Introuvable
Emplacements

Trouvez des informations sur des sujets médicaux, des symptômes, des médicaments, des procédures, des nouvelles et bien plus encore, rédigées pour les professionnels de santé.

Crampes musculaires

Par Michael C. Levin, MD, University of Tennessee Health Science Center

Cliquez ici pour
l’éducation des patients

1 iOS Android

Une crampe musculaire est une contraction douloureuse, brève, involontaire et brusque d'un muscle ou d'un groupe musculaire. Les crampes surviennent fréquemment chez une personne en bonne santé (habituellement, d'âge moyen et âgée), parfois au repos, mais en particulier pendant ou après l'exercice ou la nuit (notamment pendant le sommeil, Parasomnies : Crampes dans les jambes liées au sommeil). Les crampes de jambe nocturnes surviennent habituellement au niveau du mollet et provoquent une flexion plantaire du pied et des orteils.

D'autres affections peuvent simuler des crampes:

  • Les dystonies peuvent provoquer un spasme musculaire, mais les symptômes sont généralement plus soutenus et récurrents et impliquent des muscles autres que des crampes typiques de la jambe (p. ex., le cou, la main, le visage, les muscles du corps entier).

  • La tétanie peut provoquer des spasmes musculaires, mais les spasmes sont généralement plus soutenus (souvent avec des secousses musculaires); elle est généralement bilatérale et diffuse, mais un spasme carpopédal isolé peut se produire.

  • L'ischémie musculaire à l'effort en cas de maladie artérielle périphérique (claudication) peut causer une douleur du mollet, mais cette douleur est due à un débit sanguin musculaire insuffisant et les muscles ne se contractent pas comme dans les crampes.

  • Les crampes illusoires sont des sensations de crampes en l'absence de contraction ou d'ischémie musculaire.

Causes

Les crampes dans les jambes les plus fréquentes sont

  • Les crampes bénignes idiopathiques de la jambe (crampes des jambes sans trouble causal, généralement nocturnes)

  • Les crampes musculaires associées à l'effort (crampes pendant ou immédiatement après l'effort)

Même si quasiment tous peuvent avoir des crampes musculaires à un certain moment, certains facteurs augmentent le risque et la gravité des crampes. Ce sont la déshydratation, les anomalies électrolytiques (p. ex., des taux corporels de potassium ou de magnésium bas), neurologiques ou métaboliques, et certains médicaments. Les muscles du mollet contractés (p. ex., par manque d'étirement, inactivité ou parfois œdème chronique de la jambe) sont une cause fréquente de crampes de la jambe.

Certains médicaments et troubles associés à des crampes musculaires

Cause

Signes évocateurs

Le diagnostic est confirmé par

Médicaments

Médicaments contributifs: les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II (ARA), le cisplatine, le clofibrate, les diurétiques, le donépézil, les médicaments ayant des effets agonistes β-adrénergiques (dont les bronchodilatateurs et certains β-bloqueurs), la lovastatine, les contraceptifs oraux, le pyrazinamide, le raloxifène, les stimulants (p. ex., les amphétamines, la caféine, la cocaïne, l'éphédrine, la nicotine, la pseudoéphédrine), le tériparatide, la tolcapone, la vincristine

Syndromes de sevrage: alcool, barbituriques, benzodiazépines, sédatifs-hypnotiques

Chez les patients qui prennent un médicament causal

Bilan clinique, y compris parfois essai d'arrêt du médicament suspecté

Troubles

Déplétion du volume de liquide extracellulaire et/ou troubles hydro-électrolytiques (p. ex., hypocalcémie ionisée, faible taux de potassium ou de magnésium)

Parfois transpiration excessive, vomissements, diarrhée, prise d'un diurétique, signes de déshydratation

Ils surviennent parfois pendant ou après l'hémodialyse ou en fin de grossesse (probablement du fait de quantités corporelles basses de magnésium)

Parfois K, Mg et/ou Ca ionisé sériques

Troubles du métabolisme (p. ex., alcoolisme, hypothyroïdie)

