.

Le matériel est autoclavé à 132° C pendant 1 h ou immergé dans de l’hydroxyde de Na 1 N (normal) ou une solution d’hypochlorite de Na à 10% pendant 1 h. Les méthodes classiques de stérilisation (p. ex., exposition au formol) sont inefficaces.

The US Department of Agriculture (USDA) mène actuellement une surveillance des cas d'encéphalopathie spongiforme bovine sur 2000 à 5000 bovins/mois. En 2004, un cas d'encéphalopathie spongiforme bovine positif aux États-Unis a provoqué l'extension des tests à une moyenne de 1000 bovins/jour, mais les tests ont ensuite été réduits à 40 000/an (0,1% des bovins abattus).