Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Maladie à prion associée à une diarrhée et à une neuropathie végétative

Par Pierluigi Gambetti, MD, Professor of Pathology, Case Western Reserve University

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

La maladie à prion associée à une diarrhée et à une neuropathie végétative décrit une nouvelle maladie à prion qui se manifeste davantage par des symptômes périphériques que par des symptômes du système nerveux central.

Cette maladie a été identifiée en 2013 dans une famille britannique (au sens large) et n'a pas encore été officiellement nommée.

Cette maladie se distingue des autres maladies à prion car

  • Le prion amyloïde ne se limite pas au système nerveux central mais est distribué dans les nerfs périphériques et les organes internes; ainsi les symptômes périphériques prédominent initialement et les symptômes au niveau du système nerveux central surviennent plus tard.

  • Cette maladie est associée à une nouvelle mutation dans le gène à prion (mutation Y163X), qui se traduit par une troncature de la protéine prion mutée; ainsi la protéine mutée est dépourvue de l'ancrage qui permet généralement à la protéine prion de se fixer aux membranes cellulaires, ce qui favorise vraisemblablement le flottement de la protéine dans les liquides corporels et sa migration vers d'autres tissus.

Cette nouvelle maladie à prion indique qu'une nouvelle mutation peut radicalement modifier le site de dépôt des protéines anormales et les symptômes qu'elles provoquent et elle suggère qu'un diagnostic de maladie à prion doit être envisagé chez les patients atteints de diarrhée chronique et de neuropathie inexpliquées, ou en cas de syndrome inexpliqué ressemblant à une polynévrite amyloïde.

Les symptômes commencent à l'âge adulte; ils comprennent la diarrhée chronique aqueuse, la dysautonomie (p. ex., la rétention urinaire, l'incontinence urinaire, l'hypotension orthostatique), et une polynévrite périphérique principalement sensorielle. La détérioration des fonctions cognitives et les convulsions se produisent entre 40 et 50 ans.

La maladie évolue au fil des décennies; les patients peuvent vivre jusqu'à 30 ans après le développement des symptômes.

Il n'existe qu'un traitement symptomatique pour cette maladie.