Alcoolisme: anamnèse de surconsommation; parfois ascite, gynécomastie, angiomes stellaires, atrophie testiculaire

Hypothyroïdie: intolérance au froid, constipation, fatigue, réflexes lents

Alcoolisme: bilan clinique

Hypothyroïdie: tests des fonctions thyroïdiennes

Neuropathies périphériques

Plexopathies

Radiculopathies

Maladie du motoneurone

Faiblesse, perte sensorielle, douleur et/ou hyporéflexie d'un nerf périphérique, d'un plexus, ou d'un territoire radiculaire

Fasciculations

Dans la maladie du motoneurone, une faiblesse qui commence au niveau d'une main ou d'un pied

Bilan clinique

Parfois, EMG, examens de la conduction nerveuse et/ou IRM de la moelle épinière

Anomalies musculo-squelettiques

Muscles du mollet serrés, anamnèse de position assise prolongée

Chez les patients souffrant de troubles structurels (p. ex., pieds à plat, genu recurvatum)

Bilan clinique

Crampes musculaires associées à l'exercice

Crampes des muscles impliqués pendant l'exercice ou dans les quelques heures qui suivent l'exercice

Bilan clinique

Crampes bénignes idiopathiques dans les jambes

Crampes non provoquées et inexpliquées, généralement des muscles du mollet et survenant la nuit

Habituellement, muscles du mollet serrés

Bilan clinique

EMG = électromyographie.

Bilan

L'évaluation se concentre sur l'identification de ce qui peut être traité. Dans de nombreux cas, un trouble contribuant aux crampes a déjà été diagnostiqué ou provoque d'autres symptômes qui sont plus gênants que les crampes.

Anamnèse

L'anamnèse de la maladie actuelle doit s'attacher à une description des crampes, dont leur durée, leur fréquence, leur localisation, leurs déclencheurs apparents, et tout symptôme associé. Les symptômes qui peuvent être liés à des troubles neurologiques ou musculaires peuvent comprendre une raideur, une faiblesse musculaire, une douleur et une perte de sensibilité. Les facteurs qui peuvent contribuer à la déshydratation ou aux déséquilibres électrolytiques ou des liquides corporels (p. ex., vomissements, diarrhée, transpiration excessive et exercice, récente dialyse, prise de diurétiques, grossesse) sont enregistrés.

La revue des systèmes doit rechercher des symptômes de causes possibles, dont une aménorrhée ou des irrégularités menstruelles (des crampes dans les jambes liées à la grossesse), une intolérance au froid avec prise de poids et des anomalies de la peau (hypothyroïdie), une faiblesse (troubles neurologiques), et des douleurs ou une perte de sensibilité (neuropathies périphériques ou radiculopathies).

La recherche des antécédents médicaux doit porter sur tous les troubles qui peuvent causer des crampes. Une anamnèse médicamenteuse et d'autres produits approfondie, dont de la prise d'alcool, est effectuée.

Examen clinique

L'examen général doit comprendre la peau, à la recherche de stigmates d'alcoolisme, d'œdèmes ne prenant pas le godet ou de la perte de poils des sourcils (suggère une hypothyroïdie) et des changements de l'humidité ou de la turgescence de la peau. Un examen neurologique, comprenant la recherche des réflexes ostéotendineux, est effectué. Les pouls doivent être palpés, et la PA mesurée au niveau de toutes les extrémités. Un pouls faible ou un ratio de la PA à la cheville:bras bas au niveau d'un membre affecté peut indiquer une ischémie.

Signes d'alarme

Les signes suivants doivent alerter:

  • Atteinte du tronc ou du membre supérieur

  • Hyperréflexie

  • Faiblesse musculaire

  • Fasciculations

  • Alcoolisme

  • Hypovolémie

  • Douleur ou perte de sensation dans un territoire d'un nerf, plexus ou racine périphérique

Interprétation des signes

Des crampes focales évoquent des crampes bénignes idiopathiques de la jambe, des douleurs associées à l'effort musculaire, des anomalies musculo-squelettiques, des causes liées au système nerveux périphérique, ou un trouble dégénératif au stade précoce qui peut être asymétrique, comme dans une maladie du neurone moteur. Une hyporéflexie focale suggère une neuropathie périphérique, une plexopathie ou une radiculopathie.

En cas de crampes diffuses (en particulier tremblantes), une hyperréflexie suggère une cause systémique (p. ex., hypocalcémie ionisée; parfois alcoolisme, une maladie du motoneurone, ou un médicament), bien que les effets sur les réflexes tendineux puissent varier en fonction du médicament. L'hyporéflexie généralisée peut être en faveur d'une hypothyroïdie et parfois d'un alcoolisme, ou être un signe normal, en particulier chez la personne âgée.

Un examen normal et une anamnèse compatible suggèrent des crampes idiopathiques bénignes des jambes ou des crampes musculaires associées à l'exercice.

Examens complémentaires

Tests en fonction des signes cliniques Aucun test n'est effectué en routine.

La glycémie, les tests de la fonction rénale, et les taux d'électrolyte, dont Ca et Mg, doivent être mesurés en cas de crampes diffuses de cause inconnue, en particulier si une hyperréflexie est présente. Le Ca ionisé et les gaz du sang artériel (pour confirmer l'alcalose respiratoire) sont mesurés en cas de tétanie. Une électromyographie est effectuée si les muscles contractés sont faibles. Une IRM du cerveau et de la moelle épinière est souvent effectuée si la faiblesse musculaire est diffuse.

Traitement

  • Étirements

Les pathologies sous-jacentes sont traitées lorsqu'elles sont identifiées.

Si une crampe survient, l'étirement du muscle touché soulage souvent la crampe. Par exemple, pour soulager une crampe du mollet, les patients peuvent tirer leurs orteils avec leurs mains et tirer leur pied vers le haut (flexion dorsale).

Prévention

Les mesures visant à éviter crampes sont les suivantes:

  • Pas d'exercice immédiatement après un repas

  • Étirement progressif des muscles avant l'exercice ou avant d'aller au lit

  • Boire beaucoup de liquides (en particulier boissons qui contiennent K) après l'exercice

  • Ne pas consommer d'excitants (p. ex., caféine, nicotine, éphédrine, pseudo-éphédrine)

Les étirements du coureur sont les plus utiles. La personne se tient debout avec une jambe en avant genou plié et de l'autre jambe en arrière le genou tendu, une position de fente. Les mains peuvent être placées sur un mur pour l'équilibre. Les deux talons demeurent sur le plancher. Le genou de la jambe avant est plié jusqu’à ce que l’étirement l’amène au niveau de l'autre jambe. Plus grande est la distance entre les deux pieds plus le genou avant est plié, plus l'étirement est efficace. L'étirement est tenu 30 s et répété 5 fois. La série d'étirements est répétée de l'autre côté.

La plupart des médicaments souvent prescrits pour éviter les crampes (p. ex., suppléments de Ca, quinine, Mg, benzodiazépines) ne sont pas recommandés. La plupart n'ont pas démontré leur efficacité. La quinine a été efficace dans quelques essais, mais généralement n'est pas recommandée en raison de graves effets secondaires occasionnels (p. ex., troubles du rythme, thrombopénie, purpura thrombopénique thrombotique et syndrome hémolytique et urémique, réactions allergiques graves). La mexilétine est parfois utile, mais le ratio effets bénéfiques/effets indésirables est mal connu. Ces effets comprennent des nausées, vomissements, pyrosis, vertige et tremblement.

Points clés

  • Les crampes dans les jambes sont fréquentes.

  • Les causes les plus courantes sont les crampes idiopathiques bénignes des jambes et les crampes musculaires associées à l'effort.

  • Les crampes doivent être différenciées des claudication et des dystonies; un bilan clinique est généralement suffisant.

  • Les étirements peuvent soulager et prévenir les crampes.

  • Le traitement médicamenteux n'est habituellement pas recommandé.

Ressources dans cet article